Faible représentativité des femmes comme sources de nouvelles dans les médias

5437685854_d630fceaff_b-

908
Partager :

Les femmes représentent seulement 20% en tant que sujets et sources des nouvelles dans les médias au Maroc, contre 80% pour les hommes, indique un rapport élaboré par la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle (HACA), et présenté ce lundi 13 mars à Rabat, dans le cadre du projet GMMP 2015 (Global Media Monitoring Project).

« Ce pourcentage inscrit le Maroc dans la catégorie où les femmes sont les moins présentes dans les news, même s'il est en avance sur la moyenne moyen-orientale (16%) », précise ce rapport intitulé « Qui fait l'info » et présenté, par la coordinatrice de l'unité production de données relevant de la HACA, Houda Filali Achit.

Cette étude qui répertorie les changements observés quant aux dimensions de genre dans les médias d’information, a été réalisée sur la base de la démarche adoptée mondialement dans le cadre du GMMP 2015.

Le monitoring a concerné au niveau national quatre chaînes de télévision généralistes (3 publiques et une privée), six radios (une publique et 5 privées), sept titres de presse papier et trois sites de presse électronique, durant la journée du 25 mars 2015.

Par domaines d’activité, les femmes sont plus visibles, par rapport aux hommes, dans les statuts indéfinis (54%) et en tant que parent ou en rapport avec le foyer (50%), relève le rapport, notant que quand elles sont identifiées, elles le sont plutôt dans la catégorie « célébrités artistiques », littéraires ou médiatiques (75%) ou en tant qu'activistes et militantes de la société civile (38%).

En tant qu’employées du gouvernement ou fonctionnaires, elles sont visibles à 25% et en tant que membre du gouvernement à raison de 14%, alors que dans le domaine des affaires, elles sont visibles à 17%, indique le rapport, ajoutant que dans les fonctions d’expertes, chercheuses ou juges et avocates ou dans les fonctions sécuritaires (police, armée) elles sont complètement absentes.

Concernant la présence des hommes et des femmes en tant qu’acteurs des nouvelles, le rapport précise que les femmes représentent 46%, alors que les hommes représentent 54%, tous métiers confondus (journalistes, présentateurs/présentatrices et reporters), souligne par ailleurs le rapport, notant que les femmes représentent 55% des présentateurs, tous supports confondus, et 37% des reporters, et seulement 22% dans la presse. 

Cette étude a démontré que les femmes traitent majoritairement des thèmes liés au « social et juridique » (52%), suivi de « l’économie » qui représente 14%. Les trois autres grands thèmes « politique et gouvernement », « science et santé » et « célébrités, arts, médias et sports » sont à la même proportion de 10%. Le thème minoritaire pour les femmes est « criminalité et violence ».

Quant aux hommes, ils traitent de tous les thèmes suivant une répartition assez homogène: 29% pour le « social et juridique », 21% pour le « politique et gouvernement », 16% pour « l’économie » et « criminalité et violence » et, enfin, 8% pour « médias, arts et sports ».

Ce rapport a été présenté lors d’une rencontre organisée par la HACA qui a été marquée par la signature d’une convention pour la promotion de la culture de l’égalité hommes-femmes dans et à travers les médias entre la HACA, ONU Femmes et l'UNESCO.

Par ailleurs, le Projet Mondial de Monitorage des Médias (GMMP) constitue l’initiative de recherche et de revendication en faveur de l’égalité des genres dans et par les médias d’information la plus constante et la plus vaste au monde. Tous les cinq ans depuis son lancement en 1995, le GMMP répertorie les changements observés quant aux dimensions de genre dans les médias d’information.