Secrétaire de M. Ramid : Damir insiste sur la responsabilité morale accrue des personnes exerçant une responsabilité publique

5437685854_d630fceaff_b-
397
Partager :

Le Bureau exécutif a examiné, lors de sa dernière réunion, indique son communiqué « les menaces de mort et de liquidation physique émises par des cercles extrémistes internes et externes sur les pages des médias sociaux, exprimant ainsi des appels au meurtre de type terroriste avéré, contre des chercheurs et des activistes spécialisés dans l'étude du patrimoine religieux islamique, tels que MM Mohamed Abdel Wahab Rafiqi et le chercheur Rachid Aylal.  

Le Bureau exécutif rappelle à ce sujet les menaces takfiristes similaires qui ont précédemment visé des membres du mouvement Damir. Il réitère sa dénonciation et sa condamnation de ces menaces terroristes qui coïncident avec les graves répercussions de la pandémie de Corona – et exprime une fois de plus sa pleine solidarité avec les deux professeurs visés. Il rappelle également ses positions permanentes liées à la défense du respect de la liberté de pensée et d'expression stipulé par la constitution et demande aux autorités compétentes d'intervenir d'urgence en application de la loi. »

Le bureau exécutif a abordé également la question qui occupe l'espace des réseaux sociaux actuellement, liée au cas de feue Jamila Bishr, ancienne secrétaire au sein du cabinet de l'avocat et ministre des DH Mustafa Al-Ramid, ainsi qu'à des cas similaires. Le bureau exécutif a « insisté sur la responsabilité morale en général, et en particulier pour toutes les personnes qui exerce une responsabilité publique. »
Damir apprécie par ailleurs la contribution des citoyens à la discussion de cette question sensible liée à la nécessité de respecter les droits des travailleurs, notamment à la couverture sociale à travers l'inscription à la Caisse de sécurité sociale et à la revendication d’appliquer les sanctions correspondantes en cas de violation de ce droit. Il soutient toutes les expressions légitimes de critiques à cet égard, et invite toute personne agissant dans l’espace public : membres du gouvernement, parlementaires, institutions politiques, syndicales ou associatives à publier une déclaration sur l'honneur, par laquelle il est confirmé que tous les employés de leurs institutions, bureaux ou associations bénéficient d'une couverture sociale et ont un numéro d'enregistrement à la Société de sécurité sociale. Dans le cas contraire, qu'ils s'engagent publiquement à les enregistrer dans un délai ne dépassant pas un mois. »

Envoquant la gestion économique et sociale de la crise du covid-19, il a passée en revue dans le détail les décisions prises par le Comité de veille économique en matière de soutien financier aux ménages les plus vulnérables et aux entreprises les plus fragiles. Il a exprimé à cet égard sa satisfaction tout en attirant l’attention du gouvernement sur leur caractère limité et insuffisant par rapport à l’ampleur des défis qui attendent notre économie nationale.

LIRE L’INTEGRAL DU COMUNIQUE DE DAMIR

lire aussi