Terrorisme, une rhétorique à double tranchant

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :
couv-vigipirate Le terrorisme est un terme ? manier avec pr?caution, tant sa d?finition est complexe. Pourtant, les m?dias usent et abusent de cette rh?torique de la terreur. Les fr?res Kouachi, des terroristes?? Dans la bouche des pr?sentateurs des cha?nes d?info en continu, de celles des journalistes du 20 heures, ? chaque bandeau t?l?, aux articles du Monde, Lib?, Le Figaro et ceux des sites d?actualit?s, d?s les premi?res heures des attentats de Paris, le terme est l?ch?. Terroristes. Dans le paysage m?diatique, la BBC marque l?exception. Le responsable du service arabophone a refus? que les journalistes utilisent le mot de terroriste. Il a expliqu? qu?il ?tait ??trop connot? politiquement??. Alain Gresh, le directeur adjoint du mensuel fran?ais Le Monde Diplomatique, tiraille r?guli?rement sous sa plume, la notion de terrorisme. Il approuve le choix de la BBC. Pour les fr?res Kouachi?: ??nous pouvons dire qu?il s?agit d?un crime passible de toutes les lois, de n?importe quel pays??, juge-t-il, insistant sur le fait ??qu?il faut d?abord comprendre le ph?nom?ne??. Et d?expliquer, ??aujourd?hui nous faisons une guerre contre eux comme s?ils ?taient un ennemi, un ?tat??. Le paradoxe est l?, dans l?usage inappropri? que l?on se fait de certains mots, pourtant dangereux. Du criminel au terroriste, du terrorisme ? la guerre, l?analogie n?a qu?un pas. En 1793,?Robespierre ?rige d?j? en France ????la terreur??? en syst?me politique. L?usage du terme a vari? avec l?histoire. Il y a eu les terrorismes id?ologiques ? vocation r?volutionnaire (Brigades Rouges, Action Directe...), des organisations clandestines ? vocation ind?pendantiste (le FLNC, ETA), des terrorismes transnationaux (le FPLP, le jihad islamique). D?clinant ? la fin de la guerre froide, le terme a pris un coup de fouet au lendemain du 11 septembre. ??Aujourd?hui, il n?y a pratiquement plus un seul ?tat qui n?utilise pas cette rh?torique??, remarque le journaliste qui rel?ve l?importante nouvelle dimension d?un ??terrorisme islamique??. Il n?existe aucune d?finition du terrorisme unanimement reconnue par la communaut? internationale. Alain Gresh nuance, ??nous avons la d?finition pour condamner les crimes de guerre du point de vue de la morale, mais sur le plan rh?torique, elle se retournerait contre les Etats??. L?armement des Kurdes par les Etats-Unis, dans le conflit en Irak et en Syrie contre l?OEI, est un exemple r?cent des conceptions opportunes du terme terrorisme. Plac?e sur la liste officielle des organisations terroristes, les Kurdes du PKK combattent aux c?t?s des peshmergas, arm?s par Obama, les jihadistes du groupe Etat Islamique, les nouveaux terroristes. Abstrait, subjectif, flou, le terrorisme se mod?le selon les acteurs. ??Le terrorisme ne peut pas couvrir une r?alit?, plaide Alain Gresh. Il cr?e une atmosph?re de guerre souhait?e par les dirigeants??. Les m?dias se laissent prendre au jeu, par paresse d?esprit ou par connivence, et la machine de guerre est lanc?e.

lire aussi