Covid-19: Les pharmaciens, un face-à-face avec le risque

5437685854_d630fceaff_b-
301
Partager :

Casablanca – Aux premières lignes du combat contre la pandémie du nouveau coronavirus (covid-19), les pharmaciens ne ménagent pas leur énergie pour honorer leurs engagements vis-à-vis des citoyens, qui peuvent trouver auprès des officines conseil et réconfort en cette période de confinement.

Espace social et de santé par excellence, les pharmacies marocaines, au nombre de 12.000, sont plus que jamais résolues à poursuivre leur mission de la façon la plus appropriée qu'elle soit, particulièrement en ces temps où elles sont sollicitées pour des prestations qui dépassent le cadre étriqué de vente de médicaments.

Et pour faire face à une demande plus élevée que la normale, elles ont déployé les moyens nécessaires pour disposer de stocks abondants de médicaments et ce, malgré la ruée observée durant les jours ayant suivi l'annonce du premier cas confirmé de coronavirus au Maroc.

Au début, cette demande exponentielle a, certes, exercé une certaine pression sur les réserves, mais son effet s'est rapidement estompée pour laisser place à un climat de confiance en la capacité des officines à garantir la disponibilité des médicaments durant cette crise sanitaire.

Côté prévention contre le Covid-19, les pharmacies ont opté pour des mesures draconiennes à même de préserver la santé à la fois de leurs collaborateurs et des usagers.

A côté des affiches de sensibilisation qui ont investi les vitrines, on y a renforcé les outils de protection (gants, masques, gels hydro-alcooliques), au moment où des rubans ont été collés au sol pour faire respecter la distanciation. Globalement, on n'a pas oublié de se procurer des solutions pour désinfecter les pièces de monnaie.

"Nous jouons pleinement notre rôle d'autant plus dans ces conditions actuelles. Nous essayons d'être présents tout le temps pour orienter les patients et leur donner quelques conseils à suivre au quotidien pour rester à l'abri de cette pathologie", a confié à la MAP Oualid Amri, président du Syndicat des pharmaciens de la Wilaya du Grand Casablanca et vice-président de la Fédération nationale des syndicats de pharmaciens du Maroc.

C'est pour cette raison, a-t-il poursuivi, que les officines, fortes de leur abnégation, dévouement et patriotisme, ont décidé d'adopter un nouvel horaire de travail permettant d'assurer un service 24h/7j et ce, durant l'état d'urgence sanitaire décrété par le Maroc comme seul moyen inévitable pour garder le coronavirus sous contrôle.

"Les 12.000 pharmacies marocaines accueillent quotidiennement un million jusqu'à deux millions de personnes non seulement pour acheter des médicaments, mais aussi pour avoir des conseils et orientations, d'où le rôle majeur de ces espaces de santé", a fait valoir M. Amri, invitant les citoyens à rester chez eux et de se confiner comme il le faut pour vaincre ce virus.

Pour recevoir le flux important des patients dans de meilleures conditions de sécurité et d'hygiène, ce pharmacien a affirmé avoir mis en place toute une série de mesures préventives consistant notamment à la limitation du nombre d'accès des clients, le strict respect de la distanciation, outre l'installation de plexiglas sur les comptoirs et la désinfection des pièces de monnaie et des billets de banques.

Toutefois, a-t-il relevé, "les pharmacies ne peuvent pas toutes se doter de ces équipements", appelant les autorités publiques à leur fournir les moyens nécessaires (masques, gels hydro-alcooliques, etc) pour protéger les citoyens et l'équipe officinale.

Maillon fondamental dans la chaîne de sécurité sanitaire, les pharmacies semblent faire preuve d'une vigilance accrue en ces circonstances spéciales et veillent à remplir leur devoir éthique et professionnel.

*MAP