Tourisme medical : Maroc, destination santé

5437685854_d630fceaff_b-

A long terme aura à créer au Maroc une plateforme médicale ouverte, elle, aux professionnels de la santé du continent.

1508
Partager :

Oui, cette pandémie de COVID -19 finira bien par être jugulé. Demain. Dans quelque mois, au-delà une grande mobilisation marque tant de laboratoires dans le monde... Mais cette crise a été pour le Maroc de faire montre de la réactivité, de l’agilité aussi, mettant à rude épreuve des politiques publiques. Le système de santé a été pratiquement bousculé avec un impact majeur dans de nombreux domaines. En même temps, voilà une opportunité pour appréhender, surement, la question du tourisme médical, demain, dans une perspective de développement, alors que précisément ce secteur là, le tourisme, est appelé à se repositionner.

De quoi s’agi-t-il ? De mettre en place un écosystème structuré du tourisme de santé  et plus globalement de ce que l’on appelle le voyage de santé dans le Royaume. Il faut arriver à une identification, à une attractivité du Maroc d’une marque : Maroc, Destination Santé. Que faire à cette fin ? Mettre sur pied une Agence spécialisée de promotion des investissements et des exportations dans le secteur de la santé. Le département de la santé n’est pas le seul à être impliqué ; celui du tourisme non plus ; d’autres sont en effet partie prenante ; sans oublier des entreprises : des synergies sont à nouer et à dynamiser entre tous ces opérateurs. La compétitivité de l’offre de santé Maroc ne peut qu’y gagner ; un pôle d’excellence pourra ainsi gagner par un marketing approprié.

Quel sera de ce produit ; le réseau des médecins marocains dans le Royaume ou à l’étranger sera également associé ; des facilités seront accordées pour les visas des patients et de leurs familles pour leur séjour. Mais la cible des marchés potentiels. L’appareil diplomatique aidera à faciliter la promotion au-delà, une approche conséquente inscrite dans le durable et le long terme aura à créer au Maroc une plateforme médicale ouverte, elle, aux professionnels de la santé du continent. Un projet pouvant se décliner suivant diverses formes : jumelage d’hôpitaux marocains avec d’autres en Afrique, stages de médecins africains, missions de formation dans des pays demandeurs,… Ce créneau est de nature à intéresser des grands groupes privés hospitaliers mondiaux et à favoriser leur implantation au Maroc, soit directement, soit suivant la formule de « joint-venture ». si bien que l’offre Santé Maroc y gagnera à terme en montée en gamme : équipements, ressources humaines…

Ce reprofilage de la politique publique dans ce secteur ne pourra que profiter au tourisme national. Une stratégie d’exportation de ce produit- le tourisme médical – présente potentiellement des opportunités immenses qui ne peuvent que se développer. La Banque mondiale a estimé que ce secteur du Tourisme de Santé dépasse annuellement les 40 milliards de dollars dans le monde ; pour la seule région du Moyen-Orient, il dépasse les 10 milliards de dollars. Globalement, il augmente de plus de 10% chaque année, selon une étude du cabinet Deloitte. Un autre rapport de VISA et Oxford Economics, ce tourisme médical va avoir un taux de croissance projeté de l’ordre de 25 en glissement annuel d’ici 2030.

Des atouts, le Maroc n’en manque pas : tant s’en faut. Son attractivité illustrée par plusieurs paramètres : compétence des professionnels de Santé, qualité des établissements, facilité d’accès, hub aérien,… Dans ce marché du tourisme médical, il faut mentionner les acteurs qui sont les professionnels de haut niveau, les capacités d’accueil, de séjour et d’organisation ainsi que des prestataires de services annexes et connexes (hôtels spécialisées, voyagistes, assistance,…). Plus encore : le Maroc comme Hub du contient africain. La vision Royale privilégie depuis des années une coopération Sud-Sud en donnant une nouvelle dimension à la vocation africaine du Maroc. Avec le tourisme médical, c’est une valeur ajoutée qui est donnée à cette vision. Cette pandémie offre un levier de réflexion dans le sens d’une réarticulation opératoire tant de la politique sanitaire que touristique.

lire aussi