Marrakech : Le traitement thermique des boues se fait à base d’énergie solaire

5437685854_d630fceaff_b-
1922
Partager :

Le Maroc produit une quantité colossale des boues d’épuration générées par les stations de traitement des eaux usées. Pas moins de 30 à 40 grammes de matière sèche par habitant et par jour.  Le Centre national d’études et de recherche sur l’eau et l’énergie (CNEREE) relevant de l’Université Cadi Ayyad a développé une technologie de Traitement thermique des boues d’épuration à base d’énergie solaire. 

Dans le cadre de son plan d’action pour la protection de l’environnement dans la région Marrakech-Safi et en perspective de la 22ème Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques (COP22), prévue du 7 au 18 novembre prochain à Marrakech, le CNEREE relevé le défi pour mettre en place une technique de séchage des boues des eaux usées via le rayonnement solaire.

Cette technologie innovante, qui s’inscrit dans le cadre de la politique de développement durable et de protection de l’environnement, consiste à utiliser un procédé combiné de serre solaire chauffée grâce à un concentrateur solaire. 

Cette technique récente de déshydratation des boues, basée sur une source d’énergie renouvelable qu’est le soleil, vise à mettre au point, optimiser, modéliser et appliquer à l’échelle industrielle une méthode de séchage thermique des boues d’épuration et représente un processus important pour la gestion des boues des eaux usées.

Ce procédé a pour objectif principal de réduire la masse, le volume et les frais d’enfouissement des boues et d’augmenter le taux de traitement des boues séchées, afin de faciliter leur stockage et leur transport en éliminant une partie de l’eau qu’elles contiennent.

Il permettra également d’avoir des données scientifiques nouvelles et d’évaluer le procédé de séchage combinant un séchage convectif, conductif et radiatif.

Selon le CNEREE, des études déjà réalisées ont démontré la faisabilité du séchage des boues d’épuration sous serre solaire. 

Tenant compte des limites d’une serre ordinaire, une proposition de serre hybride par chauffage grâce à une parabole solaire sera étudiée dans le cadre de ce projet.

Une optimisation du procédé sera faite en fonction des caractéristiques de la boue, des conditions de chauffage et de la mise en application du procédé et de la faisabilité de valorisation ultérieure des boues séchées, notamment dans le domaine agricole ou comme matériaux de construction.

La problématique de traitement des boues au Maroc constitue un sujet d’intérêt primordial pour toutes les unités et stations de traitement des eaux usées urbaines et industrielles, en raison des volumes croissants des boues et des problèmes d’élimination de plus en plus compliqués suite à l’évolution des législations.

En général, il existe deux types de séchage des boues, à savoir le séchage direct qui consiste en une évaporation des boues par convection, via un fluide caloporteur et le séchage indirect qui repose en un échange de chaleur par conduction, via une paroi chauffée par un fluide caloporteur. 

Mais, ces deux procédés sont très énergivores dont ils représentent un poste sur lequel il est possible de réduire l’empreinte environnementale de la filière boues. D’où, l’urgence et l’importance de l’usage d’un concentrateur solaire.