Iran: la mosquée iconique d'Ispahan abîmée lors de sa restauration

5437685854_d630fceaff_b-

Photo prise le 17 mai 2022 montre une vue de la Grande Mosquée Abbasi (Mosquée Shah, achevée en 1629) construite par les Safavides dans la ville centrale d'Ispahan en Iran. Une mosquée emblématique de 400 ans située dans la ville centrale iranienne d'Ispahan, classée au patrimoine mondial de l'ONU, a été endommagée par des échafaudages lors de travaux de restauration, ont indiqué des responsables le 18 juillet 2022. (Photo par Atta KENARE / AFP)

1
Partager :

 

La mosquée royale d'Ispahan dans le centre de l'Iran, vieille de 400 ans et classée au Patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco, a été abîmée lors d'une opération de restauration, a-t-on appris lundi de sources officielles.

"Les restaurateurs (de la mosquée du Chah) se sont rendus compte d'une déformation surtout dans la partie supérieure du dôme" de la mosquée, a déclaré le chef du Patrimoine d'Ispahan, Alireza Izadi, cité par le site du gouvernement.

La mosquée du Chah ("Royale" en persan, ndlr) a été construite durant l'âge d'or d'Ispahan, au début du XVIIe siècle, comme l'un des quatre édifices formant l'immense place Naghsh-e Jahan au cœur de la ville.

L'Unesco a classé le complexe en 1979 au Patrimoine mondial de l'humanité, estimant la mosquée royale, située dans un "ensemble urbain homogène construit selon un plan unique et harmonieux", "particulièrement intéressante".

Selon les experts cités dans les médias locaux, les dessins des fleurs sur les tuiles restaurées ne correspondent pas les uns aux autres et les motifs sur le dôme ne sont pas alignés.

"Nous allons remplacer les tuiles du dôme car le poids de l'échafaudage a endommagé leurs bords", a indiqué M. Izadi à l'agence officielle Irna.

"L'entrepreneur du projet, qui est l'un des vétérans de la restauration à Ispahan, s'est dit prêt à prendre les mesures nécessaires pour réparer les défauts dans les plus brefs délais", a assuré M. Izadi.

Interrogé par la télévision d'Etat iranienne, le restaurateur du projet Mehdi Pakdel a reconnu "ses erreurs".

"Diverses pressions pour l'enlèvement rapide des échafaudages et le travail à 54 mètres de hauteur sans équipement expliquent en partie ces erreurs", a déclaré M. Pakdel, ajoutant que son "travail n'était pas encore fini".

Les travaux de restauration de la mosquée royale ont été initiés en 2010.

Troisième ville du pays, Ispahan est l'une des principales destinations touristiques de l'Iran. La ville était la capitale de la Perse sous la règne des Safavides au XVIIe siècle. (AFP)