Le calendrier des débuts du siècle dernier, fondé à Fès dans les années 20 par Hajj Idris Bouayad

5437685854_d630fceaff_b-

Une page de ce fameux calendrier. Tout en bas on peut lire en rabe l’adage du jour : ce 13 mars 2024 il dit : ‘’ Le meilleur des amis, celui qui s’écarte de la plaisanterie’’ Chaque feuille quotidienne marque non seulement le jour, mais propose également des textes allant des proverbes aux conseils de santé basés sur la pharmacopée traditionnelle.

1
Partager :

Dans le tissu culturel marocain, un joyau littéraire moins connu rayonne des pages des almanachs locaux : l'éphéméride. Il ne s'agit pas d'un simple relevé de dates, mais d'une capsule temporelle qui renferme la sagesse, la religion et les pratiques ancestrales. Traditionnellement, ces almanachs combinent non seulement les calendriers grégorien et musulman, mais aussi le calendrier julien, qui a été adapté aux besoins de l'agriculture à travers la vaste géographie du monde arabo-musulman.

Les "Ephémérides Bouayad", en particulier, fondées à Fès entre 1920 et 1930 par Hajj Idris Bouayad, témoignent de la richesse des liens entre la culture, la religion et l'agriculture marocaines. Cette publication ne se contente pas de respecter les trois systèmes calendaires - grégorien, islamique et agricole - mais est également agrémentée d'éléments culturels tels que des versets du Coran, des hadiths, des proverbes et des versets poétiques.

Chaque feuille quotidienne de l'éphéméride marque non seulement le jour, mais propose également des textes allant des proverbes aux conseils de santé basés sur la pharmacopée traditionnelle, mettant en valeur l'utilisation d'une cinquantaine de substances naturelles, principalement des plantes médicinales. Ces textes courts sont des fenêtres sur l'appréciation de la médecine naturelle dans la vie quotidienne marocaine et reflètent l'imbrication profonde de la religion dans la vie de tous les jours, en abordant des thèmes tels que la santé et la spiritualité.

Les événements transcendent le quotidien et constituent des passerelles entre le passé et le présent, entre la ville et la campagne, entre les jeunes et les personnes âgées. Leur pertinence ne tient pas seulement à leur utilité pratique ou à leur richesse culturelle, mais aussi à leur adaptabilité et à leur persistance. Dans un monde en pleine mutation, la popularité de ces événements, témoigne d'une soif inébranlable de savoir et de tradition.

Ainsi, l'éphéméride au Maroc n'est pas seulement un outil du temps, c'est un miroir de la société, reflétant la façon dont les Marocains voient le monde et se voient eux-mêmes, enracinés dans leur terre et leur culture, regardant vers l'avenir avec les pieds fermement plantés dans la riche terre de leur passé.

D’après infomarruecos.ma de Said Jdidi