CAN: Quand les putschs se banalisent,''les évènements'' au Burkina '' un supplément de motivation'', pour l'équipe et le coach burkinabè

5437685854_d630fceaff_b-

Le sélectionneur du Burkina Faso, Kamou Malo (G), et le gardien de but du Burkina Faso, Hervé Koffi, assistent à une conférence de presse à l'Omnisports Ahmadou Ahidjo de Yaoundé, le 1er février 2022, à la veille du match de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) de football 2021 entre le Burkina Faso et le Sénégal.(Photo de Charly Triballeau / AFP)

1
Partager :

 

"Les évènements constituent un supplément de motivation pour nous", a assuré le sélectionneur du Burkina-Faso, Kamou Malo, évoquant le coup d'État intervenu dans son pays, avant la demi-finale de Coupe d'Afrique contre le Sénégal, mercredi (20h00).

"Nous avons dédié cette qualification à notre peuple qui traverse des mouvements politiques et sociaux", a expliqué le technicien en conférence de presse de veille de match, mardi.

Le Burkina Faso, cible d'attaques jihadistes récurrentes qui ont fait des milliers de morts, a connu le 24 janvier un coup d'Etat militaire qui a porté au pouvoir le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba.

"Depuis quelques années nous sommes confrontés à ce terrorisme qui ne cesse d'endeuiller notre peuple, notre objectif est de donner un brin de sourire à notre peuple", a-t-il ajouté.

"Si nous pouvons par notre contribution sportive donner de l'espoir nous n'allons pas marchander les efforts", a insisté Kamou Malo.

"On me demande déjà le trophée, nous aurons à cœur de l'offrir à notre peuple", a-t-il conclu.