Au Maroc, la belle santé des clubs de football selon Le Monde

5437685854_d630fceaff_b-
1376
Partager :

Paris - Le quotidien français ''Le Monde'' souligne la ''belle santé'' du football marocain dans le sillage de la "performance historique" des clubs nationaux dans les compétitions africaines.

"C’est une performance historique que les clubs marocains ont réalisée lors du premier week-end de mars, en atteignant les demi-finales de la Ligue des champions et de la Coupe de la confédération", relève le journal dans sa rubrique "Afrique".

Ces résultats viennent traduire les efforts réalisés à différents échelons du football marocain, sous l’impulsion de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), estime la publication dans un article sur son site web.

Les succès enregistrés par les clubs marocains reposent sur une politique sportive ambitieuse et une amélioration des conditions économiques des clubs, souligne le quotidien qui relève qu’après son élection, en 2014, à la tête de la FRMF, Fouzi Lekjaa a commencé à appliquer un programme, articulé autour de trois thèmes essentiels.

"D’abord, s’occuper des infrastructures. Cela passait par la rénovation des stades ou la construction de nouvelles enceintes, que ce soit pour les clubs professionnels ou amateurs. Il a mis fin aux terrains synthétiques pour imposer des pelouses naturelles. Le président a également demandé que les clubs se structurent au niveau administratif et qu’ils adoptent une politique de gestion rigoureuse", explique au quotidien Jamal Kouachi, membre du comité directeur de la FRMF.

Ainsi, les clubs sont placés sous la surveillance de la Direction nationale de contrôle et de gestion, inspirée du modèle français. En contrepartie, la FRMF octroie à chaque club de Ligue 1 une subvention annuelle d’environ 600.000 euros.

Les clubs qui participent aux coupes d’Afrique bénéficient d’une aide financière de la fédération pour les voyages et l’hébergement, poursuit Jamal Kouachi. L’instance a également décidé d’octroyer aux clubs marocains des primes en fonction de leurs performances sur la scène nationale.

Le Maroc a également mis l’accent sur la formation des jeunes joueurs, susceptibles d’intégrer des clubs professionnels et des des centres de formation ont vu le jour à Berkane et à Tétouan, et celui du Raja de Casablanca sera inauguré dans les prochains mois, relève le quotidien.

"Quand il a été élu, Fouzi Lekjaa avait un programme de développement du football demandant aux clubs de renforcer leur politique de formation", rappelle Mustapha El Haddaoui, ancien international (55 sélections) et président de l’Union marocaine des footballeurs professionnels, cité par le journal.

En 2009, SM le Roi Mohammed VI avait inauguré un centre de formation à Salé, près de Rabat, et d’où sont sortis plusieurs internationaux marocains tels Youssef En-Nesyri (FC Séville), Nayef Aguerd et Hamza Mendyl (Dijon FCO), note la publication qui relève que des centres de formation, placés sous l’autorité de la FRMF, ont ainsi été créés dans plusieurs régions du Maroc.

L’auteur de l’article souligne en outre que le football marocain, premier pays africain à utiliser l’assistance vidéo (VAR) pour ses matchs de championnat, "doit encore lutter contre certaines mauvaises habitudes, comme l’instabilité technique, consistant à changer plusieurs fois d’entraîneurs dans la même saison, et les problèmes de violence dans les stades, même si le phénomène à tendance à reculer".