Les Présidents de région des Provinces du Sud démystifient les chimères du séparatisme

5437685854_d630fceaff_b-

542
Partager :

Les Présidents de la Région Laayoune-Sakia Al Hamra et de la Région Dakhla- Oued Eddahab ont pris récemment l'initiative d'adresser une lettre à la Haut-Commissaire des Nations Unies chargée des droits de l'homme Michelle Bachelet.

Au-delà de l'objectif principal de cette lettre qui consiste à réfuter les allégations mensongères que le Polisario ne cesse de ressasser, sur instigation de son parrain algérien, au sujet de la situation des droits de l'homme, cette missive livre des messages forts qui démystifient bien des méprises pernicieuses concernant le projet séparatiste d'un autre temps.

Tout d'abord, l'initiative de Sidi Hamdi Ould Errchid et Al Khattat Yanja signifie que le séparatisme n'est pas une option mais une chimère conçue et fomentée dans un contexte révolu par les tenants d'une idéologique mondialement honnie.  En revanche, cette initiative confirme que les populations des Provinces du Sud s'inscrivent résolument et définitivement dans la perspective empruntée par la mère patrie le Maroc sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, une perspective de la démocratie, de l'Etat de droit, du progrès et du développement à tous les niveaux. 

Aujourd’hui, la communauté internationale et en particulier les sahraouis ont pris conscience du piège qui leur avait été tendu en pleine guerre froide par deux adeptes le polisario pantin d’un régime militaire aux abois
L’initiative des Chefs de région des Provinces du Sud porte une démonstration supplémentaire à la communauté internationale  que les populations qu’ils représentent se sont déjà se sont déjà autodéterminées et le confirment par leurs participations massives et régulières aux diverses échéances référendaires et électorales et en choisissant les élus qui la représentent à savoir, d’authentiques sahraouis qui exercent leurs responsabilités aux niveaux local, régional et national.

Cette sortie en direction de la responsable onusienne en charge des droits de l’homme rappelle bien que la représentativité d’une population ne saurait être légitime si elle n’est pas obtenue par le biais des urnes et à travers des élections libres, transparentes et validées par des institutions nationales dûment habilitées, crédibles et efficaces. Elle souligne à tout le contraire des gesticulations du Polisario, que cette légitimité représentative ne s’obtient pas à coups de propagande usurpatrice et de slogans creux.

Cette lettre de responsables régionaux dûment et démocratiquement élus balaye de manière cinglante les mensonges des séparatistes sur l’exploitation des ressources naturelles et met en avant l’élan de développement qui anime nos Provinces du Sud qui affirment de plus en plus visiblement et concrètement leur vocation de plateforme de développement et de coopération économiques à travers plusieurs  projets ambitieux , une situation et une perspective de prospérité qui contraste avec  la précarité et la désolation des prisons à ciel ouvert de Tindouf qui constituent une insulte à la dignité humaine qui doit interpeller la communauté internationale qui doit imposer le droit de ces populations séquestrées à la liberté de mouvement.

Cette mise au point limpide des deux responsables régionaux des Provinces du Sud, dont M Alkhattat Yanja qui a longtemps vécu dans les camps de Tindouf et évolué dans des positions au sein de l’appareil du Polisario, illustre bien que la patrie est clémente miséricordieuse et que le Maroc ne renie pas ses enfants. Elle confirme que la proposition d’autonomie est une option crédible et sérieuse pour mettre un terme au conflit artificiel sur le Sahara Marocain et qu’elle permettra aux sahraouis de retrouver leur pays et leurs familles et de participer à la gestion des affaires de ces provinces et de contribuer à la dynamique de développement et de modernisation résolument engagée par le Maroc.

Le témoignage de Sidi Hamdi Ould Errachid et  Al Khattat Yanja pulvérise les mythes et les affabulations que l’Algérie et son pantin le Polisario se sont acharnés  à disséminer des années durant. Il sonne le glas d’un gros mensonge et d’un complot de déstabilisation séparatiste en perdition d’autant plus que ses promoteurs, aujourd’hui en situation délétère d’échec et de perte de crédibilité, ne sont plus en mesure continuer à tromper la communauté internationale et encore moins les sahraouis.