Le chômage, encore le lot des jeunes en 2019

5437685854_d630fceaff_b-
631
Partager :

La population en chômage est passée, entre 2018 et 2019, de 1.137.000 à 1.107.000 personnes. Le taux de chômage est passé de 9,5% à 9,2% au niveau national, de 13,8% à 12,9% en milieu urbain et de 3,6% à 3,7% en milieu rural, indique dans un communiqué le Haut-Commissariat au Plan (HCP). 

Les plus forts taux de chômage restent le lot des jeunes, des femmes et des diplômés

Le taux de chômage atteint 24,9% parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans contre 7% parmi les personnes âgées de 25 ans et plus. Ce taux enregistre respectivement 39,2% et 9,9% en milieu urbain.

Le phénomène du chômage touche les femmes plus que les hommes, avec des taux respectifs de 13,5% et de 7,8%. Dans les villes, le taux de chômage des femmes est plus que le double de celui des hommes avec respectivement 21,8% et 10,3%.

Le taux de chômage croît avec le niveau de qualification. Il passe, ainsi, de 3,1% parmi les personnes n’ayant aucun diplôme à 15,7% pour les détenteurs d'un diplôme et de 12,4% parmi les personnes ayant un diplôme moyen à 21,6% pour celles ayant un diplôme supérieur. 

Il reste relativement plus élevé parmi certaines catégories de diplômés dont particulièrement les détenteurs des diplômes délivrés par les facultés (23,6%), des diplômes de techniciens et cadres moyens (23,9%) et des certificats en spécialisation professionnelle (20,9 %).

Graphique 1. Évolution du taux de chômage entre 2018 et 2019 parmi certaines catégories de la population active (en %)

Les chômeurs sont en majorité des citadins, des hommes et des jeunes 

Plus de 8 chômeurs sur 10 (83,8%) résident en milieu urbain, 2 sur 3 sont de sexe masculin (65%), 8 sur 10 (80,3%) sont âgés de 15 à 34 ans et 4 sur 10 (40,8%) sont détenteurs d'un diplôme supérieur.

Cinq régions abritent 71,6% des chômeurs ; Casablanca-Settat vient en première position avec 25%, suivie de Rabat-Salé-Kénitra (15,8%), de Fès-Meknès (11%), de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (9,9%) et de l’Oriental (9,9%).

6 chômeurs sur 10 sont des primo-demandeurs d’emploi 

Il ressort que 57,2% des chômeurs sont à la recherche de leur premier emploi, 50,9% parmi les hommes et 69,0% parmi les femmes. Les primo demandeurs d'emploi sont en majorité des citadins avec 85,2%, des jeunes âgés de 15 à 34 ans (92,9%) et des détenteurs d'un diplôme (91,9 %).

Près des trois-quarts d'entre eux (73%) sont concentrés dans 5 régions, à savoir Casablanca-Settat avec 21,0%, Rabat-Salé-Kénitra (18,0%), Fès-Meknès (12,9%), Tanger-Tétouan-Al Hoceima (12,4%) et Marrakech-Safi (8,7%).

Prépondérance du chômage de longue durée

Plus des deux-tiers des chômeurs (67,8%) sont en situation de chômage depuis une année ou plus, les femmes plus que les hommes avec respectivement 75,9% et 63,5%, les jeunes de 15 à 34 ans plus que les personnes de 35 ans et plus (respectivement 71,1% et 54,8%) et les détenteurs d'un diplôme supérieur plus que ceux ayant un diplôme moyen (respectivement 78% et 67,5%).

Graphique 2. Part du chômage de longue durée dans le volume global du chômage selon le sexe, l’âge et le diplôme (en %)

Profil des chômeurs ayant déjà travaillé

En 2019, plus de 4 chômeurs sur 10 (42,7%) ont déjà exercé un emploi avant de se retrouver en situation de chômage. Ils sont en majorité des citadins avec 81,9%, des hommes (74,6%) et des jeunes de 15 à 34 ans (63,4%). Plus des deux-tiers (69,1%) ont un diplôme, 46,9% de niveau moyen et 22,2 % de niveau supérieur.  

Par ailleurs, 87,9% de ces chômeurs étaient des salariés et 9,2% des indépendants. Près de la moitié d'entre eux (50,8%) exerçaient dans le secteur des services, 20,7% dans l’industrie y compris l’artisanat et 19,1% dans les BTP. 

Ils exerçaient en tant que manœuvres non agricoles, manutentionnaires et travailleurs de petits métiers avec 30,4%, artisans et ouvriers qualifiés des métiers artisanaux (23,0%) et employés (20,7%).

Près de 80% des chômeurs ayant déjà travaillé sont concentrés dans 5 régions : Casablanca-Settat avec 30,4%, l’Oriental (14,2%), Rabat-Salé-Kénitra (12,8%), Sous-Massa (12,1%) et Fès-Meknès (8,5%).

Faible recours à l’intermédiation institutionnelle dans la recherche d’emploi  

Dans leur recherche d'emploi, les deux-tiers des chômeurs (64,9%) font appel aux personnes parentes ou à l'entourage (31,4%) ou au contact direct des employeurs (33,5%). Ces deux modes sont employés par les hommes (70,6%) plus que les femmes (54,2%). 

La participation aux concours et les réponses aux annonces ont été déclarées comme modes de recherche d’emploi par 18,2% des chômeurs, les femmes plus que les hommes avec respectivement 26,9% et 13,5%.

Le recours aux institutions d'intermédiation ne représente que 5%, les femmes plus que les hommes avec respectivement 6,5% et 4,1%.

Graphique 3. Structure de la population active en chômage selon les moyens de recherche d’emploi et le diplôme (en %)

Le salariat est le statut d’emploi le plus recherché

Près de 7 chômeurs sur 10 (71,9%) souhaitent travailler en tant que salariés. Ce statut est recherché par les femmes (78,3%) relativement plus que les hommes (68,4%) et par les détenteurs d'un diplôme supérieur (78,7%) plus que les non diplômés (64,9%).

Par ailleurs, 68,9% des chômeurs sont disposés à exercer dans n'importe quel secteur, 19,6% optent pour le secteur privé et 8,8% pour le secteur public. Parmi les diplômés de niveau supérieur, 19,8% ont une préférence  pour le secteur public.

S’agissant du lieu de l’emploi souhaité, près de 6 chômeurs sur 10 (57,9%) préfèrent travailler dans leur localité de résidence, 71,5% parmi les femmes et 50,6% parmi les hommes. 

lire aussi