Xi Jinping met en garde Davos contre les ''conséquences catastrophiques'' d'une confrontation mondiale

5437685854_d630fceaff_b-

Le président chinois Xi Jinping s'exprimant à distance lors de l'ouverture des sessions virtuelles de Davos au siège du WEF à Cologny près de Genève le 17 janvier 2022. (Photo de Fabrice COFFRINI / AFP)

1
Partager :

Le président chinois Xi Jinping a averti lundi que la confrontation mondiale entre les grandes puissances pourrait avoir des "conséquences catastrophiques", dans un discours adressé au Forum économique mondial de Davos (Suisse).

Le Forum de Davos, longtemps considéré comme l'ultime lieu de rencontre entre milieux d'affaires et responsables politiques ou de la société civile, se tient en ligne en raison de la pandémie de Covid-19.

En 2017, le numéro un chinois avait fait sensation à Davos en s'y faisant, de façon inattendue, le chantre du libre-échange et de la mondialisation, au moment où l'arrivée au pouvoir de Donald Trump aux Etats-Unis faisait craindre un regain protectionniste.

Lundi, Xi Jinping s'est de nouveau présenté comme le défenseur du multilatéralisme et mis en garde contre les tensions au niveau mondial.

"L'histoire a prouvé à maintes reprises que la confrontation ne résout pas les problèmes, elle ne mène qu'à des conséquences catastrophiques", a indiqué M. Xi, selon le texte officiel de son allocution.

L'homme fort de Pékin n'a pas mentionné le grand rival américain.

"Notre monde d'aujourd'hui est loin d'être tranquille. Les rhétoriques qui attisent la haine et les préjugés abondent", a souligné Xi Jinping, sans préciser sa pensée.

La Chine, première puissance marchande planétaire, promeut de nouveaux accords régionaux de libre-échange et initie de "nouvelles routes de la soie" ceinturant le continent eurasiatique.

Le pays est cependant volontiers accusé par l'Union européenne (UE) et les Etats-Unis - ses deux principaux partenaires-adversaires commerciaux - d'avoir recours au dumping, à des mesures protectionnistes pénalisant les produits importés et de restreindre l'accès aux entreprises étrangères.