Près de 2.000 manifestants interpellés à New York suite aux affrontements manifestants/forces de l’ordre

5437685854_d630fceaff_b-
344
Partager :

New York, – Près de 2.000 personnes ont été interpellées par la police à New York depuis le début des manifestations la semaine dernière pour décrier la brutalité policière et le racisme, dont 700 arrestations opérées durant la seule nuit de lundi à mardi, marquée par des actes de vandalisme et de pillage à grande échelle à Manhattan.

Les violences ont en effet fait rage au cœur du centre de Manhattan lundi soir, où des groupes de manifestants ont saccagé et pillé plusieurs magasins de luxe le long des grandes avenues marchandes de la ville.

Les manifestations organisées durant la journée dans presque tous les quartiers de New York pour décrier la mort tragique de George Floyd, un afro-américain tué lors de son interpellation musclée par des policiers blancs à Minneapolis, étaient largement pacifiques avant de dégénérer en actes de violences et de pillage perpétrés par plusieurs jeunes individus qui semblent organisés en "meutes", selon la police et les médias locaux.

En dépit d'un couvre-feu à 23H00 décrété lundi par le maire Bill de Blasio, les manifestants ont continué de battre le pavé durant la nuit, alors que plusieurs parmi eux se sont attaqués aux vitrines des magasins, pillant de nombreux d’entre eux dont les fameux magasins Macy’s, à Herald Square, où des policiers ont pourchassé les pilleurs à l’intérieur de ce grand Department store de plusieurs étages.

Les actes de vandalisme et de pillage ont été constatés dans plusieurs parties du centre de Manhattan, alors que la plupart des façades des grandes enseignes de luxe sur la fameuse Cinquième Avenue ont été barricadées pour empêcher leur pillage.

Le Maire de New York Bill de Blasio a reconnu que le couvre-feu, annoncé quelques heures seulement avant son entrée en effet, avait échoué à empêcher les actes de vandalisme qui ont entaché les manifestations généralement pacifiques des derniers jours. Par conséquent, un nouveau couvre-feu a été décrété pour mardi à partir de 20H00 cette fois-ci, étant donné que la plupart des actes de violence interviennent après la tombée de la nuit.

Réagissant à ces événements, le gouverneur de l’Etat de New York, Andrew Cuomo, a critiqué la réponse de la ville aux actes de pillage la qualifiant de "honte" et accusant le maire et la police newyorkaise de ne pas avoir fait leur travail convenablement lundi soir.

"Je pense que le maire sous-estime l'ampleur du problème. Je pense qu'il sous-estime la durée du problème", a déclaré M. Cuomo mardi lors de son point de presse quotidien, estimant que davantage de policiers auraient dû être déployés à travers la ville.

Les manifestations à New York font partie d'une vague de manifestations dans des dizaines de grandes villes à travers les Etats-Unis, déclenchées par une vidéo capturant les derniers moments de la vie de George Floyd lors de son interpellation par la police à Minneapolis.

La vidéo montre un policier blanc s’agenouiller sur son coup durant plusieurs minutes, alors que M. Floyd était menotté et maitrisé sur le sol par deux autres policiers. L’enregistrement diffusé par les chaines de télévision et sur les médias sociaux montre également qu’avant de perdre connaissance et succomber, George Floyd répétait aux policiers qu’il ne pouvait plus respirer. Une phrase reprise en refrain par les milliers de manifestants descendus dans les rues à travers tout le pays pour décrier la violence policière et le racisme dans un pays toujours hanté par son passé de discriminations et de violences raciales.

lire aussi