Quand Bank Al Maghrib se substitue au gouvernement pour communiquer autour des objectifs de la politique économique !

5437685854_d630fceaff_b-

1
Partager :

couv-abdelatif-jouahri

La pr?sentation du rapport annuel de Bank Al Maghrib ne doit pas? ?tre per?ue comme une pr?sentation d'une d?claration gouvernementale. BAM n'est pas un gouvernement bis et Jouahri est un haut fonctionnaire charg? de g?rer un ?tablissement public. Strat?gique sans nul doute, mais le r?le de BAM est cadr? par son statut et la loi bancaire. Son ind?pendance, acquise depuis 2005, n'est pas absolue et ne lui donne pas la latitude de dicter des politiques ?conomiques et sociales ou d'outrepasser les limites constitutionnelles et l?gales.

Le wali de BAM, en ?mettant des recommandations, conna?t bien les limites de sa mission et veille ? ce que ses d?clarations ne soient pas comprises comme une ing?rence dans les choix de politique ?conomique du gouvernement, parce qu'il est conscient qu'il n'est pas ?lu et qu'il n?est pas contr?l? par les parlementaires ?lus.

Il n?emp?che que le wali de BAM, qui joue un r?le essentiel dans la r?gulation du march? mon?taire et le contr?le de l'inflation, en plus du r?le de banquier de l'Etat, a la possibilit? d?intervenir dans la coordination de la politique? ?conomique, puisqu'elle a un impact sur la politique mon?taire ? mener et les objectifs interm?diaires et finaux ? lui assigner.

Aujourd'hui, Jouahri communique autour des r?formes structurelles et apporte ainsi son soutien aux ??r?formes structurelles?? adopt?es par le gouvernement. Cette ing?rence, autrefois d?cri? par le PJD, est aujourd'hui sollicit?e. Le but est de pr?parer l'opinion publique ? la deuxi?me phase du programme adoss? ? la deuxi?me Ligne de Pr?caution et de Liquidit? (LPL), en utilisant l'autorit? d'un technocrate comp?tent dans son domaine. Les n?gociations pour la nouvelle LPL avec le FMI viennent de prendre fin. Le gouvernement et les experts de l'institution mon?taire sont tomb?s d'accord pour r?duire cette ligne ? 4 milliards de $, soit environ 400?% des quotes parts du Maroc, contre 6,3 milliards de $ actuellement. La nouvelle LPL doit ?tre valid?e par le conseil d'administration pour qu'elle entre en vigueur au d?but d?ao?t prochain. Avant le lancement des n?gociations, le gouvernement a re?u l'avis favorable des membres du conseil d'administration, qui ont incit? le Maroc ? reconduire la LPL. La DG du FMI Christine Lagarde a exprim? cet avis favorable au cours de sa visite au Maroc. Sa communication a vis? ? convaincre que le programme gouvernemental valid? par le FMI est le seul valable en ce moment.

Ce qui est grave c'est que la communication lanc?e autour? des d?clarations de Jouahri, et autour du rapport annuel de BAM, va jusqu'? sacraliser certains de ses propos, or Jouahri n'a fait qu'annoncer les engagements pris vis ? vis du FMI pour la prorogation de la LPL qu'il a cosign? et rien de plus.

La mise en ?uvre de ces engagements ne vise pas seulement ? baisser les d?ficits jumeaux, m?me? si cet objectif est prioritaire, mais ?galement ? d?manteler tout un syst?me existant sans pour autant proposer une alternative cr?dible et applicable dans le contexte marocain en ce moment d'incertitude. Pr?coniser des filets sociaux, en premier lieu des transferts mon?taires directs, est une belle id?e pour rem?dier aux effets de la d?compensation et l'instauration de la v?rit? des prix, mais cette id?e est difficilement applicable contrairement ? la d?compensation confi?e ? Mohamed Elouafa. Son application peut m?me g?n?rer des probl?mes ing?rables ? court et ? long terme, ce qui s'est pass? ? F?s suite ? une rumeur a constitu? une alerte. Les exp?riences internationales, depuis le programme mexicain Progresa en 1996 survenu apr?s la crise T?quila, ont d?montr? qu'il n'est pas ?vident de lutter contre la pauvret? en annulant les subventions des produits ?nerg?tiques et celles allou?es aux produits de premi?re n?cessit? en recourant ? des aides ? une partie de la population, car l'inflation g?n?r?e par la d?compensation annule les effets des aides et tire les couches moyennes non b?n?ficiaires des aides vers le bas. Le Mexique l'a prouv? et le Br?sil par la suite (Bolsa Familia), seule l'Iran a pu s'en sortir parce qu'il a ?vit? le ciblage d'une partie de la population, et encore. Les couches moyennes seront touch?es ?galement par la r?forme pr?conis?e pour sauver la CMR? qui engendrera une baisse des revenus des fonctionnaires. Pr?senter des r?formes qui risquent d'amplifier la paup?risation comme des mesures visant ? ?largir la classe moyenne c'est gouverner par la fiction.

Le probl?me aujourd'hui est que le gouvernement, dirig? par un chef islamiste, oublie que le pays est rattrap? par la croissance faible et qu'il risque de se retrouver devant des taux de croissance n?gatifs si rien n'est fait correctement pour relancer le moteur principal de la croissance, ? savoir la consommation int?rieure, dont le dynamisme se r?duit d'ann?e en ann?e, et pour ma?triser les d?ficits ext?rieurs en exportant plus et mieux et en baissant les importations et en cr?ant les conditions et le climat pour recevoir plus de transferts ext?rieurs ne g?n?rant pas d'endettement, en premier lieu les IDE. La na?vet? des ann?es pass?es doit ?tre corrig?e par une intelligence ?conomique ? la hauteur de l'enjeu de maximisation des b?n?fices de l''ouverture sur le monde sinon les turques, disposant d'un prolongement marocain de leur organisation patronale, et les autres d?truiront ce qui reste de notre industrie et notre artisanat ?galement.

Il y a une bizarrerie qui est pass?e sans attirer l?attention. Les donn?es pr?sent?es par BAM, surtout celles relatives aux d?ficits jumeaux et la dette publique, ne sont pas identiques ? celles pr?sent?es par le HCP derni?rement, ? l'occasion de la pr?sentation du budget ?conomique exploratoire 2015. Une premi?re qui ne doit pas passer sans soulever des interrogations. Nous devons avoir, normalement, des comptes de la nation unifi?s et non contredits par des organismes publics.