Le Royaume-Uni restreint l'usage du vaccin d'AstraZeneca aux plus de 40 ans

5437685854_d630fceaff_b-

Le premier ministre britannique recevant son vaccin Astrazeneca

1
Partager :

 

Londres - Le Comité mixte sur la vaccination et l'immunisation (JCVI) a recommandé, vendredi, de ne pas injecter le vaccin d'AstraZeneca aux personnes âgées de moins de 40 ans au Royaume-Uni, et d'offrir à cette catégorie un sérum alternatif.

Cette annonce intervient suite au signalement par l'Agence britannique des médicaments (MHRA) de 242 cas de caillots sanguins, dont 49 décès, souligne le JCVI, qui note toutefois que le risque de l'apparition de ces effets secondaires reste "extrêmement rare".

"Nous recommandons que les adultes de 18 à 39 ans sans comorbidité se voient offrir une alternative au vaccin Oxford/AstraZeneca, si elle est disponible et que cela n'entraîne pas de retard dans la vaccination", a déclaré le professeur Wei Shen Lim, du JCVI.

"Les vaccins contre la Covid-19 ont déjà permis de sauver des milliers de vies et le bénéfice pour la majorité de la population est clair", a-t-il ajouté.

Le JCVI avait recommandé d'éviter les injections du vaccin anti-Covid-19 d'AstraZeneca aux moins de 30 ans, en attendant les résultats d'une enquête de la MHRA sur son lien potentiel avec ces effets secondaires graves, apparus chez certaines personnes.

Le régulateur britannique du médicament a par ailleurs indiqué avoir constaté à fin avril, 49 décès de personnes ayant reçu ce sérum sur un total de 242 cas de caillots sanguins identifiés au Royaume-Uni. Ces cas concernent notamment 141 femmes et 100 hommes âgés de 18 à 93 ans.

Le gouvernement a indiqué dans un communiqué qu'il prendrait compte de cette recommandation, tout en maintenant son objectif d'administrer une première dose de vaccin à tous les adultes d'ici fin juillet.

Figurant au Top 15 des pays ayant réussi leur campagne de vaccination, le Royaume-Uni a déjà vacciné plus de 51 millions de personnes contre la maladie de Covid-19, dont près de 35 millions ont reçu une première dose et plus de 16 millions ont eu une deuxième injection.