Comité des 24 de l'ONU : l’ambassadeur Omar Hilale explique la marocanité du Sahara

5437685854_d630fceaff_b-
404
Partager :

L?Ambassadeur, repr?sentant permanent du Maroc aupr?s de l?ONU, Omar Hilale a donn? un ?clairage sur les fondements historiques, les bases juridiques et les dimensions politiques de la marocanit? du Sahara, ? l'occasion du S?minaire du Comit? des 24 (C24) de l?Assembl?e G?n?rale de l'ONU, pour les Cara?bes, tenu ? Grenade du 2 au 4 mai courant.

M. Hilale a, de prime abord, affirm? que la question du Sahara est une affaire d?int?grit? territoriale et de souverainet? nationale du Maroc, et nullement une question de d?colonisation.

D?montant les r?f?rences historiques r?ductrices, tronqu?es et s?lectives du diff?rend sur le Sahara marocain du chef de la d?l?gation alg?rienne, l?Ambassadeur du Royaume a pr?cis? que la question du Sahara ne remonte pas ? 1963 ou ? 1975, comme tente de le faire croire l?Alg?rie, mais qu?elle est ancr?e dans l?histoire du Maroc et son identit?.

Il a ainsi rappel? qu?avant la colonisation espagnole du Sahara, ? la fin du 19? si?cle, cette r?gion n?a jamais ?t? une terre sans ma?tre "terra nullus" et a toujours fait partie int?grante du territoire national du Maroc. Ce qui a ?t? confirm? par l?avis consultatif de la Cour internationale de Justice de 1975, qui a reconnu l?existence des liens d?all?geance des populations du Sahara aux Rois du Maroc et de l?autorit? des Souverains marocains sur cette r?gion.

M. Hilale a ajout? que cette all?geance continue d??tre pr?t?e chaque ann?e, au Roi, ? l?occasion de la f?te du Tr?ne.

Il a, en outre, indiqu? que c?est le Maroc, et non l?Alg?rie ou autre pays, qui a inscrit la question du Sahara aux Nations-Unies en 1963, en tant que territoire qui lui appartient, alors qu?elle ?tait encore sous occupation espagnole.

Le Polisario n??tait m?me pas encore cr?? par l?Alg?rie. Cette m?me ann?e, lorsque le Maroc a adh?r? ? l?Organisation de l?Unit? Africaine, il a ?t? le seul ? ?mettre ses r?serves sur le principe de l?intangibilit? des fronti?res h?rit?es de l??re coloniale, ?tant convaincu de la l?gitimit? de sa revendication sur le territoire du Sahara, a poursuivi le diplomate marocain.

M. Hilale a not? que les r?solutions des Nations-Unies ? cette ?poque, demandaient ? l?Espagne de r?troc?der le Sahara au Maroc ? travers la n?gociation. Ce qui a ?t? atteint par la signature de l?Accord de Madrid en 1975, qui a ?t? d?pos? aupr?s du Secr?taire G?n?ral des Nations-Unies et reconnu par l?Assembl?e G?n?rale de l?ONU. Scellant d?finitivement, ainsi, le retour du Sahara ? la m?re patrie, le Maroc.

En r?ponse ? des assertions tendancieuses et erron?es du chef de la d?l?gation alg?rienne, notamment au sujet des soi-disant opportunit?s rat?es pour r?gler ce diff?rend, M. Omar Hilale a d?montr?, preuves et arguments ? l?appui, la caducit? de tous les plans ant?rieurs, enterr?s d?finitivement par le Conseil de S?curit? et le Secr?taire G?n?ral de l?ONU, depuis 2004, et auxquels l?Alg?rie et le ? polisario ? continuent d??tre attach?s.

Il s?est interrog? sur l?omission d?lib?r?e du rejet par l?Alg?rie de l?Accord Cadre de 2001 et de la pr?sentation par l?ancien pr?sident alg?rien en 2001, ? l?Envoy? Personnel d?alors, de la proposition alg?rienne de la partition du Sahara, comme solution, que le Maroc avait fermement rejet?.

? O? est le principe de l?autod?termination ? De quel droit un pays peut-il proposer la partition d?un autre ? De quel droit peut-il proposer la partition d?une population ? Le Maroc a r?pondu qu?il n?y a qu?une seule population sur le territoire: une population sahraouie marocaine, et le Maroc n?acceptera jamais qu?il soit divis?, pour soi-disant trouver une solution ?, a-t-il clarifi?.

M. Hilale, a en outre, d?voil? devant les participants ? cette r?union, la responsabilit? de l?Alg?rie dans la gen?se et le maintien de ce diff?rend r?gional.

? C?est l?Alg?rie qui a cr?? le Polisario, c?est l?Alg?rie qui l?h?berge, c?est l?Alg?rie qui lui donne pratiquement un territoire extra-souverain dans les camps de Tindouf -les seuls camps au monde g?r?s par une entit? non-?tatique- c?est l?Alg?rie qui l?arme, c?est l?Alg?rie qui m?ne les campagnes diplomatiques, c?est l?Alg?rie qui paye Independent Diplomat -groupe lobbiyiste- pour r?diger des notes, faire des campagnes pour le Polisario, et envoyer des tweets. Maintenant, l?Alg?rie est aux tables rondes. Il est tout ? fait normal que l?Alg?rie, qui a ?t? au d?but de ce diff?rend soit ? sa fin ?, a-t-il martel?.

Abordant l?examen de la question nationale par les Nations-Unies, l?Ambassadeur du Maroc a indiqu? que suite aux ?checs de tous les plans ant?rieurs, et en r?ponse ? l?appel du Conseil de S?curit? et de la communaut? internationale, le Maroc a pr?sent? en avril 2007, l?Initiative d?autonomie pour le r?glement d?finitif du diff?rend autour du Sahara, dont la pr??minence a ?t? consacr?e dans toutes les r?solutions du Conseil, depuis sa pr?sentation.

Relevant le Momentum actuel et la dynamique positive g?n?r?s par le processus des tables rondes de Gen?ve, qui constituent la v?ritable opportunit?, qui ne doit pas ?tre rat?e, M. Hilale a soulign? que le Conseil de S?curit? a d?fini les v?ritables parties prenantes dans ce diff?rend, en l?occurrence le Maroc, l?Alg?rie, la Mauritanie, et le ? polisario ? et qu?il n?existe plus, pour l?organe ex?cutif des Nations-Unies, de ? parties et pays voisins ?.

Il a aussi not? que la derni?re r?solution du Conseil de s?curit?, la 2468, adopt?e le 30 avril 2019, a cit? l?Alg?rie autant de fois que le Maroc. ? Maintenant, l?Alg?rie a une part de responsabilit? qui est reconnue, et qui a ?t? act?e, par sa pr?sence aux deux tables rondes Gen?ve ?, a-t-il fait remarquer.

Et d?ajouter que les deux tables rondes de Gen?ve se sont d?roul?es en pr?sence des repr?sentants, d?mocratiquement ?lus, du Sahara marocain, qui ont expos? les avanc?es d?mocratiques et socio-?conomiques notables de leurs r?gions respectives, et ce "comme ils l?ont fait ici au s?minaire de Grenade".

L?Ambassadeur Hilale a ?galement d?nonc? l?opposition de l?Alg?rie ? l?enregistrement des populations des camps de Tindouf, en violation des r?solutions du Conseil de S?curit? depuis 2011 et du droit international humanitaire.

"Les camps de Tindouf sont les seuls dans le monde o? ni les Nations-Unies, ni aucune agence onusienne ne sait combien de personnes y vivent. Nous continuerons toujours ? demander qu?il y ait un enregistrement", a-t-il insist?.

M. Hilale a, par la suite, mis en relief les r?alisations politiques et les d?veloppements socio-?conomiques dans les provinces du Sud. "Le Sahara se d?veloppe, le Sahara avance, le Sahara se construit, le Sahara se restructure et je suis tr?s reconnaissant que le vice-pr?sident de la r?gion de La?youne-Sakia El Hamra, a expos? tout cela durant ce s?minaire", a-t-il dit.

L?Ambassadeur Hilale a conclu en signalant que le Maroc est engag? dans le processus politique sous l??gide du Secr?taire G?n?ral de l?ONU et la facilitation de son Envoy? Personnel, sur la base des r?solutions du Conseil de S?curit? depuis 2007. Et de pr?ciser, ? cet ?gard, que la r?solution du Conseil de S?curit? 2468, a fix? les param?tres et les piliers de la solution qui doit ?tre politique, r?aliste, pragmatique, durable et bas?e sur le compromis.

"Nous esp?rons que l?engagement des uns et des autres permettra de parvenir, finalement, ? cette solution, qui ram?nera la paix et la s?curit? dans la r?gion, et permettra la reconstruction du Grand Maghreb, dont l?Afrique a tellement besoin", a-t-il dit.


?

lire aussi