CAN U17 : Les Lionceaux de l'Atlas à une marche du sacre

5437685854_d630fceaff_b-

Lors de la séance de tirs au but, les joueurs marocains ont, encore une fois, fait valoir leur atout principal qui leur a permis de signer un parcours réussi en cette CAN, à savoir un mental infaillible et une capacité de rester dans la partie jusqu’au bout.

1
Partager :

Constantine (Algérie) – Ce sont des Lionceaux de l’Atlas solides mentalement et disciplinés tactiquement qui se sont envolés pour la finale de la 14e édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN-2023) de football des moins de 17 ans, en battant en demi-finale l’équipe du Mali, au terme d’une séance de tirs au but à couper le souffle 6 à 5 (temps réglementaire 0-0), dimanche à Constantine en Algérie.

L’équipe marocaine a imposé son style de jeu, parvenant à juguler les ardeurs des Maliens qui se présentaient à cette demi-finale comme une équipe invincible au parcours presque parfait lors de cette CAN, avec notamment zéro but encaissé.

Fidèles à leur schéma tactique, les poulains de l’entraîneur Said Chiba ont verrouillé leur zone, laissant les Maliens exercer une possession stérile de la balle, tout en tentant de les surprendre par des contre-attaques.

La démarche du onze national a été fructueuse sur le plan défensif, dans la mesure où l’équipe malienne peinait à trouver des solutions devant le bloc compact qui se dressait devant elle. D’ailleurs, leurs plus nettes occasions étaient sur des balles arrêtées ou sur des tirs de loin.

En muselant l’attaque adverse, les Nationaux sont parvenus, surtout, à semer le doute dans l’esprit de leurs vis-à-vis, notamment en deuxième mi-temps, qui a vu l’équipe marocaine jouer plus haut et s’offrir des occasions plus nettes.

La 59e minute a failli marquer un tournant en faveur de l’équipe nationale, quand Mohamed Redouane exécute un coup-franc court du flanc droit et Adam Chakir détourne la balle, mais touche la transversale.

Faute de permettre à l’équipe marocaine de surprendre son adversaire, ce bloc haut a néanmoins poussé les Maliens à plus de prudence sur le plan défensif, ce qui les a privés d’une supériorité numérique en attaque qui aurait pu leur être de grande utilité, surtout lors des dix dernières minutes qui les a vus accentuer leur pression sur la défense marocaine dans l’espoir de tuer le match dans le temps réglementaire.

Lors de la séance de tirs au but, les joueurs marocains ont, encore une fois, fait valoir leur atout principal qui leur a permis de signer un parcours réussi en cette CAN, à savoir un mental infaillible et une capacité de rester dans la partie jusqu’au bout.

En effet, menés 3 à 1 après trois penalties tirés, les Lionceaux de l’Atlas trouvent les ressources nécessaires pour renverser la situation, grâce notamment à un Benrhozil magistral qui sauve les deux derniers tirs au but de la première série (3-3), avant de stopper le troisième penalty de la deuxième série (6-5).

Les Lionceaux de l’Atlas affronteront en finale, vendredi prochain à Alger, le Sénégal, qui a battu le Burkina Faso aux tirs aux buts (5-4/temps réglementaire : 1-1), dimanche à Annaba.