La Pologne expose son seul Van Gogh, un rare paysage de ses débuts

5437685854_d630fceaff_b-

La peinture à l'huile « Le paysage d'automne » de Vincent Van Gogh est exposée au musée de Jean-Paul II et du Primat Wyszynski à Varsovie, en Pologne, le 25 avril 2024. Le 26 avril 2024, la Pologne a inauguré une exposition mettant en lumière son unique tableau de Van Gogh, un rare paysage de jeunesse d'une valeur de plusieurs millions d'euros, dont les couleurs discrètes et les coups de pinceau rapides laissent présager l'éclat à venir. (Photo Wojtek Radwanski / AFP)

1
Partager :

La Pologne a inauguré vendredi une exposition présentant le seul tableau de Van Gogh en sa possession, un rare paysage de ses débuts, d'une valeur estimée à plusieurs millions d'euros.

L'œuvre intitulée "Fermes parmi les arbres" date de 1883, époque à laquelle l'artiste néerlandais appauvri apprenait encore à peindre, à la campagne autour de La Haye.

Cette petite peinture à l'huile est "intéressante de par sa modestie et parce qu'elle montre une toute autre facette de Van Gogh", indique Agata Smolnicka, co-commissaire de l'exposition à Varsovie.

"Les œuvres de La Haye sont relativement rares", souligne Teio Meedendorp, expert au musée Van Gogh d'Amsterdam. "Il y a peint environ 75 tableaux, mais seuls 30 ont survécu", précise-t-il à l'AFP.

La toile a fini dans le grenier d'un menuisier, avec une pile d'autres peintures que Van Gogh a laissées quand il partait à l'étranger.

Le menuisier a fini par vendre "cette camelote" - comme il disait - pour trois fois rien à un colporteur qui vendait les tableaux depuis sa charrette. La peinture s'est ensuite retrouvée en Suisse.

Un collectionneur polonais vivant en Grande-Bretagne, Charles Zbigniew Carroll-Porczynski, a acheté la peinture en 1987 et en a fait don, avec quelques centaines d'autres tableaux, à l'Église catholique de son pays.

La nouvelle exposition du Musée Jean-Paul II et primat Wyszynski de Varsovie explore les différentes traces relatives à cette toile rare.

Stefania Ambroziak, autre co-commissaire de l'exposition, considère ce tableau comme du "Van Gogh d'avant Van Gogh", datant d'une époque où le futur artiste "se familiarisait avec la peinture à l'huile et apprenait à appliquer la couleur".

"Il était très doué pour mélanger les couleurs. Et opposer les couleurs, avec du rouge et du vert", signale M. Meedendorp.

"C'était un coloriste né, mais ce n'est que lorsqu'il a vraiment appris la couleur à Paris (...) qu'il est devenu un grand peintre", ajoute-t-il.

L'exposition "Van Gogh. Les histoires d'un tableau" reste à l'affiche jusqu'en décembre. (AFP)