Une ''langue artificielle'' pour analyser les nuances du whisky

5437685854_d630fceaff_b-
699
Partager :

Des chercheurs de l'Universit? de Glasgow ont annonc? mardi avoir mis au point une "langue artificielle" capable d'analyser les nuances subtiles du whisky pour contr?ler sa qualit? de fabrication ou lutter contre la contrefa?on.

Ce d?gustateur miniature peut faire la diff?rence entre un whisky d'une m?me marque vieilli dans des f?ts diff?rents avec une pr?cision de 99%.?Ou de faire le tri entre des whiskies ?g?s de 12, 15 ou 18 ans.

"Nous appelons cela une langue artificielle parce qu'elle agit de la m?me fa?on qu'une langue humaine", explique Alasdair Clark, de l'?cole d'ing?nierie de l'Universit? de Glasgow.?

"Comme nous, elle ne peut pas identifier individuellement les produits chimiques qui rendent le caf? diff?rent du jus de pomme, mais elle peut facilement faire la diff?rence entre des m?langes chimiques complexes".

Concr?tement, le whisky est vers? sur un damier constitu? de minuscules morceaux d'or et d'aluminium agissant comme des "papilles gustatives". Au contact de l'alcool, les deux m?taux vont renvoyer une lumi?re diff?rente, dont l'analyse permettra aux chercheurs d'?tablir un profil statistique du whisky test?.

Les chercheurs destinent cette "langue artificielle" au contr?le de la qualit? des whiskies, mais aussi ? la lutte contre le commerce florissant de l'alcool de contrefa?on.

La m?thode a ainsi permis de d?couvrir que plusieurs bouteilles de whisky, cens?es ?tre d'une tr?s grande valeur, ?taient en r?alit? fausses.?

"En plus de son potentiel ?vident pour l'identification des alcools contrefaits, elle pourrait ?tre utilis?e dans les tests de s?curit? alimentaire", voire "dans n'importe quel domaine o? une m?thode de d?gustation portable et r?utilisable peut ?tre utile", assure Alasdair Clark.

L'annonce de cette "langue artificielle" a ?t? salu?e par le secteur. "Nous serions vraiment ravis d'avoir quelque chose qui aiderait ? ?radiquer la contrefa?on du whisky", a d?clar? Annabel Meikle, directrice de la confr?rie Keepers of the Quaich, qui d?fend les int?r?ts du whisky ?cossais.?

Pas de quoi menacer imm?diatement le travail des master blenders, ces experts charg?s d'?laborer l'assemblage des whiskies et d'?valuer leur qualit?. Mais la "langue artificielle" pourrait en revanche remplacer certains contr?les de routine r?alis?s par des hommes, estime Annabel Meikle.

lire aussi