140 radars mobiles et autant de fixes ont été mis à la disposition de la gendarmerie et de la police

5437685854_d630fceaff_b-

Radars mobiles

1
Partager :

Rabat - Un total de 140 radars mobiles et plus de 140 radars fixes ont été mis à la disposition, cette année, de chacun des organes de contrôle routier de la Sûreté nationale et de la Gendarmerie royale, a indiqué mardi à Rabat le ministre de l'Équipement, du Transport, de la Logistique et de l'Eau, Abdelkader Amara.

Ces radars de nouvelle génération permettront de contrôler la vitesse, les dépassements et le respect du feu rouge, a souligné le ministre lors d'une cérémonie organisée en marge de la tenue de la 2-ème session du Conseil d'administration de l'Agence nationale de sécurité routière (NARSA).

S'agissant des radars fixes, qui sont au total 552 unités sur 3 ans, M. Amara a indiqué qu'au cours de cette année plus de 140 radars seront installés pour surveiller la vitesse et le respect du feu rouge à l'intérieur comme à l'extérieur des milieux urbains.

"Ces actions s'inscrivent dans le cadre de la sensibilisation des citoyens à l'importance du Code de la route", a fait savoir le ministre qui a présidé la 2-ème session du conseil d'administration de l'Agence, notant que l'objectif est d'assurer le contrôle routier dans de meilleures conditions.

Il a, par ailleurs, indiqué que les travaux du conseil d'administration de l'Agence ont porté principalement sur la digitalisation des services offerts par la NARSA afin de faciliter l'accès des usagers aux prestations et de réduire la pression sur son personnel.

Dans une déclaration similaire, le directeur de la NARSA, Benacer Boulaajoul a de son côté indiqué que la deuxième session du conseil d'administration a été l'occasion pour l'Agence de conclure deux conventions avec la Sûreté nationale et la Gendarmerie royale dans l'objectif de les doter de radars portables de nouvelle génération permettant de constater les infractions commises jusqu'à 2 km.

Ces radars, a-t-il assuré, permettront "de constater les infractions et donc de contribuer à contrôler la vitesse qui constitue le principal facteur des accidents".