Le cadeau de Sarim Fassi Fihri aux islamistes

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :
exodus-poster

Le directeur du CCM interdit pour des raisons religieuses un film qu?il a pourtant autoris?

La premi?re action du nouveau directeur du Centre cin?matographique marocain est une censure? apr?s autorisation. Et en ces temps de f?te, le producteur Sarim Fassi Fihri devenu patron du CCM vient de faire un cadeau aux islamistes du gouvernement. Apr?s donn? le visa d?exploitation ? ??Exodus?? de Ridley Scott, il vient d?en interdire la programmation sans autre forme de proc?s. A-t-il agi sous pression?? Est-il all? aux devants de la volont? d?un Ex?cutif amateur ??d?art propre?? plut?t que d?art tout court??

En tout cas, la nouvelle a fait le tour du monde. Le Maroc, terre de tol?rance et de cin?ma, a officiellement interdit le samedi 27 d?cembre la diffusion du dernier film de Ridely Scott, ??Exodus?: Gods and Kings??.?? L?interdiction de ce p?plum biblique en 3D qui raconte la fuite de l?Egypte du proph?te Mo?se sonne comme un d?menti cinglant au positionnement du Royaume comme destination mondiale culturelle et cin?matographique et alors que le festival international du film de Marrakech vient ? peine de ranger le tapis rouge qu?il avait d?roul? pour ses stars mondiales.

Dans cette affaire, le cafouillage du CCM qui est plac? sous la tutelle du minist?re de la communication va durer 72 heures. Interdit, pas interdit?? Censur? ou pas censur??? ??Exodus?? ne conna?tra son sort d?finitif et donc son interdiction que dans l?apr?s midi du vendredi. Une d?cision qui pr?te ? d?bat quant au respect des proc?dures. La commission de contr?le qui est compos?e entre autres de repr?sentants des minist?res de la communication et des habous et affaires islamiques a tenu une premi?re r?union pour autoriser l?exploitation du p?plum de Ridley Scott. Il a ?t? projet? pendant trois jours ? Marrakech. Il n?y a eu ni plainte, ni manifestations ni sit in pour convoquer ? une deuxi?me r?union la commission qui a d?livr? le visa d?exploitation. Le communiqu? publi? finalement par le CCM est un morceau d?anthologie. On y lit que la commission ne d?livre pas le visa d?exploitation du film ??Exodus??. Une d?cision prise ? l?unanimit? toujours selon ce communiqu? et ce en raison "des sc?nes personnifiant dieu par un enfant lors de l??pisode de la r?v?lation faite au proph?te Moise. Cette repr?sentation est non-valable dans toutes les religions monoth?istes. Ce qui justifie largement l?interdiction du long-m?trage". Probl?me, c?est cette m?me commission a d?j? autoris? ce film ??comportant des sc?nes personnifiant Dieu par un enfant?? qui se d?juge tout en se faisant amn?sique. Il ne s?agit pas de ??ne pas d?livrer un visa d?exploitation?? mais de ?retirer une autorisation d?exploitation d?j? accord?e. Sans parler du fait que Sarim Fassi Fihri dispose, en tant que directeur du CCM, de la d?cision finale en suivant, ou pas, la commission de contr?le. Reste enfin le motif de l?interdiction et son extr?me fragilit?. Le CCM ?voque la personnification de Dieu par un enfant qui donne la r?v?lation ? Mo?se. les professionnels de l??criture cin?matographique eux, n?y voient que m?taphore et ??hallucination?? propre au 7?me art. En Egypte par exemple, ??Exodus?? a ?t? interdit apr?s qu?une commission d?historiens ait conclu ? une falsification de l?histoire des Pharaons par ce p?plum.

Au final que faut-il retenir de cette censure qui vient confirmer le r?tr?cissement des espaces de libert? en terre marocaine?? Le prisme religieux est en train de s?installer sur les sc?nes publique et artistique, mettant en p?ril toutes les expressions. Il y a une trentaine d?ann?es ??Les dix commandements?? de C?cil B. Demille avait connu un immense succ?s dans les salles de cin?ma du Maroc. A l??vidence, les temps ont chang?.

??Exodus??dont une grande partie a ?t? tourn?e ? Ouarzazate, a d?abord re?u le visa d?exploitation, le fameux s?same qu?accorde le centre cin?matographique marocain aux exploitants de salles de cin?ma. Mercredi 24 d?cembre, ??Exodus?? est m?me ? l?affiche de plusieurs cin?mas du pays avant que les patrons de salles ne re?oivent de myst?rieux coups de fils de fonctionnaires du CCM leur enjoignant l?ordre de d?programmer le p?plum qui raconte le d?part d?Egypte du proph?te Mo?se. Une d?cision orale ? laquelle se plieront tous les cin?mas, sauf un. A Marrakech, le Colis?e a projet? le film de Ridley Scott jusqu?? ce que tombe la d?cision ?crite du CCM. D?s mercredi, la distributrice du film et exploitante du ??Colis?e??, Mounia Benkirane Layadi a choisi de r?sister. Seule contre tous. Ce qui lui a valu le titre de ? fighter of the day?? que lui d?cernera le r?alisateur Noureddine Lakhmari sur sa page facebook. La r?sistance ne fait que commencer.