Covid: un nouveau variant fait fuir les joueurs de rugby et de golf d'Afrique du Sud

5437685854_d630fceaff_b-

Quatre clubs de rugby, deux gallois, un italien et un irlandais, étaient en Afrique du Sud pour participer contre des équipes sud-africaines à la 6e journée du United Rugby Championship (URC)

1
Partager :

 

Des joueurs européens de rugby et de golf souhaitaient quitter l'Afrique du Sud de toute urgence, vendredi, après la découverte d'un nouveau variant du Covid-19 potentiellement très contagieux et aux mutations multiples.

Quatre clubs de rugby, deux gallois, un italien et un irlandais, étaient en Afrique du Sud pour participer contre des équipes sud-africaines à la 6e journée du United Rugby Championship (URC), quand une conférence de presse du ministère de la Santé a déclenché un mouvement de panique parmi les sportifs.

"La situation en Afrique du Sud ayant changé si rapidement, nous cherchons maintenant à rapatrier notre personnel dès que possible. Pour les familles et les amis concernés, soyez assurés que notre objectif est d'assurer la sécurité et le bien-être de notre personnel et que nous vous tiendrons informés de l'évolution de la situation", a ainsi tweeté le club de Cardiff. L'autre club gallois, les Scarlets, ont envoyé un post similaire.

Le club de la province irlandaise du Munster, de son côté, a assuré être "en sécurité et en bonne santé", tout en travaillant "avec les organisateurs de l'URC sur la situation actuelle".

Les quatre matches prévus ce week-end en Afrique du Sud pour le compte de la 6e journée de l'URC, le championnat opposant des équipes galloises, irlandaises, italiennes,  écossaises et sud-africaines, ont été reportés.

Les Italiens du Zebre face aux Stormers (Le Cap), les Gallois des Scarlets contre les Sharks (Durban), les Irlandais du Munster devant les Bulls (Pretoria) et les Gallois de Cardiff face aux Lions (Johannesburg). Ceux de la semaine suivante également.

"La sécurité et le bien-être des joueurs, des entraîneurs, du personnel d'encadrement et des officiels de nos clubs participants est la priorité absolue et l'URC travaille actuellement avec les quatre clubs visiteurs - Cardiff Rugby, Munster Rugby, Scarlets et Zebre Parma - pour faciliter leur retour dès que possible", indique l'URC dans un communiqué.

"Cette décision est basée sur les dernières recommandations contre les voyages non essentiels vers et depuis l'Afrique du Sud, l'interdiction des vols directs vers le Royaume-Uni et d'autres destinations d'origine et les quarantaines d'hôtel potentielles imposées à ceux qui reviennent d'Afrique du Sud", ajoute l'instance.

Test-match de cricket 

Le nouveau variant, baptisé B.1.1.529, présente un nombre "extrêmement élevé" de mutations et "nous pouvons voir qu'il a un potentiel de propagation très rapide", a déclaré le virologue Tulio de Oliveira, lors d'une conférence de presse en ligne chapeautée par le ministère sud-africain de la Santé.

Cette déclaration a aussi incité une quinzaine de joueurs britanniques et irlandais à immédiatement déclarer forfait pour la suite de l'Open de Johannesburg, comptant pour le circuit européen de golf, qui a débuté jeudi.

Leur but, a révélé le site spécialisé Golf Planète, était alors de quitter le pays au plus vite avant que les frontières ne soient fermées par les autorités britanniques et que des vols vers Londres ne soient annulés.

Le cricket pourrait être aussi concerné avec un test-match entre l'Afrique du Sud et les Pays-Bas, programmé vendredi, dont la tenue n'a pas été encore confirmée, en attendant une tournée très attendue de l'Inde le mois prochain.

A ce stade, les scientifiques sud-africains ne sont pas certains de l'efficacité des vaccins existants contre cette nouvelle forme du virus.

L'OMS devait se réunir vendredi pour déterminer la dangerosité du variant.

L'Afrique du Sud, officiellement pays le plus touché du continent africain par le virus, a connu une nouvelle hausse des contaminations ces dernières semaines. D'abord attribuée au variant Delta, cette augmentation "exponentielle" est plutôt causée par la dernière forme mutée, qui représente "une menace majeure", a déclaré le ministre de la Santé, Joe Phaahla.

L'Afrique du sud compte environ 2,9 millions de cas, pour 89.600 décès. Plus de 1.200 nouveaux cas en 24 heures ont été enregistrés mercredi, contre une centaine au début du mois.

Les autorités redoutent une nouvelle vague de pandémie d'ici la fin de l'année. Seuls 35% des adultes éligibles sont totalement vaccinés.