Wall Street journal : Le Maroc à l’avant-garde de l’énergie solaire

5437685854_d630fceaff_b-
1839
Partager :

En matière de d’énergie solaire, le Maroc est à l’avant-garde dans la région MENA et en Afrique (WSJ)

Grâce au mégaprojet de la centrale d’Ouarzazate, la plus grande ferme solaire concentrée à l’échelle mondiale, le Maroc se positionne désormais à l’avant-garde en la matière dans la région MENA et sur le continent africain, écrit le quotidien américain à grand tirage “Wall Street journal”.

Le projet d’envergure permet aussi au Royaume de devenir un fournisseur mondial de l’énergie solaire pour de nombreux pays qui dépendent des importations de l’énergie, estime la publication dans un article intitulé “Un projet solaire marocain digne d’une attention toute particulière”.

Pour l’auteur de l’article Brooke Anderson, le projet Noor-Ouarzazate, qui fait partie d’un plan ambitieux visant à porter la part des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique du pays à 52 % d’ici 2030, constitue l’illustration parfaite d’une prise de conscience de la vitalité de l’énergie solaire dans une région qui jouit d’une abondance de lumière du soleil.

Notant que la centrale couvrira à terme 3.000 hectares, d’une capacité totale de production de 580 mégawatts à même de répondre aux besoins en électricité de 1,1 million de Marocains, le journal souligne qu’elle sera ainsi bien placée pour rivaliser avec le projet BHE Renewables Solar Star en Californie du Sud, dotée d’une capacité de 586 mégawatts.

La publication US, qui rappelle que la première phase du complexe est entrée officiellement en service plus tôt cette année d’une capacité de 160 MW, cite Katharina Böhme, gestionnaire de projets d’énergie auprès de la KfW, une banque d’investissement allemande qui a fourni des prêts pour le projet, qui s’est félicitée que cette phase ait pu être réalisée dans les délais fixés et dans la limite du budget alloué.

Le Noor-Ouarzazate constitue le fer de lance de la stratégie du Royaume en matière d’énergie propre, qui tend à promouvoir un développement humain durable, à travers notamment l’utilisation des nouvelles technologies propres.

Grâce à la mise en valeur du potentiel solaire, le projet marocain de l’énergie solaire contribuera à la réduction de la dépendance énergétique, à la préservation de l’environnement par la limitation des émissions des gaz à effet de serre, et à la lutte contre les changements climatiques.

A terme, il permettra annuellement des économies en combustibles d’un million de tonnes d’équivalent pétrole (TEP), tout comme il permettra d’éviter l’émission de 3,7 millions de tonnes de CO2.