Les géants de la tech vont s'engager à mieux identifier l'IA lors de campagnes électorales

5437685854_d630fceaff_b-

Les vidéos générées par ordinateur deviennent de plus en plus réalistes et encore plus difficiles à détecter grâce à l'apprentissage profond et à l'intelligence artificielle. Les deepfakes peuvent être ludiques, mais peuvent également avoir de réelles conséquences dommageables sur la vie des gens.

1
Partager :

 

Les entreprises les plus avancées dans l'intelligence artificielle (IA) générative vont s'engager à développer de nouvelles techniques pour identifier les contenus de désinformation utilisant l'IA en période électorale.

Meta, Microsoft, Google, OpenAI, TikTok, Adobe, "et d'autres" mettent la dernière main à un pacte qui doit être dévoilé vendredi en marge de la grande conférence de Munich sur la sécurité (MSC), a déclaré jeudi un porte-parole de Meta à l'AFP.

"En cette année cruciale sur le plan électoral", avec des scrutins majeurs prévus aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Inde, en Union européenne ou en Russie, "les entreprises technologiques travaillent de concert afin de combattre l'utilisation de l'IA pour tromper les électeurs", selon le porte-parole.

Selon le Washington Post, qui a, le premier, fait état de cet accord, les partenaires vont travailler à des outils permettant de repérer les contenus trompeurs, les identifier comme tels pour les utilisateurs et les contrôler.

L'IA dite générative permet de créer, sur simple demande en langage courant, du texte, des images, des fichiers sonores ou des vidéos, susceptibles de faire passer pour authentiques des documents générés de toutes pièces.

Grâce à des archives, la technologie peut notamment produire des "deepfakes", des documents qui présentent une personne en train de dire ou de faire quelque chose alors que cela ne s'est jamais produit.

Plusieurs "deepfakes" ont fait parler d'eux ces dernières semaines, notamment un faux message téléphonique du président américain Joe Biden avant la primaire démocrate du New Hampshire, fin janvier.

Samedi, le parti de l'ancien Premier ministre pakistanais Imran Khan, le Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI), a diffusé un message vidéo utilisant l'IA générative et mettant en scène son leader, actuellement incarcéré et dans l'impossibilité de s'exprimer publiquement.

Meta, Google, Microsoft et OpenAI ont déjà mis en place un système de marquage (watermark) qui permet l'identification d'un contenu créé grâce à l'IA générative.

En juin, le gouverneur de Floride et candidat à la primaire républicaine Ron DeSantis, avait publié des images de Donald Trump enlaçant son ancien conseiller sur le Covid-19, Anthony Fauci.

Des journalistes de l'AFP ont établi qu'il s'agissait d'images générées grâce à l'intelligence artificielle.(AFP)