Maroc-Tunisie : ‘’Je préfère qu'il soit dit que j'ai été trahi plutôt qu'il soit dit que j'ai trahi une amitié'' (Hassan II)

5437685854_d630fceaff_b-

,,

1
Partager :

Il y a quelques jours, j'ai écrit que la Tunisie malgré les pressions auxquelles elle est sujette ne se démarquera pas de sa neutralité. J'étais donc très optimiste. La position de la Tunisie cette fois ci est des plus inattendues.

La question de l'unité nationale du Maroc est connue de tout le monde comme être le point de la sensibilité la plus extrême dans ses relations internationales, surtout après le tout dernier Discours de SM LE Roi Mohammed VI.

Le Maroc avait toujours fermé les yeux sur plusieurs positions de la Tunisie lors des abstentions ou des votes dans certains forums internationaux, considérant que la Tunisie voulait rester à mi-distance entre le Maroc et l'Algérie.

Cette fois-ci le Maroc est dans son plus grand droit de voir dans l'invitation et la réception par le Président Kais Saied d'un fantoche qui ne représente que lui-même une atteinte préméditée aux relations historiques qui lient nos deux pays.

C'est un pas hors normes inadmissible, incompréhensible, pis encore, c'est un acte d'intimité déclarée et un alignement dans les rangs des ennemis du Maroc.

Le Grand Maghreb pour lequel les forces vives de la Tunisie et du Maroc ont tant milité à été brisé par cet acte belliqueux du Président Kais Saeid qui n'a pas mesuré la portée de sa forfaiture. Ce n'est nullement ce à quoi pouvait s'attendre le Maroc de la part d'un pays frère et ami».

J’en doute, mais Kais Saied serait-il capable de méditer cette citation de Feu Hassan II : ‘’L'amitié est une chose nécessaire, un homme qui n'a pas d'amis n'est pas un homme, et je préfère encore personnellement être victime d'une amitié plutôt que d’être l'assassin d'une amitié, je préfère qu'il soit dit que j'ai été trahi plutôt qu'il soit dit que j'ai trahi une amitié ".