L'énergie éolienne, un facteur essentiel de l'intégration économique du sud du Maroc et du nord de la Mauritanie – Par Hassan Nfaoui*

5437685854_d630fceaff_b-

Le sud du Maroc bénéficiant déjà d'une source exceptionnelle d'énergie renouvelable (solaire et éolienne), la prochaine décennie verra le développement d'un important portefeuille de projets éoliens. L'acheminement de cette électricité vers les centres de consommation nécessite le renforcement du réseau à courant alternatif 400kV de la région du sud du Maroc et l'augmentation, par la suite, de la capacité de transit de ce réseau

1
Partager :

 

 

Bien que l'énergie soit devenue un facteur stratégique de développement économique, le Maroc reste largement dépendant des importations d'énergie, puisqu'il importe plus de 90% de ses besoins énergétiques. Pour réduire sa dépendance énergétique, le Maroc a adopté en 2009 une stratégie visant à porter la part des énergies renouvelables dans la puissance électrique installée à 52% d'ici 2030. Sa situation stratégique permet au Maroc d'être un hub électrique entre l'Europe et l'Afrique.

Encore la sécurité énergétique ait été une priorité absolue pour le Maroc au cours de la dernière décennie, les prix mondiaux actuels élevés du gaz en raison du conflit russo-ukrainien ont considérablement alourdi la facture énergétique nationale, soulignant la nécessité pour le Maroc d'adopter un système énergétique plus autosuffisant. 

Les projets d'énergies renouvelables au Maroc sont possibles grâce à la mise en place d'un cadre législatif, réglementaire et institutionnel approprié. Alors que le Maroc continue de mettre à jour ses initiatives énergétiques, afin de rendre le secteur des énergies renouvelables plus attractif pour les investissements privés. Le Maroc est devenu l'un des leaders des énergies renouvelables en Afrique, aux côtés de l'Afrique du Sud et de l'Egypte. 

Le Maroc a également développé un programme intégré de dessalement de l'eau comprenant des centrales électriques adossées à des unités de production d'énergie renouvelable et une préparation en cours d'une feuille de route sur les énergies marines. 

Etant donné que le sud du Maroc bénéficie déjà d'une source exceptionnelle d'énergie renouvelable (solaire et éolienne), la prochaine décennie verra le développement d'un important portefeuille de projets éoliens. L'acheminement de cette électricité vers les centres de consommation nécessite le renforcement du réseau à courant alternatif 400kV de la région du sud du Maroc et l'augmentation, par la suite, de la capacité de transit de ce réseau de manière à assurer le transit de la production électrique des projets de ressources renouvelables en cours de développement. 

Quant à la Mauritanie, l'augmentation de la consommation d'électricité a incité les pays d'Afrique de l'Ouest à s'intéresser davantage au développement de la production d'électricité à partir de ressources renouvelables. Les technologies éoliennes viseront à contribuer par 129 MW (puissance éolienne installée) d'ici 2030 en Mauritanie. 

Depuis 1997, le réseau électrique marocain est raccordé à son homologue espagnol. Le raccordement avec celui de la Mauritanie constituera un modèle d'intégration économique régionale pour l'Afrique atlantique. 

La Mauritanie partage des ressources éoliennes similaires avec le sud du Maroc, en particulier pour la zone côtière nord. La puissance éolienne installée en Mauritanie est de 34,4 MW. Le projet d'énergies renouvelables, dont l'éolien, peut ainsi servir d'exemple pour l'insertion des énergies vertes dans le sud du Maroc et le nord de la Mauritanie. 

L'étude de la vitesse du vent et l'évaluation du potentiel éolien en un site donné dépendent de la durée et du pas de mesure, donc de l'amplitude et de la nature de la variation de la vitesse du vent. Par exemple, pour le site de Tanger au nord du Maroc, l'évaluation du potentiel éolien nécessite quatre mesures par jour (0h, 6h, 12h et 18h) pendant au moins neuf ans. 

Dans le sud du Maroc, juillet et août sont les mois les plus venteux pour Laâyoune et Dakhla, respectivement, avec des moyennes mensuelles de 7,67m/s et 10,12m/s. Pour Laâyoune, la vitesse maximale est de 34m/s, alors qu'elle est de 27m/s pour Dakhla. La variation de la vitesse du vent est plus régulière pour le site de Dakhla. Pour le village marocain de Lagouira, juin est le mois le plus venteux, où la vitesse moyenne quotidienne du vent est comprise entre 7,9m/s et 10,7m/s pendant 27 jours. En décembre, cependant, le mois le moins venteux, il ne dure que 5 jours, et 19 jours ont une moyenne comprise entre 5,4m/s et 7,9m/s. 

Pour la majorité des sites considérés, le vent est fort le jour et atteint son maximum vers 16 heures, heure locale, avant de devenir faible la nuit. La variation entre les vitesses de vent diurnes et nocturnes s'explique principalement par l'influence de la montée progressive de la température au cours de la journée sur la côte atlantique qui provoque des vents locaux (brise de mer/terre) et les vents des Açores. 

Le potentiel éolien disponible est le plus important pour les sites de Dakhla au sud du Maroc et de Nouadhibou au nord de la Mauritanie, où un parc éolien de 100 MW sera installé. Pour Dakhla, à 10m d'altitude, la moyenne annuelle du potentiel éolien disponible est la plus élevée (P=462W/m2), presque le double de celle de Laâyoune et quatre fois celle de Tan Tan. 

En 2021, la puissance éolienne totale installée au Maroc s'élevait à 1350MW. Plus de 56% (757,3MW) se situent au sud du Maroc. Le parc éolien marocain de Tarfaya (301,3MW) reste le plus grand parc éolien d'Afrique. La puissance éolienne totale installée en Mauritanie est d34,4MW. Le premier parc de 4,4MW installé à Nouakchott en 2011. 

Pour le sud du Maroc et le nord de la Mauritanie, l'énergie éolienne est une alternative énergétique compétitive aux produits pétroliers pour la production d'électricité dans l'avenir. 

Le projet d'énergies renouvelables, y compris l'énergie éolienne, est un modèle économique exemplaire pour l'intégration économique pour le sud du Maroc et le nord de la Mauritanie. Le développement de l'énergie éolienne a des implications économiques et sociales importantes pour cette région. Cela permettra au Maroc et à la Mauritanie de devenir des leaders régionaux dans le domaine des énergies renouvelables, de la réduction des pollutions et de la lutte contre les changements climatiques (réchauffement climatique, sécheresse, inondations,....). 

* Laboratoire d'Energie Solaire & Environnement, Faculté des Sciences, Université Mohammed V, Rabat, Maroc. - E-mail: h.nfaoui@um5r.ac.ma Tél: +212 6 42 09 07 95