Le mystère Oufkir vu par Maaninou

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :
couv-ayam-zaman Myst?re?! On savait le coup d?Etat en pr?paration, mais Hassan II restait ferm? ? tout ce qui pouvait ?branler sa confiance dans le g?n?ral. 10 juillet 1971, tentative de coup d?Etat de Skhirate. Seddik Maaninou, qui travaille pourtant depuis quelques ann?es ? la t?l?vision marocaine, d?couvre dans des circonstances particuli?res que le si?ge de la radio nationale disposait d?un vaste studio d?enregistrement musical. Il s?y est trouv? parqu? avec une vingtaine, une trentaine, on ne sait trop, d?autres personnes. La radio grouillait de soldats en tenue de combat, mitraillettes et armes de poing en position de tir. Avant d?arriver ? la radio, Seddik a d? enjamber des corps, d?tourner les yeux ? la vue du sang. A l?int?rieur du studio, il observe un cadet putschiste de l??cole militaire de Harmemmou qui d?couvre un piano, pendant qu?assis ? sa droite, Abdellatif Bekkali, journaliste ? la radio, se demande en marmottant ce qu?il adviendra de sa famille s?il venait ? mourir. Pas tr?s loin, l?animateur Ali Hassan r?plique?:?? moi, je n?ai ni femme ni enfants, et m?me si on s?en sort, je ne compte pas me marier??. Au bout de deux heures, Ali Hassan chuchote dans l?oreille de Seddik qu?il ressent un besoin pressent, ce qui a le don d?exasp?rer ce dernier. Au bout d?un moment Ali l?ve le doigt?: ??toilettes, toilettes??? Les mutins se regardent puis l?un deux d?cide de l?accompagner aux sanitaires. A son retour soulag?, Seddik lui demande?: ??tu as vu quelque chose???? ??Oui, lui r?pond Ali, mon visage dans la glace du lavabo en me lavant les mains??? Seddik finit par en sourire. Des anecdotes de la m?me veine pimentent l?ouvrage m?moire de Seddik Maaninou au titre nostalgique Ayame Zamane (les temps d?antan). Journaliste et pr?sentateur vedette de la t?l?vision pendant de longues ann?es, responsable de l?information, puis secr?taire g?n?ral du minist?re de la communication o? il ach?vera une riche et brillante carri?re, il revient sur sa tendre enfance qu?il prospecte, juge et ?voque ? la troisi?me personne. Une mani?re d?lib?r?e de porter un regard d?adulte sur le gamin qu?il fut avant de passer au ??je?? comme pour dire maintenant on va parler des choses s?rieuses. Le r?cit de la cr?ation de la t?l?vision marocaine ? la h?te et de bric-?-brac, est sans doute un moment d?amusement qui m?a curieusement fait penser ? un film que j?ai vu il y a une trentaine d?ann?es?: Les dieux sont tomb?s sur la t?te?; certainement parce que le h?ros de la fiction est une tribu primitive. Seddik Maaninou traverse son histoire et celle de son pays ? la fois acteur et spectateur de premier plan et met fin ? ce premier tome par l??chec de la deuxi?me tentative de coup d?Etat dont le triste h?ros est un g?n?ral puissant mais cocu, Mohamed Oufkir. Seddik ne fait pas que narrer dans un style sans fioritures ni circonlocutions. Il interroge et s?interroge sur le sens des choses et des ?v?nements. Mais ne r?ussira pas ? ?luder le myst?re Oufkir. Pendant que ??tout le monde?? savait le coup d?Etat en pr?paration, que des informations circonstanci?es arrivaient au roi, Hassan II restait ferm? ? tout ce qui pouvait ?branler sa confiance dans le g?n?ral.

lire aussi