Les Lions de l'Atlas face aux Etats-Unis mercredi en amical à Cincinnati

5437685854_d630fceaff_b-

Lors des trois précédents duels entre les deux équipes, tous des matchs amicaux, Team USA a subi la loi des Lions de l’Atlas. Il leur reste à confirmer

1
Partager :

Cincinnati (Ohio) - Pour son premier match de préparation à la prochaine Coupe du monde au Qatar, la sélection du Maroc de football affronte ce mercredi, au TQL Stadium à Cincinnati, l'équipe des Etats-Unis.

La rencontre précède aussi pour les Lions de l’Atlas le coup d'envoi des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des Nations 2023, respectivement face à l’Afrique du Sud, le 9 juin à Rabat, et le Libéria, le 13 juin à Casablanca.

Prévu à 19H30 (heure locale) dans cette ville de l’Etat de l’Ohio dans le Midwest américain, le match contre les Etats-Unis est attendue avec enthousiasme par les férus du soccer dans le pays de l’Oncle Sam, dont l’immense communauté marocaine particulièrement impatiente de voir évoluer "at-home" les coéquipiers d’Achraf Hakimi et du capitaine Romain Saiss.

Lors des trois précédents duels entre les deux équipes, tous des matchs amicaux, Team USA a subi la loi des Lions de l’Atlas.

La dernière rencontre date de 2006 à Nashville, dans l'État du Tennessee. La partie jouée aussi dans le cadre des préparatifs des deux équipes pour la Coupe du monde en Allemagne, s’est soldée par 1 but à 0 en faveur du onze national.

Même scénario pour les deux précédents matchs avec respectivement 3-1 en 1992 à Rabat et 2-1 en 1999 à Marrakech. L’actuel entraîneur américain, Gregg Berhalter, était alors aligné à l’entrée de cette rencontre

Dans une déclaration à la MAP, Berhalter a qualifié de "bon défi" la rencontre de Team USA face au Maroc, 24ème sélection dans le rang mondial.

“Le Maroc sera le premier adversaire africain pour ce groupe de joueurs, nous sommes donc très impatients de relever le défi”, a souligné le coach américain qui ne tarit pas d’éloges à l’égard d'une équipe marocaine qui, selon lui, a été “exceptionnelle lors des éliminatoires de la Coupe du monde”.

Berhalter, 49 ans, qui a pris les rênes de l’équipe US en 2018 après une carrière accomplie comme joueur avec notamment deux apparitions au Mondial, compte sur une équipe ayant une moyenne d’âge de 24 ans. Elle regorge de talents qui évoluent dans certains des grands championnats européens mais aussi dans une Ligue américaine (MLS) beaucoup plus compétitive désormais à la faveur notamment d’un énorme investissement dans la formation.

Le sélectionneur national, Vahid Halilhodzic, a estimé, pour sa part, que le choix des Etats-Unis pour un match amical est pertinent vu la proximité technique, tactique et physique entre le football américain et canadien, relevant que le groupe du Maroc au Mondial est relevé.

L'équipe américaine sera emmenée par son capitaine et attaquant de Chelsea, Christian Pulisic. Après le Maroc, les Stars and Stripes vont croiser le fer avec la sélection uruguayenne également en amical, quatre jours après à Kansas City au Missouri. Ils rencontreront ensuite la Grenade le 10 juin dans le cadre de la phase de groupes de la Ligue des Nations de la CONCACAF (2022-2023)

Absents du Mondial 2018 en Russie, les Américains se sont qualifiés dans la douleur au prochain Mondial, grâce à une troisième place, derrière le Canada et le Mexique, dans la zone Concacaf (Confédération de football d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et des Caraïbes).

Il s’agit de leur 11ème Coupe du Monde. Leur meilleure prestation remonte à la première édition en 1930 où ils avaient atteint les demi-finales.

Au Qatar, les Américains sont logés dans le groupe B avec l’Angleterre, l’Iran et l’équipe qualifiée entre l’Écosse, l’Ukraine et le Pays de Galles.

Après un parcours sans faute lors des éliminatoires de la Coupe du Monde avec notamment 25 buts marqués et seulement trois concédés, le Maroc se trouve dans le groupe F très relevé aux côtés de la Belgique, la Croatie et le Canada.