Tunisie: présidentielle en septembre, Intersection pour les droits et les libertés dénonce la multiplication des procès contre les activistes

5437685854_d630fceaff_b-

L’association a recensé 115 violations des droits humains commises en 2023

1
Partager :

Tunis,- L’élection présidentielle en Tunisie se tiendra dans les délais prévus entre septembre et octobre de l’année en cours, a affirmé l’Instance tunisienne pour les élections (ISIE).

En perspective de cette échéance, l’instance électorale procédera à la publication du calendrier relatif à la campagne électorale de l’élection présidentielle et au dépôt des candidatures, une fois les conseils locaux, régionaux et des districts mis en place, au plus tard avant début avril prochain, a précisé le président de l’ISIE, Farouk Bouasker, dans une déclaration à la presse.

Et d’ajouter que l’ISIE prévoit une modification des conditions et procédures de candidature aux présidentielles, afin de l’adapter à la Constitution de 2022.

Dans un récent communiqué, la présidence tunisienne a assuré que les échéances électorales se tiendront à leurs dates prévues y compris les élections présidentielles.

La Tunisie a connu ces deux dernières années des échéances électorales instaurant un mode de gouvernance par la base, dont les plus marquantes sont les élections législatives de fin 2022 et les élections locales de décembre et février derniers, largement boudées par les Tunisiens.`

Intersection pour les droits et les libertés dénonce la multiplication des procès contre les activistes en 2023

Une association tunisienne de défense des droits de l’Homme a dénoncé la multiplication des procès d’opinion au cours de l’année 2023, ciblant militants des droits humains, journalistes, hommes politiques et syndicalistes.

Dans son rapport annuel sur "les violations des droits de l’homme en Tunisie", l’association Intersection pour les droits et les libertés s’inquiète de la hausse des arrestations et des poursuites judiciaires engagées contre les activistes dans le domaine des droits de l’homme et des figures des médias, de la politique et des syndicats.

L’association évoque, notamment, la prolongation de la période de détention des personnes accusées dans l’affaire dite de "complot contre l’Etat", la comparution de journalistes en vertu du décret-loi 54 en date du 13 septembre 2022 relatif à la lutte contre les infractions se rapportant aux systèmes d’information et de communication ainsi que sur la base de la loi de lutte contre le terrorisme et le blanchiment d’argent.

L’association a recensé 115 violations des droits humains commises en 2023 dont 19 cas de poursuites judiciaires sur la base du décret-loi 54 ciblant 4 journalistes, 7 avocats, 2 activistes de la société civile et 3 appartenant à d’autres secteurs d’activité.

Selon le rapport, la presse est le secteur le plus visé dans la mesure où le syndicat des journalistes a enregistré 237 violations entre janvier et octobre 2023.

L’année dernière, la Tunisie a connu une série d’arrestations d’hommes politiques, de figures de l’opposition, d’activistes de la société civile, de responsables de médias et de syndicalistes, pour leur implication présumée dans une affaire dite du "complot contre la sûreté de l’État".

De nombreuses ONG tunisiennes et internationales ont condamné les poursuites judiciaires contre les opposants et réclamé leur remise en liberté.