Fès : 3ème session du Conseil supérieur de la Fondation Mohammed VI des Ouléma africains

5437685854_d630fceaff_b-
368
Partager :

Fès - Les travaux de la 3-ème session ordinaire du Conseil supérieur de la Fondation Mohammed VI des Ouléma africains ont débuté mardi à Fès, sur Hautes Instructions de SM le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, président de la Fondation.

Le ministre des Habous et des affaires islamiques, président-délégué de la Fondation, Ahmed Taoufiq, a mis l’accent, à cette occasion, sur les objectifs de cette institution, dont la promotion de la coopération au service des pays africains et la diffusion des préceptes et valeurs de la religion pour lutter contre le fanatisme et l'extrémisme.

M. Taoufiq a aussi évoqué les principes régissant l’action de la Fondation, dont le plus important est ‘’la nécessité de travailler sur des objectifs clairs’’, plaidant pour ‘’l’impératif de passer à l’action’’, conformément à l’agenda de cette session et selon les spécificités de chaque pays.

Il a également souligné la "nécessité d'adopter une approche intégrée dans l’action’’, ce qui signifie, a-t-il précisé, que ‘’les membres de l'institution constituent un seul corps, coopérant aussi bien entre les sections qu’avec le siège central au Maroc, en vue d'atteindre un haut niveau de communication continue, à travers notamment l’usage des nouvelles technologies’’.

Jetant la lumière sur le rôle crucial des ouléma, le président-délégué de la Fondation a noté que les musulmans ont plus que jamais besoin aujourd’hui d'érudits loyaux envers leurs pays respectifs pour prôner les valeurs de paix et de quiétude.

Le ministre a de même souligné l’importance de mettre à la disposition des ouléma africains les textes traitant des aspects et institutions sur lesquels se fonde le modèle marocain dans la gestion de la chose religieuse.

De son côté, le Secrétaire général du Conseil supérieur des Ouléma, Mohamed Yssef, a souligné que le continent africain, représenté par ses Ouléma, révèle aujourd’hui sa véritable identité civilisationnelle, religieuse et spirituelle, notant que cette institution pose progressivement les jalons de son rayonnement.

Il a ajouté que cette troisième session du Conseil supérieur de la Fondation vient confirmer l’attachement des Ouléma africains à leurs racines, estimant que cette institution, qui rassemble des Ouléma de tout le continent, est ‘’appelée à réaliser les aspirations de notre nation’’.

Le Mufti de la République de Tanzanie et président de la section de la Fondation Mohammed VI des Ouléma Africains en Tanzanie, Sheikh Mbwana Abubakar Zubeir, a indiqué, quant à lui, que la Fondation Mohammed VI des Ouléma africains constitue ‘’un havre destiné à sauver l'Afrique du fanatisme et de l'extrémisme et à protéger ses peuples, en se conformant aux constantes religieuses communes’’, ajoutant que cette réunion est ‘’la meilleure preuve de l'unité et de la fraternité africaines’’.

M. Mbwana Abubakar a aussi mis en avant les projets réalisés par la Fondation, citant l’organisation des concours de mémorisation et de psalmodie du Coran, des évènements culturels et religieux et des campagnes destinées à promouvoir le patrimoine islamique en Afrique, outre le renforcement de la communication et des échanges intellectuels.

Cette session ordinaire du Conseil Supérieur de la Fondation Mohammed VI des Ouléma Africains connait la participation de plus de 350 Ouléma représentant les diverses sections de la Fondation, au nombre de 32. Elle verra la présentation des deux rapports moral et financier relatifs aux résultats des activités de la Fondation menées en 2019 et l’examen et l’annonce des activités de la fondation pour l’année 2020, outre la réunion des quatre commissions de la Fondation. Il s’agit de la commission des activités scientifiques et culturelles, la commission des études de la Charia, la commission chargée de la revitalisation du patrimoine islamique africain et la commission de la communication, de la coopération et du partenariat.

lire aussi