Le Maroc aux championnats du monde de bridge

5437685854_d630fceaff_b-

La sélection nationale se composé de Said Berrada, Abelkamel Rerhaye, Abdellah El Ghrari, Jean Hayet, Guy Cambournac et Khalil Bensouda

1
Partager :

Casablanca - Les équipes nationales seniors messieurs et dames de bridge ont assuré leur qualification aux championnats du monde de la discipline, prévus en Italie en mars prochain, à la faveur de leurs médailles respectivement en or et en argent lors de la 11è édition des championnats d’Afrique, disputée à Casablanca.

Le président de la Fédération royale marocaine de bridge, Abdellatif Belkouch, a félicité, jeudi lors d'une cérémonie, l’équipe nationale messieurs pour son deuxième titre d’affilée, après celui de 2019 également à Casablanca, et l’équipe dames pour sa deuxième place, des performances qui permettent au Maroc d’être présent aux prochains championnats du monde.

M. Bellkouch a tenu à saluer la performance des autres équipes marocaines qui ont participé à cet événement quinze jours durant, à savoir l’équipe Open qui s’est classée quatrième, ainsi que l’équipe mixte.

"C’était un championnat difficile. Nous avons été face à des équipes fortes comme l’Afrique du Sud et l’Égypte. Heureusement, l’équipe du Maroc avait fait une très bonne partie ce qui nous a permis de gagner la médaille d’or. Nous sommes ravis de représenter le Maroc aux championnats du monde en Italie au mois de mars prochain", a réagi Jean Hayet, joueur du binôme qui a remporté la médaille d’or aux côtés d'Abdellah El Ghrari.

La sélection nationale, composée de Said Berrada, Abelkamel Rerhaye, Abdellah El Ghrari, Jean Hayet, Guy Cambournac et Khalil Bensouda, sera accompagnée de son homologue égyptienne, deuxième, tandis que l’Afrique du Sud a complété le podium.

Pour sa part, la capitaine de l’équipe nationale dames, Fatem Lahlou s’est dite "très contente" d’avoir participé à cet événement et que toute l'équipe est fière d’avoir remporté la médaille d’argent et d'assurer leur qualification, aux côtés des égyptiennes, sacrées championnes de cette édition, pour représenter le Maroc au championnat du monde en Italie.

Fatim Lahlou était épaulée, lors de cette compétition, par Hayat Hachimi, Farida Guerraoui, Catherine t'Kint, Marie Claire Ohana et Khadija Marrakchi.

S’agissant de l’organisation de la 11è édition des championnats d’Afrique, M. Bellkouch a souligné que la fédération a contribué énormément à la réussite de cette compétition en mettant à la disposition de toutes les équipes une salle de bridge couverte par des caméras.

Cette édition a connu un franc succès tant en termes d'organisation qu'en nombre de participation. Elle s'est déroulée pour la première fois selon une formule inédite combinant à la fois le jeu en présentiel et à distance, dans le respect total des restrictions liées à la pandémie du Covid-19, a-t-il ajouté, faisant savoir que les parties ont eu lieu sous le contrôle d'arbitres qui se trouvaient au Caire, au siège de la confédération africaine de bridge.

"La Confédération africaine est très fière d’avoir pu organiser cet événement dans les conditions d’un championnat du monde", a déclaré Mme Chafika Tak Tak, vice-présidente de la Confédération et présidente d’honneur de la fédération marocaine.

Elle a également précisé que l'instance fédérale marocaine a réussi à convaincre la fédération internationale de venir organiser en 2023 ce fameux grand championnat à Marrakech, pour lequel se qualifieront les 10 zones.

Il est à noter que le bridge est le sport cérébral le plus répandu dans le monde avec 500 millions de bridgeuses et de bridgeurs professionnels et amateurs. Sa valeur éducative est reconnue par l'UNESCO et également par les départements de l'enseignement des 150 pays, y compris par le ministère marocain de l’éducation nationale ddepuis 2006.

Par ailleurs, la Fédération royale marocaine de bridge, fondée en 1959, s’est donnée comme objectif de permettre l'accès de tous à la pratique de Bridge, sous toutes ses formes. Elle a également pour missions d’organiser, d’encourager, de développer et de vulgariser la pratique du bridge sur l’ensemble du territoire du national et au moyen de toute action appropriée.