COP 22 : Une opportunité de créer un écosystème pour l’adaptation agricole

5437685854_d630fceaff_b-
1214
Partager :

Le comité de pilotage de la COP22 a organisé un side event autour du thème de l’Adaptation dans les pays les moins avancés, cet après-midi au siège des nations unies à New York. La rencontre a été présidée par Nizar Baraka, Président du comité scientifique de la COP22, en présence de Salaheddine Mezaouar, Président de la COP22.

La COP22, qui aura lieu du 07 au 18 novembre à Marrakech, sera “l’occasion idéale” de créer un écosystème pour l’adaptation agricole, a souligné, jeudi à New York, le président du Conseil général du développement agricole (CGDA), Mohamed Ait Kadi, selon un communiqué du Comité de pilotage de la COP22.

“La communauté internationale est consciente de l’urgence de la question de l’adaptation. La Conférence de Marrakech sera l’occasion idéale de créer un écosystème pour l’adaptation agricole”, a dit M. Ait Kadi qui s’exprimait lors d’un side event organisé par le Comité de pilotage de la COP22 sur “l’adaptation dans les pays les moins avancés (PMA)”.

Le coût estimé de l’adaptation en Afrique est “extrêmement élevé”, a indiqué, pour sa part, le ministre égyptien de l’Environnement, Khaled Fahmy, rappelant que l’un des objectifs de la Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques sera d’apporter des réponses convaincantes aux problématiques spécifiques du continent, a rapporté le communiqué. 

De son côté, le président du comité scientifique de la COP22, Nizar Baraka qui présidait cette rencontre, a fait savoir que des événements de haut niveau seront organisés pour traiter ce sujet, évoquant, dans ce sens, une prochaine rencontre autour de la finance climat et “la construction d’une vision commune pour encourager les capitaux privés à investir dans l’adaptation”.

La directrice adjointe de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), Maria Helena Semedo a, quant à elle, affirmé que la COP22 “sera la conférence de l’action et de l’application”, relevant l’impératif “d’arriver à Marrakech avec des mesures opérationnelles”, a ajouté la même source.

Par ailleurs, le président de la COP22 et chef de la diplomatie marocaine, Salaheddine Mezouar, a exposé  les préparatifs et les enjeux de la conférence de Marrakech lors d’une conférence de presse tenue au siège des Nations Unies, en marge de la 71è session de l’Assemblée générale.

Mezouar a souligné à l’occasion que  la dimension africaine de la COP de Marrakech constituera également un sujet majeur, précisant que cette COP22 serait “une conférence pour l’action pour les pays les moins avancés, particulièrement les pays insulaires qui sont les premiers impactés par les effets du changement climatique”. 

Pour le ministre marocains des AE,  “l’Afrique est l’une des régions les plus affectées par le changement climatique, et celle qui a le plus besoin d’assistance et de soutien financier pour renforcer ses capacités d’adaptation”, et à ce titre le Maroc qui n’a jamais quitté l’Afrique, «  fera tout ce qui est en son pouvoir pour faire de cette 22ème Conférence des Parties la COP de l’Afrique”.