Coronavirus : la MAP épingle 200 fakenews depuis la mi-mars

5437685854_d630fceaff_b-
268
Partager :

Rabat - Quelque 200 fakenews ont été épinglées par la MAP depuis le début de l'état d'urgence sanitaire, avec une moyenne de 4 fausses informations quotidiennement, week-ends compris. Jamais le service SOS fakenews de la MAP n’a été autant sollicité.

De la déclaration d'une année blanche, à la réussite généralisée des élèves à l'école, en passant par des scènes de pillages dans des grandes surfaces ou des magasins, des quartiers ou carrément des villes isolés à cause de la pandémie ou encore des aides financières allouées aux écoles du secteur privé et même par tête de cheval, l'imagination de ces fauteurs de troubles ne semble connaître aucune limite.

Comme le ridicule ne tue pas, au moins pas autant que Covid-19, les esprits farfelus de ces bouffons invétérés ont imaginé des remèdes traditionnels à base d'ail ou d'eucalyptus, très efficaces contre la maladie, jurent-ils. On les imagine en train de ricaner en disant au diable la chloroquine et les travaux du respectable professeur Didier Raoult.

D'autres recommandent, sans sourciller, de désinfecter les masques au micro-ondes pendant 2 minutes chrono, ou d’ingurgiter des boissons alcoolisées pour prévenir la maladie ou encore de s'asperger de chlore ou de consommer du café. Autant de conseils, l'un plus caricatural et non moins ridicule que l’autre.

Le plus ahurissant dans cette litanie de fakenews, c'est que des médias supposés, jusque-là, sérieux ont impliqué, malgré eux, des agents de la DGSN dans les déboires d'une équipe de la chaîne Al-amazighya à Tiflet.

A la MAP, on est bien conscient que les fakenews est un phénomène planétaire. Inexorable et imparable. On est aussi bien conscient que ces plaisantins bien de chez nous, cachés derrière l'anonymat de leurs écrans, ne se reposent jamais, mais une telle quantité industrielle d'intox, générée sans état d'âme, qui plus est, à un moment grave, interpelle sérieusement sur la santé mentale de leurs auteurs. Les psychologues devront un jour se pencher sur le cas de ces pyromanes 2.0. De leurs conclusions naîtra peut-être une nouvelle branche en thérapie psychologique.

Nous traquons quotidiennement leurs méfaits, nous les dénonçons sur notre fil et sur l'ensemble de nos plateformes et nous en appelons à leur sens de citoyenneté pour mettre un terme à leurs agissements ; si citoyenneté a encore un sens pour eux.

lire aussi