Marrakech, une ville en devenir

5437685854_d630fceaff_b-

Jammaa El Fna, désormais un désert touristique

1036
Partager :

Bien que ce ne soit pas propre au Maroc, le monde touristique souffre, nous constatons que l’attitude des responsables, publics et privés, du tourisme au Maroc n’a pas changé.

Deux règles d’or que respectent et continuent de soutenir public et privé dans leurs actions :

Marrakech 

Hôtellerie classée

Bien sûr ce ne sont pas nos amis de la vile ocre qui se plaindront, ni qui diront, NON, il faut penser aux autres régions et autres formes de tourisme, cela ne veut pas dire aussi qu’il ne faille pas soutenir Marrakech et ses professionnels, tous ses professionnels.

Ne serait il pas temps de concevoir ou comprendre qu’il y a d’autres régions, villes villages, douars, sites ?

Ne serait il pas temps de concevoir qu’une hirondelle ne fait pas le printemps.

Aujourd’hui Marrakech se caractérise par un tourisme de masse composé de beaucoup de retraités et de personnes pour qui une journée à Marrakech leur revient moins cher que dans leur domicile.

Ce sont des touristes qui viennent vivre quelques jours, un fantasme. Celui de leurs idoles ou des grands de ce monde qui ont une maison un peu partout et à qui il a été accordé moultes facilités et qui sont « cocoonées » à peu de frais.

De Branson avec sa Kasbah Tamodot à 75 000 dirhams la nuit ou chez Adriana Karembeu pour la modique somme de 5 000 dirhams la nuit, sont loin de tous ces « touristes qui viennent, par mémitisme, passer une semaine à 350 € tout frais compris de Paris à Paris.

Bien sûr ils vont aller jeter un petit coup d’œil avec plein de photos du Jardin Majorelle, résidence d’Yves Saint Laurent et Pierre Berger pour immortaliser le rêve d’avoir été chez un grand et qui n’est autre qu’un phénomène de mimétisme et dire nous y sommes allés nous aussi.

Mais voilà, la magie créée par l’autre ne peut être la solution pour faire vivre sur une illusion, de manière permanente, toute une population.

Ceci me rappelle un sujet de concours que j’ai eu à passer qui consister à disserter sur la phrase suivante de je ne sais plus quel philosophe : « l’art créé l’illusion, la science dissipe les illusions ».

Elle a toujours été avec moi et je continue d’y réfléchir.

Je crois qu’au Maroc, nous nous sommes gargarisé d’illusions, les événements que nous avons vécus depuis, ont montré que nous nous sommes laissés faire, avons été manipulés allant jusqu’à croire aux chimères que nous ont vendus les opérateurs étrangers et que nous avons pris pour des réalités.

Ils nous ont même assuré et nous les avons crus qu’il fallait que le Maroc paie (contrats de co-marketing disent-ils) pour qu’ils continuent de nous faire venir leurs clients.

Nous nous sommes engouffrés dans les niches qu’ils nous ont créées et données en nous ventant l’excellence du retour en investissement et les retombées sur notre économie et notre pays.

Autant que je peux me souvenir, tout à commencé avec Agadir, et sa reconstruction après le tremblement de terre ce 29 février 1960.

La reconstruction d’Agadir a fait découvrir aux allemands cette belle cité dont les hivers ressemblent aux étés européens.

Les premiers touristes à venir furent les Allemands et les pays scandinaves et ce jusqu’au développement de destinations plus compétitives et exotiques, le transport aérien bon marché avec des appareils plus performants ont déplacé ce flux.

A rappeler aussi , la « brillantissime » idée du « all inclusive » (tout compris) qui a fini par faire fuir les touristes puisque toutes les échoppes d’artisanat ou de la restauration locale ont dû mettre la clé sous le paillasson.

Marrakech n’était qu’une excursion vendue à partir d’Agadir, par les agences de voyages au même titre que Taroudant ou immouzer ida outanane ou Tafrouet.

Les agences de voyages qui faisaient du réceptif, c’est-à-dire recevait les clients étrangers, étaient sur les circuits et séjours combinés sur deux villes au moins.

Le développement du transport aérien et la baisse du coût de celui-ci en plus d’offres plus attrayantes dans des pays exotiques ont sonné le glas de cette ville qui n’a pas su se renouveler en plus de ce que les hébergeurs ont fait (copiant en quelque sorte le club Med) pour la transformer en ville fantôme qui ne « sort de sa léthargie que le temps d’un été avec les nationaux et les Marocains du Monde.

Une sorte d’équilibre a existé au Maroc, où chaque ville ou région avait une petite part du gâteau jusqu’au jour où les opérateurs du tourisme qui souhaitaient booster celui-ci ont eu cette brillante idée du contrat programme vision 2010.

Les professionnels ne pouvaient rêver mieux pour leur développement, sauf que sur une très courte période l’industrie a eu trois ministres.

Le premier qui essayait de mettre des gardes fous pour préserver un équilibre globale, le second qui l’a remplacé le temps d’une signature et le troisième, ministre intelligent qui a marqué son passage par la destruction et le démembrement de l’administration et qui a complétement faussé l’esprit de la vision 2010 en allant réaliser son plan azur qui est une véritable faillite.

Sans aucun garde-fou et pour dire que le Maroc a réalisé la rupture avec ce qui se faisait le nombre de nouveaux lits nous a rendus « visibles ».

Sauf que cela ne s’est pas fait selon la vision 2010 mais tout simplement à Marrakech qui profitant d’anciennes dérogations des années 70 a fait exploser les chiffres.

L’annonce par Sa Majesté Mohammed VI de lancer le Festival International du film de Marrakech le 28 Septembre 2001 a été un geste fort juste après l’attentat du 11 Septembre.

Voilà Marrakech sous les feux de l‘actualité et le début de la saga.

Tout le gotha du monde vient dans cette ville arabe qui défie toutes les conjectures. Acteurs, actrices, metteurs en scène, critiques et surtout la Presse qui viennent découvrir cette ville qui dit non au Terrorisme, non aux amalgames.

C’est un évènement qui a soulevé la curiosité et l’enthousiasme.

Marrakech est lancée.

Depuis tout le monde surfe sur cette vague, jusqu’à devenir hautains, cassants et méprisants.

Mais voilà, un petit mais tout petit microbe vient les rappeler à la réalité.

Gesticulations, réunionites, déclarations, pleurs et je ne sais quoi d’autre lorsque ce monde s’est retrouvé tout seul devant un vide, devant le néant et qu’aucune proposition ne vienne pointer son nez.

Aujourd’hui, il ne faut pas sauver le tourisme de Marrakech et de sa région.

Non c’est penser à un nouveau Marrakech qui doit oublier (mais le peuvent-ils) ce mono produit qu’est le Tourisme et ses chambres d’hôtel.

J’ose espérer que Marrakech s’intéresse à la journée mondiale du tourisme organisée par l’OMT : Tourisme et développement rural. C’est pour y puiser l’inspiration.

Enfin et pour revenir aux premiers mots que j’ai dit :

Ce n’est pas une question d’aptitude, mais d’attitude dont il faudra faire preuve.

 

lire aussi