CAN 2024 : Voilà, c’est fini !

5437685854_d630fceaff_b-

L'attaquant marocain #10 Amine Harit (G) et le défenseur marocain #2 Achraf Hakimi (D) après leur défaite lors du match de football des huitièmes de finale de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2024 entre le Maroc et l'Afrique du Sud au Stade Laurent Pokou à San Pedro, le 30 janvier 2024. (Photo SIA KAMBOU / AFP)

1
Partager :

 

Un autre favori est tombé à la CAN, le Maroc, piégé par l'Afrique du Sud (2-0) dès les 8e de finale, mardi à San-Pédro, où Achraf Hakimi a raté un penalty pour une égalisation en fin de match. Il a fallu que ce soit lui.

Les premiers demi-finalistes africains en Coupe du monde n'ont pas assumé leur statut, ce sont les "Bafana-Bafana" (les Garçons) qui iront défier le Cap-Vert, samedi à Yamoussoukro, dans le quart de finale le plus inattendu du tournoi.

Comme le Sénégal, surpris la veille par une Côte d'Ivoire (1-1, 5 t.a.b. à 4) réveillée d'entre les morts, le Maroc a cédé, après un premier tour maîtrisé. Walid Regragui, qui avait annoncé quitter son poste de sélectionneur si les "Lions de l'Atlas" n'atteignaient pas au moins les demi-finales, va-t-il rester?

La Tunisie et l'Algérie éliminées dès le premier tour, l’Égypte sortie par la RD Congo (1-1, 8 t.a.b. à 7), l'Afrique du Nord n'a plus de représentants en Côte d'Ivoire.

La malédiction continue pour le Maroc, qui n'a remporté qu'une seule Coupe d'Afrique, en 1976, un peu maigre pour son statut de géant du continent. Hakimi a eu une balle d'égalisation, pour un penalty consécutif à une main de Mothobi Mvala, mais il l'a envoyé sur la barre (86). 

Les Bafana-Bafana aussi n'en ont remporté qu'une, la première, chez eux en 1996, devant Nelson Mandela, qui venait sorti le pays du régime de l'Apartheid et de la mise au ban internationale.

Evidence 

Le nouveau héros porte un beau prénom, Evidence Makgopa. L'attaquant des Orlando Pirates est parti à la limite du hors-jeu sur un mauvais alignement de la défense marocaine et une bonne passe de Themba Zwane pour aller battre Yassine Bounou (56).

Contrairement à la Coupe du monde, où le Maroc pouvait défendre et contrer, il lui fallait faire le jeu en Afrique, conformément à son statut.

Les hommes de Regragui, privé de son meneur Hakim Ziyech, blessé, ne s'y sont mis sérieusement qu'une fois menés au score.

Symbole de cette faillite, Sofyan Amrabat n'a pas fini le match, exclu pour une faute en dernier défenseur (90+4), et sur le coup franc, Teboho Mokoena a conclu son très grand match d'un coup franc direct (90+5). (Quid avec AFP)