New York-COP22 : Mezouar préside un side event en marge de la 71ème AG des Nations Unies

5437685854_d630fceaff_b-
954
Partager :

L’initiative marocaine sur le renforcement des capacités et les réseaux de centres d’excellence débattue en marge de l’Assemblée Générale des Nations Unies à New York

Salaheddine Mezouar, ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération et Président du comité de pilotage de la COP22 a présidé un side event de haut niveau sous le thème « Centres d’Excellence et Think Tanks pour le Changement Climatique », en marge de la 71ème Assemblée Générale des Nations Unies à New York. L’événement était centré sur l’initiative marocaine pour augmenter le renforcement des capacités et la mise en relation des réseaux de centres d’excellence pour le changement climatique à travers le monde.

La session d’ouverture a vu la participation de Hakima El Haité, ministre déléguée à l’Environnement et Championne de haut niveau du Maroc pour le changement climatique, ainsi que Vincent Biruta, ministre des Ressources Naturelles du Rwanda et Thani Ahmed Al Zeyoudi, ministre du Changement Climatique et de l’Environnement des Emirats Arabes Unis.

« Nous soutenons pleinement la volonté de cette initiative de renforcement des capacités et attendons la COP22 avec impatience », a déclaré Thani Ahmed Al Zeyoudi.

Vincent Biruta a quant à lui souligné que « cette initiative de renforcement des capacités et de réseaux de centres pour le changement climatique est importante pour les pays en voie de développement, qui ont besoin d’assistance et de conseil en ce qui concerne leurs projets climatiques. »

L’initiative marocaine, qui devrait être lancée pendant la COP22 à Marrakech, vise à répondre aux besoins de renforcement des capacités dans les pays en développement, à travers une plate-forme de centres d’excellence pour le changement climatique organisés en réseau. Parmi ces besoins de renforcement des capacités, nous pouvons citer l’intelligence de marché, le financement du risque, le conseil aux entreprises et aux gouvernements et l’accès aux installations. « Nous devons acquérir des connaissances du Nord et renforcer la coopération Sud-Sud », a déclaré Salaheddine Mezouar.

En effet, les efforts d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques dans les pays les plus vulnérables aux impacts du réchauffement planétaire souffrent généralement d’un manque de capacité à relier des projets rentables aux fonds disponibles pour la finance climat. « 16 pays africains et 12 pays du Pacifique cherchent actuellement de l’aide. Nous devons quitter cette réunion avec une réponse », a souligné Hakima El Haité.

Nizar Baraka, Président du Comité Scientifique de la COP22, a clôturé la séance en déclarant : « à Marrakech, en novembre, notre objectif sera d’apporter une nouvelle vision pour la recherche de résultats globaux. »

Partenaires et collaborateurs sur cette initiative: 4C Maroc (Centre de Compétences Changement Climatique), IAI (Inter-American Institute for Global Change Research), BC3 (Centre Basque pour le changement climatique), et l’Iddri (Institut du Développement Durable et des Relations Internationales). En outre le soutien et la collaboration sont en cours avec la Banque mondiale, la Banque africaine de développement, le GIZ, le Fonds vert de l’UE, le FEM et le NDC Partnership.