Pour l’autodétermination du peuple algérien

5437685854_d630fceaff_b-

Janvier 1960 à Alger : Celles et derrière elles ceux qui ont façonné l’Algérie d’aujourd’hui, ont fini par quitter sans que les Algériens de souche qui exigent un pouvoir civil, n’aient pu vraiment voir la différence, en dehors des noms, à connotation locale, de ceux qui tiennent les manettes et la manne.

1
Partager :

 

L’Algérie c’est la France. Ce pays, fabriqué par décret français, a été façonné dans ses moindres interstices par les autorités coloniales françaises comme on façonne un monstre dans un laboratoire hideux.

Tout y a été pensé. D’abord la géographie. L’adjonction au territoire algérien côtier d’un énorme Sahara ventripotent a été un crime contre tous les voisins de l’Algérie, surtout le royaume du Maroc. Les archives de cette opération monstrueuse existent et dans le détail.

L’activité nucléaire et l’existence de gaz étaient le mobile premier de cette création par la métropole coloniale de cette géographie de la spoliation, à coup de règles et de ligne droite, qui va déstabiliser à ce jour toute la région. 

Personne ne connaît mieux les soubassements historiques de ces manipulations territoriales que les Français. Leurs archives contiennent tous les documents nécessaires à la compréhension des tensions liées à la manipulation des territoires pour assurer un avenir aux départements français d’Algérie. Les Algériens, ceux que l’on connaît aujourd’hui, ne comptaient pas, à l’époque, ou si peu, et la France pensait rester ad vitam aeternam dans ses territoires sud-méditerranéens modelés à sa guise. Le destin en a décidé autrement. 

La France, par pragmatisme géopolitique, a abandonné les départements algériens à leur sort. Le pseudo mouvement de libération, à l’indépendance, s’est délié de tous ses engagements qui stipulaient que les contentieux territoriaux avec les pays voisins seront examinés après l’indépendance dans la justice, l’équité et le sens de l’Histoire. 

Rien ne fût. Les soudards victorieux de la guerre de libération, madrés et hypocrites, ont commencé par faire une purge dans leurs rangs. Ils ont assassiné tous les compagnons d’armes avec lesquels ils n’étaient pas d’accord. Ils n’ont pas fait dans la dentelle. Ensuite, ils ont renié la parole donnée aux frères marocains et tunisiens. Les godillots vainqueurs de coups d’Etat internes ont gravé dans le marbre l’idée que les frontières héritées du colonialisme sont intangibles. La belle affaire : la plus grande escroquerie de tous les temps. Ils ont érigé cette ineptie en vulgate.

Maintenant la situation est claire. Le groupe de militaires qui ont mis en coupe réglée l’Algérie depuis l’indépendance sont au bout du rouleau. Un bilan catastrophique : le peuple est dans la rue demandant le départ du pouvoir militaire au profit d’un État civil. La rente, la prédation, la spoliation, l’absence de projet national, les pénuries, les privations, l’absence de perspectives, l’impasse est totale. Naufrage économique, blocage politique et social, perte totale de la confiance, stérilisation de la société civile, verrouillage de la vie politique etc. Rien ne va dans cette Algérie championne du principe de l’autodétermination des peuples, à une seule nuance, mais de taille, c’est qu’aujourd’hui c’est le peuple algérien qui réclame son autodétermination.

Cette Algérie-là s’est ridiculisée dans le concert des Nations. Inaudible, fébrile et ne pesant aucun poids. A part le tintamarre à l’avantage du pseudo Polisario qui verse ces derniers temps dans l’opéra-comique, sa diplomatie est morte. Dans aucune histoire qui secoue sérieusement le monde aujourd’hui elle n’a qu'une idée. Une seule idée. Alors que le continent croule sous les conflits, dont notamment celui qui oppose l‘Égypte à l’Éthiopie au sujet du barrage de la renaissance, elle impose à l’Union africaine un seul sujet : comment spolier le royaume du Maroc du 1/3 de son territoire. C’est pitoyable. 

L’expectative opportuniste de l’Elysée et de la Moncloa

La reconnaissance par les Etats-Unis de l’entière souveraineté du Maroc sur son Sahara a changé la donne. Radicalement. Les convulsions de certains pays auxquelles nous assistons montrent la violence de la remise en cause qui est demandée. 

L’Amérique a fait ses comptes. Rien d’utile aux USA ne peut plus être tiré de ce conflit froid qui a trop duré. Une approche pragmatique, pensée dans la durée, conclusive a abouti à la reconnaissance. Quand une convergence d’intérêt s’opère dans la clarté, elle coagule la position. Cela dans le cas qui nous intéresse, le Sahara marocain, a libéré un formidable potentiel de développement régional dont les ondes iront jusqu’en Afrique de l’Ouest en passant par le Sahel. C’est un vrai challenge continental. 

Qui sera dans cette dynamique vertueuse et qui restera en marge ? C’est celle-là la vraie question et elle mérite une réponse claire. Pour l’heure, la France, elle qui sait tout, verse dans des atermoiements ridicules. Et l’Espagne se jette dans une situation d’attente mâtinée de gêne qui va éroder durablement sa position dans la région, et l’exclure de la partie serrée qui se joue. A l’UE, à part le tapage habituel et rémunéré de certains députés gauchistes, l’expectative est de mise. Entre temps, tout indique que les affaires avancent avec les Américains dans la région !  

Si vous estimez que le plan d’autonomie vaut la peine pour clore ce contentieux créé par l’Algérie, amenez les séparatistes à la table de négociation sur la base de ce plan. Vous ne pouvez soutenir le plan marocain qui repose sur la souveraineté marocaine et ne pas reconnaitre d’emblée cette souveraineté. C’est là où les Américains ont été clairs, conséquents et logiques avec eux-mêmes. Peut-on attendre la même clarté de l’Élysée embourbé qu’il est dans des histoires mémorielles interminables avec l’Algérie des généraux qui a fait de ce sujet un fonds de commerce éternel ? Peut-on attendre une même cohérence de la Moncloa que des profiteurs de guerre sahraouis veulent culpabiliser à vie ? 

Si vous êtes pour le plan marocain, vous êtes forcément pour la souveraineté marocaine sur son territoire. Et si vous êtes pour l’autodétermination des peuples agissez pour qu’aujourd’hui le peuple algérien spolié puisse bénéficier de la sienne.