Berlin ‘’reporte ses projets’’ au Maroc en ‘’réponse au gel de l'accord sur l'hydrogène vert’’

5437685854_d630fceaff_b-

La technologie allemande pour la production de l’énergie renouvelable s’es avérée couteuse te peu rentable

1
Partager :

Après avoir rappelé son ambassadeur à Berlin, Zohour Alaoui, début mai en signe de protestation, le Maroc a paralysé l'accord de coopération avec l'Allemagne sur l'hydrogène vert signé par les deux pays l'année dernière et ce pour protester contre la position de Berlin sur la question du Sahara, indique, lundi, le journal espagnol El Mundo. A indiquer que la solution allemande dans ce domaine est non seulement couteuse, mais peu rentable.

"Le partenariat germano-marocain dans le domaine de l'hydrogène repose sur une coopération au développement fructueuse de longue date et sur le partenariat énergétique germano-marocain. Cette coopération est toujours d'intérêt mutuel du point de vue du gouvernement fédéral, mais elle est mise à l'épreuve par les développements actuels", a répondu le ministère des affaires étrangères à une question parlementaire des libéraux du FDP, rapporte le quotidien.

"Si la situation actuelle perdure, le gouvernement allemand considère que des conséquences négatives pour la création d'entreprises et l'attractivité du marché ne sont pas à exclure", ajoute le ministère dans sa réponse sans établir de liens entre ce blocage et la position de Berlin sur la question du Sahara,.

La première conséquence de la crise entre les deux pays est que l'argent allemand ne doit pas affluer au Maroc jusqu'à nouvel ordre, selon El Mundo. "Les fonds ne seront versés que si le partenaire remplit ses obligations contractuelles", précise le ministère des Affaires étrangères. Comme ce n'est pas le cas maintenant, "tous les projets ont été reportés", d’après la Banque allemande de développement (KfW), par l'intermédiaire de laquelle les prêts et l'aide à la construction de la première centrale électrique au Maroc ont été mis en place. Le montant total était de 350 millions d'euros, selon la publication espagnole.

Une arme que tente d’utiliser Berlin pour inquiéter Rabat. Les Allemands brandissent la menace d’aller voir ailleurs en Afrique avec, selon El Mundo avec ses « deux milliards d'euros pour le développement de sources d'énergie à l'étranger qui permettront à l'Allemagne d'atteindre la neutralité climatique ».

Une situation que Rabat n’ignore pas lorsqu’il a décidé de rappeler son ambassadrice à Berlin, sachant que la solution allemande pour l’énergie renouvelable est très couteuse et très peu rentable, alors que le Maroc, très avancé dans ce secteur offre de surcroit une proximité d’approvisionnement inégalable..