Marquer l’histoire

5437685854_d630fceaff_b-

L’humanité trouvera son chemin en s’adaptant à chaque tournure.

1
Partager :

À l’heure qu’il est, autant les mots existent pour dire et transférer la mémoire, autant ils se perdent dans le chaos des événements, qui avec le temps ne font plus qu’une seule et même chorégraphie avec le danger et la mort, laissant les bouches béantes se stupeur et les cœurs serrées face à ce spectacle macabre. Nous traversons une ère délicate de notre histoire mais pas plus que toutes celles qui l’ont précéder. L’humanité trouvera son chemin en s’adaptant à chaque tournure.

Agonie à petit feu ou mort subite, nous savons que c’est le destin de toute vie, tout corps, toute âme et même de toute matière. Pourtant il y a bien de l’éternel dans chacun d’entre nous, je ne parle pas d’éternel dans le sens religieux de l’entité divine. Ceci relève de la foi et cette dernière n’est pas sujette à débat ici. Je parle de l’éternel dans le sens de l’humain. 

L’homme cet être si fragile, autant par sa capacité que sa longévité face aux déboires du temps, est capable d’entrer dans la légende et marquer l’histoire. Par son savoir, ses actes, ses mots ou sa prise de position. L’histoire se rappelle de ses grands hommes, dans le meilleur comme dans le pire. Les grandes découvertes n’ont pas eu la notoriété des grandes pertes, l’invasion de Bagdad par les Mongols retentit toujours dans les strates de l’histoire, moins fort que l’invention du calcul ou de la roue par simple exemple. Les pas de l’homme sur cette terre ont façonné l’histoire et même la nature malgré sa majesté. Ceux qui se sont illustrés ont leurs noms toujours vivants dans la mémoire de l’humanité, et de ce fait font partie de nous car après-tout nous sommes tous humains. La mémoire collective malgré toutes les pandémies ou les cataclysmes qui ont éradiqué de nombreuses civilisations est la gardienne de cette kyrielle de noms qui par leurs exploits ont chevauché les pur-sang de l’éternité.

Par sa valeur ajoutée l’homme peut marquer l’histoire, laisser son nom comme synonyme de révolution, de victoire et de pérennité. Pour un être dont l’existence est, je le rappelle, limitée à son espace terrestre et à son époque, il a le pouvoir d’être libre et éternel par ses choix et sa détermination quoiqu'il soit aussi fragile que des pétales de pissenlits face au vent. Chose que beaucoup de nos congénères ont tendance à oublier en compagnie de leur arrogance. Quand les grands cisèlent la sculpture de l’histoire, les imposteurs brandissent la massue de la destruction. Mais le bien triomphe toujours du mal ... tôt ou tard.  Le progrès que nous connaissons jusqu’à présent est la preuve irrévocable de la victoire de ce combat par la force de ces hommes et ses femmes, qui ont œuvré pour la pérennité de notre espèce et de ses accomplissements sur tous les fronts, malgré les bâtons dans les roues. Les chaines de Kunta Kinte, les sabotages des laboratoires de Tesla ou les tacles au genou de Maradona n’ont pas eu raison de leur détermination et leur légende.

L’humanité est entre de bonnes mains tant qu’il y’a de l’amour pour la vie, tant que l’espoir de jours meilleurs anime les consciences, les cœurs et les âmes.