Le covid va-t-il inaugurer une nouvelle génération de visioconférences efficaces et bon marché ?

5437685854_d630fceaff_b-
531
Partager :

 

Rabat  – Alors que l'épidémie de Covid-19 continue sa propagation à l'échelle mondiale, les annulations en cascade d'événements (congrès, rencontres d'affaires, conférences...) se poursuit dans les quatre coins de la planète en raison du confinement, laissant émerger une riposte numérique sous forme de conférences virtuelles et de solutions mettant à profit les nouvelles technologies pour assurer la continuité tu travail et l'échange des expériences.

Dans ce contexte, une visioconférence nationale organisée samedi sous le thème "Covid-19: évolution et questions" par l'Association marocaine pour la communication sanitaire (AMCS), est un exemple édifiant de cette tendance. Avec la participation de médecins et experts des hôpitaux universitaires de Rabat, Casablanca, Fès, Marrakech et Oujda, qui ont fait, depuis leurs bureaux, des exposés destinés principalement aux professionnels de santé (médecins, dentistes, pharmaciens, infirmiers et étudiants), cette initiative prouve l'efficacité de l'outil numérique en temps de confinement.

Si l'aggravation de l'épidémie a imposé le lancement d'un débat profond entre professionnels sur les moyens de traitement du Covid-19, elle a également rendu nécessaire de partager les connaissances avec un plus grand public à travers l'adoption d'une version simplifiée de l'arabe classique, plutôt proche de la darija (dialecte marocain), pour toucher un public varié.

Cette visioconférence scientifique a traité de tous les aspects de cette maladie, allant des caractéristiques du virus et des méthodes de diagnostic aux traitements donnés par plusieurs spécialistes, notamment en virologie et microbiologie, en pneumologie, en pédiatrie, en réanimation et anesthésie, en gynécologie-obstétrique, en épidémiologie, en psychiatrie, ainsi que dans les soins infirmiers. Elle a constitué, en outre, une occasion de poser des questions via les réseaux sociaux pour éclaircir divers aspects médicaux et généraux liés au coronavirus.

Défiant la distanciation sociale imposée par l’épidémie, cette expérience prouve la sociabilité naturelle de l'être humain, qui s'adapte aux crises et adopte des méthodes innovantes pour s’en sortir.

A cet égard, Pr. Jamal Eddine Bourkadi, pneumologue et directeur de l’hôpital Moulay Youssef, et membre du comité national de suivi de l’épidémie Covid-19, s'est réjoui dans une déclaration à la MAP qu'après le report de la 5ème édition de la conférence de l’AMCS, initialement prévue les 3 et 4 avril sur les maladies cardiovasculaires, "cette expérience singulière dans l'histoire de l'AMCS a été une réussite, applaudie par les participants du Maroc et d'ailleurs, et dont le nombre a dépassé 16.000’’.

Par ailleurs, la conférence a suscité un élan de commentaires positifs reçus du Sénégal, du Koweït, des Émirats arabes unis, de la Libye et d'autres pays, a indiqué Pr Bourkadi, président de la conférence, notant que la tenue de conférences scientifiques en arabe par des spécialistes virologues et épidémiologistes a permis de drainer un vaste public et de répondre aux attentes des professionnels.

"C'est une expérience unique", a noté Dr. Bourkadi, qui a rappelé que nombre d’associations scientifiques nationales et internationales organisent actuellement des visioconférences, ajoutant que "ce confinement imposé établira inévitablement de nouveaux moyens de communication". Président de l'AMCS, Dr. Bourkadi a indiqué que l'association envisage d'adopter définitivement cette solution pour ses conférences annuelles et ses séminaires trimestriels pour éclairer l'opinion publique sur l'actualité de la santé.

Concernant les avantages des visioconférences, Pr Bourkadi a fait remarquer les coûts logistiques faibles dus à l’absence de transport, de l'hébergement, de la nourriture, réduisant ainsi temps et distances et "permettant d'établir la prochaine génération de conférences en faveur d’une audience grandissante’’.

En outre, cette expérience permet à ceux qui ont manqué sa diffusion en direct de revoir l'enregistrement à tout moment, a ajouté le professeur, notant que seuls entre 300 à 500 participants prennent part aux évènements traditionnels, qui coûtent nettement plus en termes de préparation et d’organisation.

Le nouveau coronavirus est-il en train d'établir, aux niveaux national et international, de nouvelles méthodes de communication et d'échange d'expériences plus efficaces et à moindre coût?

*MAP

 

lire aussi