Inès Laklalech, une étoile qui brille sur le golf national

5437685854_d630fceaff_b-

24 ans et déjà bien titrée, Ines Laklalech a les yeux rivés sur les Jeux olympiques de Paris en 2024

1
Partager :

 

À l'été 2008, alors qu'elle achève à peine son onzième printemps, Inès Laklalech fait rouler sa première balle de golf sur le green du Royal Golf Anfa Mohammedia. Dix ans plus tard, c’est une étoile montante qui brille sur le golf national.

À l'époque, Inès ne savait pas que les vacances scolaires estivales marqueraient ses premiers pas dans le monde du golf et lui permettraient de jouer aux côtés des golfeuses les plus en vue sur les greens les plus célèbres au monde : aux États-Unis, en Espagne, en France, en Suède, en Belgique ou encore en Arabie saoudite.

Son père, également golfeur, avait décidé d'emmener Inès, après une saison scolaire bien remplie, au club Anfa, où il pratiquait son passe-temps favori, une visite qui a permis à la petite Inès d’ouvrir les yeux sur ce nouveau sport pour elle.

Les débuts ne sont pas enchanteurs. ’"Au cours des deux premiers mois d’apprentissage, raconte Ines, je devais maîtriser la frappe de balles avant de ressentir le plaisir de jouer".

La suite coulera de source. Sur le parcours du club où elle a appris les ABC du golf, Inès, visiblement douée, remporte sa première victoire lors d’un tournoi, avant d’enchaîner les titres, dont celui du championnat arabe.

Mais son souvenir le plus tendre, c’est en Belgique qu’elle le rencontrera. Trois ans après, elle s’en souvient sans rien dissimuler de la fierté qu’elle a tirée : ‘’j'ai terminé deuxième lors de ma première participation à un tournoi professionnel féminin en Belgique en 2019. J'étais l'une des rares amateurs sur une centaine de golfeuses professionnelles. Moralement, c’est l’exploit le plus gratifiant, bien plus que celui du championnat national".

Son baccalauréat en poche, Inès Laklalech quitte Casablanca pour les Etats-Unis. Elle y poursuit ses études à l’université "Wake Forest". "Là-bas, j'ai joué au golf à plein temps. Si j'ai quitté le Maroc c’est parce que je ne pouvais pas concilier mes études et la pratique de mon sport".

Inès Laklalech alors qu’elle n’imaginait pas abandonner un jour "le club" et les terrains de golf, après un an passé aux Etats-Unis, a dû plier bagages à destination de Londres pour poursuivre des études en administration et gestion, mettant ainsi entre parenthèse la pratique du golf pendant trois ans.

Golfeusee, mais aussi sportive touche-à-tout, elle a pratiqué le football dans son enfance, adore le tennis et le ski. "La mer et la montagne sont les deux choses que j'aime le plus et quand les deux se rencontrent, c'est le comble" lance-t-elle joyeusement.

Désormais championne marocaine, elle a remporté quinze tournois comme amatrice, avant de rejoindre le circuit professionnel en décembre 2021 où elle poursuit irrésistiblement son ascension.

Sa première participation d'Inès en tant professionnelle, elle l’aura en mars 2022, à l'Aramco Saudi Ladies International, devenant ainsi la première arabe à participer au Ladies European Tour.

Six mois après ce tournoi qui a marqué son parcours, Inès signe, le 16 septembre, un exploit sans précédent dans l’histoire du golf marocain, décrochant, à 24 ans, la 32ème édition du Lacoste Ladies Open de France.

Remporter la plus prestigieuse compétition de golf a, incontestablement, un sens particulier pour Inès. "Gagner ce championnat lors de ma première année chez les professionnelles est une source de fierté et de motivation pour moi’’. Il y a de quoi, sachant qu’elle est en prime la première Arabe et Marocaine à remporter ce titre.

Après ce sacre, Inès Laklalech n’entend pas en rester là. La jeune golfeuse souhaite marcher sur les pas de sa compatriote, Maha Haddioui, et participer au plus grand événement sportif mondial, les Jeux olympiques prévus à Paris en 2024 pour monter les marches du podium sur les pas de Maha qui avait participé aux Jeux olympiques de Rio De Janeiro 2016 et Tokyo 2020.