Economie : La stratégie du ''leapfrog'' ou quand les grenouilles inspirent la démarche à suivre

5437685854_d630fceaff_b-
642
Partager :

La stratégie du leapfrog, ou stratégie du saut de la grenouille, est celle qui a été retenue par l’Institut Royal des Etudes Stratégiques (IRES) pour qualifier le nouveau modèle de développement  tel qu’il a été soumis à la CNMD fin février dernier. Le document vient d’être rendu public sur le site officiel de l’Institut sous le titre « vers un nouveau modèle de développement, rapport stratégique 2019-2020 ». La référence au saut de la grenouille, sur laquelle on reviendra ci-dessous, se justifierait par le souci pour le Maroc de rattraper les pays développés. Ce qui nécessite de raccourcir le chemin quitte à brûler les étapes. 

Le point de départ de cette réflexion stratégique, qui contribuera  à coup sûr à alimenter en idées et en propositions la Commission chargée d’élaborer le nouveau modèle de développement, est la vision royale telle qu’elle se dégage dans  les différents discoures et messages prononcés par le Souverain depuis notamment 2017. Bien sûr,  le pays a enregistré des avancées sur plusieurs domaines : cohésion sociale, capital relationnel y compris sur le plan  international,  réconciliation des Marocains avec leur passé et leur mémoire collective, des stratégies sectorielles, développement des infrastructures, transition énergétique en cours…Mais il  a connu aussi des insuffisances  au niveau de la gouvernance, de la dégradation du capital naturel, de la qualité de son capital humain et des inégalités multiformes.  Par conséquente, le NMD proposé  vise à  valoriser les premières  et à corriger les secondes.

Pour ce faire, et en adoptant la définition du modèle de développement de l’ONU  en tant que « schéma à suivre afin de promouvoir le progrès d’un peuple… et cadre de référence pour ceux à qui il appartient d’élaborer les politiques publiques »  l’IRES, décline ses propositions sous forme de quatre piliers : la place de  l’humain au cœur du développement ; le rapport de l’homme à  la nature ; la planétarisation  à savoir la convergence du local et du mondial dans une perspective nouvelle de « glocalisation » ; «  l’exponentialité » à travers une optimisation digitale. Chacun de ces  piliers est traité en quatre temps : compréhension, anticipation,  paradigme et vision, propositions. Le tout est présenté dans un format  marketing rendant le texte facile à  digérer, un texte aéré par   des illustrations, des encadrés  et des références aux « best practices ». Intéressons-nous  au côté propositions.

 Ainsi au niveau du premier pilier, il est question  d’une économie humaine avec notamment le développement des services de soins à domicile, l’entreprenariat social, d’une formation des jeunes pour les préparer au futur et en faire des citoyens responsables, mais aussi d’une formation des enseignants et des adultes.  Il est question également de  la réduction drastique des inégalités et de  l’aménagement des espaces publics  en rendant la ville plus humaine  pour ses habitants et en éradiquant l’habitat non réglementé ou clandestin. 

Au niveau du deuxième pilier, on retiendra  la nécessité de régénérer les ressources fortement dégradées telles que les sols,  les  eaux, les forêts les richesses halieutiques, la promotion d’une agriculture dite climato intelligente,  et la  valorisation  des  ressources écosystémiques rendues par la nature.

Au niveau du troisième pilier,  l’accent est mis sur la le renforcement du développement territorial (en accélérant la décentralisation et en mettant en place une politique foncière dynamique), l’internationalisation de la connaissance (disséminer la connaissance mondiale), le développement de l’intégration régionale  en particulier avec l’Afrique.

Au niveau du quatrième et dernier pilier, il est préconisé  d’assurer la transformation structurelle de l’économie marocaine  par le biais d’une industrialisation et de réussir la transition vers les valeurs ajoutées du futur (digitalisation avancée, intelligence artificielle) tout en plaidant pour une agriculture  durable moins prédatrice et plus intensive écologiquement. 

Pour réussir ce projet, il faut miser sur l’humain et l’innovation en s’engageant résolument dans un développement endogène et mesuré qui mettrait fin à  « l’économie de la prédation ».  Il faut également une nouvelle gouvernance  basée sur le principe de l’honnêteté, l’agilité dans l’action, l’égalité de traitement, l’ouverture d’esprit…

Enfin, la contribution de l’Institut nous invite à réfléchir sur cette  question centrale : faudrait-il absolument rattraper les pays développés et à quel horizon ou vaudrait-il mieux concevoir notre modèle de développement  différemment  sans  être obnubilés  par ce « complexe » de rattrapage ?   Par ailleurs, s’il fallait absolument employer un langage animal pour qualifier les sauts que le Maroc devrait accomplir, il vaudrait mieux, de notre point de vue  prendre l’exemple de la gazelle.  Celle-ci  associe à la fois élégance et rapidité.