Plan Maroc Vert et disparités en milieu rural, le plaidoyer de A. Akhannouch

5437685854_d630fceaff_b-

Aziz Akhannouch à Chambre des Conseillers lors des questions orales relatives à la politique générale

1
Partager :

Rabat - Dix ans après son lancement, le Plan Maroc Vert (PMV) a atteint l'ambition et les objectifs escomptés, constituant ainsi un levier essentiel de développement du monde rural au cours de la dernière décennie, a indiqué, mardi à Rabat, le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch.

En réponse à une question centrale lors de la séance plénière mensuelle consacrée à la politique générale sous le thème "Le plan Génération Green et les enjeux du développement rural et de la justice sociale", M. Akhannouch a expliqué que "depuis son lancement en 2008 par SM le Roi, le PMV a constitué un véritable mécanisme de développement économique et social, notamment au profit des différentes catégories d'agriculteurs qui forment l'essentiel de la population rurale".

Il a rappelé que la mise en œuvre de ce plan s'est reposée sur deux piliers, à savoir un premier axé sur le développement de l'agriculture moderne à haute valeur ajoutée et productivité élevée, et un deuxième articulé sur l'agriculture solidaire dans les zones fragiles.

PIB agricole : + 5,25

Dans ce contexte, M. Akhannouch a précisé que sur le plan économique, le produit intérieur brut agricole a augmenté de 5,25% en moyenne annuelle, contre 3,8% pour les autres secteurs. En termes de création de richesse, elle a doublé passant de 65 milliards de dirhams (MMDH) en 2008 à 125 MMDH à fin 2018.

Le Chef du gouvernement a fait observer, dans ce sens, la contribution du secteur agricole aux points de croissance économique nationale à hauteur de 17,3% au cours de la période allant de 2008 à 2018, au lieu de 7,3% enregistrés au cours de la période 1998-2008.

Le secteur contribue également, selon M. Akhannouch, à hauteur de 13% du produit intérieur brut et 13% des exportations, lesquelles se sont élevées en 2019 à environ 40 MMDH, soit 2,8 fois la valeur enregistrée en 2009 (14,2 MMDH).

Sur le plan social, le Chef du gouvernement a souligné que le PMV a placé les petits et moyens agriculteurs au centre de tous ses programmes et interventions, faisant savoir que plus de 43 MMDH d'investissements ont été adressés à cette catégorie. De même, plus de 733.000 personnes ont bénéficié des projets du second pilier, à travers 989 projets ayant mobilisé un budget de 14,5 MMDH.

342.000 emplois supplémentaires

Les programmes d'aménagement hydro-agricoles ont aussi participé à l'amélioration des revenus de plus de 190.000 petits et moyens agriculteurs, réalisant une valeur ajoutée pour chaque hectare irrigué comprise entre 5.000 et 10.000 dirhams par an, a poursuivi le Chef du gouvernement.

Le PMV a également permis la création de 342.000 emplois supplémentaires, ainsi que l'augmentation du nombre de jours de travail par an pour chaque travailleur, qui est passé de 110 à 140 jours/an, grâce à l'expansion des espaces cultivés, la diversification des cultures et l'amélioration de la production, a-t-il noté, soulignant que le secteur représente plus de 72% de l'emploi rural et contribue à la promotion de l'emploi et des revenus et à la lutte contre la pauvreté en milieu rural.

Réduction des disparités en milieu rural transcende le temps électoral

Lors de la même séance, le Chef du gouvernement a indiqué que le Programme de réduction des disparités territoriales et sociales en milieu rural a atteint la majorité de ses objectifs en matière de ciblage territorial, a affirmé, mardi à Rabat, le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch.

14 millions d’habitants ciblés

Les plans d'action du programme ont ciblé 1.066 collectivités territoriales et 142 centres ruraux au profit de 14 millions habitants de la population rurale, ainsi que 59 communes urbaines connaissant des flux réguliers de cette population, a expliqué M. Akhannouch.
Les projets réalisés ont contribué, de manière significative, à l'amélioration du niveau de vie des habitants des communes bénéficiaires, en ce sens que la situation spatiale d'un nombre important de communes classées en priorités 1, 2 et 3 en 2016 (les collectivités territoriales isolées qui manquent de services sociaux de base et qui ont besoin d'investissements importants pour combler le manque dans plus d'un secteur) a été améliorée, a-t-il ajouté.

M. Akhannouch a également souligné que ces projets ont permis l'intégration de 128 communes inscrites dans cette catégorie en 2017, parmi les communes classées en priorités 4, 5 et 6 (les communes qui disposent du minimum des services sociaux de base), selon l'indice d'accessibilité aux services de base.

Un total de 224 communes classées en priorités 1, 2 et 3 en 2016 sont passées aux priorités 5 et 6 en 2021, portant le total de cette catégorie à 725 communes contre 502 en 2016, soit une hausse de 44% du nombre de communes disposant de l'ensemble des services de base, a-t-il poursuivi.

Les zones de montagne pierre angulaire du Fonds de développement rural

"La politique générale de l’État sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, qui outrepasse les temps gouvernemental et électoral, a rendu possibles plusieurs acquis au profit du monde rural, notamment depuis le lancement par le Souverain de la 1ère phase du programme de réduction des disparités territoriales et sociales en 2017", a soutenu M. Akhannouch, précisant que "cinq plans d'action annuels ont été lancés particulièrement pour le développement du milieu rural et des zones montagneuses avec un budget estimé à 35 milliards DH, soit 70% du budget programmé jusqu’en 2023".

"Le Fonds pour le développement rural et les zones de montagne (FDRZM) a constitué la pierre angulaire de ce programme Royal, car étant devenu un mécanisme principal et une assiette financière en vue de la concrétisation de l'approche intégrée de développement du milieu rural, représentant ainsi un levier qui ne se substitue pas aux budgets sectoriels et régionaux mais qui se place au service de la convergence et à l'intégration", a-t-il dit.

Le chef de gouvernement a ensuite noté que jusqu’au début de l’année en cours, 8.137 projets ont été lancés au niveau des collectivités territoriales relevant du milieu rural, dont 7.066 projets d’infrastructures et 1.071 opérations d’acquisition de véhicules (Ambulances, unités mobiles, bus scolaires) et du matériel médical et scolaire. Aussi, 5.261 projets de développement liés à la lutte contre les inégalités territoriales et sociales ont été achevés à fin 2021.