Les importations énergétiques et des produits alimentaires aggravent le déficit de la balance commerciale

5437685854_d630fceaff_b-

1
Partager :

6607786-la-france-n-aura-pas-besoin-d-importer-de-l-electricite-cet-hiver

La facture des importations du Maroc a totalis? 98.004MDH au premier trimestre, soit le plus haut niveau enregistr? durant le premier trimestre des cinq derni?res ann?es selon l'office de change. Ce r?sultat s?explique surtout, selon la m?me source, par l?accroissement des importations de bl? (+3.032MDH ou +48,2?%) et de l?huile brute de p?trole (+2.580MDH ou +17,4?%). En dehors des achats de ces deux produits, les importations n?ont progress? que de 1,1%. Les exportations, quant ? elles, n'ont progress? que de 3,5%, gr?ce au bon comportement des ventes des nouveaux secteurs, notamment le secteur automobile (+2.966MDH ou 43,3?%), l??lectronique? (347 MDH ou 21,2%) l'a?ronautique (118 MDH ou 5,9%). De leur c?t?, les exportations des phosphates et d?riv?s ont enregistr? durant le mois de

?mars 2014, le plus haut niveau des six derniers mois et une progression de 8,8% par rapport au m?me mois de 2013, mais sur les trois mois les ventes ont recul? de 740 MDH ou 8,6?%. Hors phosphates et d?riv?s, les exportations ont progress? de 6,4% sur un trimestre.

Le d?ficit commercial s?est aggrav? en atteignant -51.440MDH contre -46.454MDH un an auparavant. Le taux de couverture des importations par les exportations diminue: 47,5% contre 49,2% un an auparavant. En dehors des achats de produits ?nerg?tiques et de bl?, les importations enregistrent une quasi-stabilit? durant le premier trimestre des trois derni?res ann?es.

Les exportations hors phosphates et d?riv?s atteignent 38.665MDH, soit le plus haut niveau des cinq derni?res ann?es ?galement.

S?agissant des flux financiers, les recettes touristiques enregistrent une am?lioration de 2,6% (12.001MDH contre 11.692MDH ? fin mars 2013, soit +2,6% ou +309MDH). Les recettes MRE ont recul? de fa?on limit?e (13.410MDH ? fin mars 2014 contre 13.428MDH un an auparavant) et le flux de investissements directs ?trangers marquent une quasi-stabilit?

. (6.134MDH contre 6.191MDH ? fin mars 2013.

), Compte non tenu de certaines op?rations remarquables r?alis?es dans le secteur de l?agroalimentaire (cession de participations de la SNI) en janvier et f?vrier

?2013, le flux des IDE enregistre une hausse de 10% au terme des trois premiers mois de 2014.