Les Eaux et Forêts démentent les photos et vidéos de sangliers ''envahissant des villes du Royaume''

5437685854_d630fceaff_b-
474
Partager :

Rabat, - Le département des Eaux et Forêts a démenti formellement le contenu de plusieurs photos et vidéos circulant sur les réseaux sociaux, selon lesquelles plusieurs dizaines de sangliers envahissaient des villes du Royaume, notamment Ifrane et Kenitra (Sidi Boughaba).

Les investigations menées par le Département des Eaux et Forêts ont démontré qu'il s’agit de photos et de vidéos prises et tournées en dehors du Maroc, affirme le ministère de l'Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts dans un communiqué.

C'est le cas, notamment, d'une vidéo qui montre un troupeau de sangliers dans les rues d’une ville en prétendant qu’il s’agit d'Ifrane, alors que la vidéo a été filmée en Suisse, note la même source, ajoutant qu'une autre vidéo présente plusieurs dizaines de sangliers filmés par le conducteur d’un véhicule sur les abords d’une piste forestière et indiquant qu’il s’agit de la réserve biologique de Sidi Boughaba, près de la ville de Kenitra, alors qu'elle a, en réalité, été prise en Espagne.

Par ailleurs, afin d’améliorer la vigilance sur le terrain, le Département des Eaux et Forêts a adressé, depuis l’annonce du confinement, une note à toutes ses unités pour la surveillance de la faune sauvage, plus particulièrement du sanglier et ce, afin de collecter tous les éléments d’évaluation du risque sur les habitants et leurs biens, a souligné le communiqué.

Il y a lieu de noter que, dans le cadre de sa stratégie de lutte contre les risques du sanglier, ledit département a récemment renforcé les mesures prises pour réguler les effectifs de cette espèce.

De même, compte tenu de l’état d’urgence sanitaire actuelle et afin de respecter les consignes définies par les pouvoirs publics, l’opérationnalisation des battues sera reprise après le confinement, note le ministère, ajoutant que conformément aux dispositions du nouvel arrêté n°3-17-19, publié le 5 septembre 2019, fixant les modalités de régulation des effectifs de certains animaux devenus nuisibles, la régulation du sanglier pendant cette période d’urgence sanitaire s’opère moyennant le piégeage.

Dans ce cadre, le département des Eaux et Forêts a procédé, au niveau des points noirs de la province de Tiznit, à l’installation de 20 pièges dans les endroits les plus fréquentés par le sanglier. Un programme similaire est en cours et concernera plusieurs points noirs sensibles, tels que Dar Salam à Rabat et Rmilat à Tanger.

Enfin, il y a lieu à préciser qu’aucun danger lié aux sangliers n’a été enregistré jusqu’à présent et que des mesures préventives seront prises, le cas échéant, en concertation avec les autorités locales, en prévoyant des interventions urgentes par les agents forestiers relevant des territoires concernés , conclut le communiqué.

lire aussi