Vingt ans de règne, le Roi visionnaire

5437685854_d630fceaff_b-
550
Partager :

Une r?trospective sur 20 ans de r?gne est une? gageure. ?valuer ces deux d?cennies encore plus, eu ?gard ? la forte densit? des ?v?nements survenus durant cette p?riode et aux mutations technologiques et g?opolitiques qu?elles ont connues.?

L?exercice auquel nous nous pr?tons n?a pas la pr?tention d??tre exhaustif ni p?remptoire quant aux ann?es ?coul?es, mais s?inscrit dans une d?marche citoyenne visant ? participer ? la c?l?bration du 20?me anniversaire de l?intronisation de Sa Majest? le Roi.

On ne saurait d?crypter l?action et la vision de Mohammed VI sans ?voquer les ?l?ments cl?s qui ont construit l?Homme, le Prince H?ritier et le Souverain. Sa formation au Coll?ge Royal, son doctorat portant sur ? la coop?ration entre la CEE et l?UMA??? brillamment soutenu ? l?Universit? de Nice-Sophia Antipolis d?une part, et les multiples missions conduites en tant que Prince H?ritier d?autre part, lui ont permis de construire une vision claire pour le Maroc.?

Proclam? Roi, il savait donc d?j? ce qui l?attendait et a aussit?t dessin? la direction qu?allait conduire son pays. Dans son premier discours adress? ? la nation, le 30 juillet 1999,? le Roi a donn? le cap et trac? la feuille de route qu?allait engager le Maroc ? l?aune du 21e si?cle?:
? Nous sommes extr?mement attach?s ? la monarchie constitutionnelle, au multipartisme, au lib?ralisme ?conomique, ? la politique de r?gionalisation et de d?centralisation, ? l??dification de l?Etat de droit, ? la sauvegarde des droits de l?Homme et des libert?s individuelles et collectives, et au maintien de la s?curit? et de la stabilit? pour tous.

Nous souhaitons que le Maroc, sous notre r?gne, aille de l?avant sur la voie du d?veloppement et de la modernit?, et qu?il acc?de au troisi?me mill?naire, dot? d?une vision prospective, en parfaite cohabitation et une entente r?ciproque avec nos partenaires pr?servant son identit? et sa sp?cificit?, sans se refermer sur soi, dans le cadre d?une authenticit? reconfirm?e et d?une modernit? qui ne renie gu?re nos valeurs sacr?es??.

Cette vision prospective sera clairement d?clin?e deux ann?es plus tard et pourrait se r?sumer par le nouveau concept d?autorit?, la lutte contre la pauvret? et la marginalisation. Ce sont des principes fondateurs qui ont ?t? r?it?r?s par le Roi ? chaque occasion.?

Soucieux de r?tablir la confiance et d?instaurer un climat d?apaisement qui manquaient au Maroc d?alors, Sa Majest? a d?cid? de la cr?ation de l?Institut ?quit? et R?conciliation (IER) pour d?passer les malentendus du pass? et les inscrire sur le registre de la m?moire collective. C?est dans ce cadre que s?inscrit en 2005 le lancement d?une? politique ambitieuse de lutte contre la pauvret? ? travers l?Initiative Nationale de D?veloppement Humain (INDH). Celle-ci fait aujourd?hui ?cole et beaucoup de pays s?en inspirent. En effet, l?INDH coupl?e ? d?autres mesures sociales importantes ont permis de ramener le taux de pauvret? au Maroc ? moins de 7% contre 30% en 2004.

En outre, deux questions soci?tales et culturelles majeures bloquaient la soci?t? marocaine et cr?aient un climat de crispation et de tension?: la question de la femme et la question amazigh. Celles-ci ont su ?tre trait?es dans la s?r?nit?, avec une grande p?dagogie.?

Toujours en 2005 fut lanc?e la mise en ?uvre effective de la couverture m?dicale qui a donn?e des r?sultats globalement satisfaisants. En effet, le taux de couverture m?dicale est pass? de 15% en 2005 ? pr?s de 70% aujourd?hui, RAMED inclus.

Le Roi est un Homme de dossiers. Il veille toujours ? connaitre dans les d?tails la nature des probl?mes afin d?agir de la fa?on la plus pertinente possible et d?apporter les solutions appropri?es. Ainsi, cela l?a conduit ? commander une ?tude sur le cinquantenaire, mettant ? l??uvre l?expertise marocaine, et visant ? ?tablir un diagnostic global du Maroc depuis l?ind?pendance. Embrassant tous les domaines, cette ?tude a d?bouch? sur des propositions ? qui demeurent d?actualit?. Cinq principales orientations ont ainsi ?t? arr?t?es pour ??le Maroc Possible?? : la planification, la participation, la prise de d?cisions fond?e sur la concurrence, l??valuation, l????accountability?? ou la reddition des comptes.

Toutefois, la r?alisation majeure du Souverain demeure sans conteste l?adoption d?une nouvelle constitution en 2011. Celle-ci a plac? le Maroc sur les rails de l?Etat de droit et l?a mis au niveau des pays d?velopp?s. Plus qu?une simple ?volution, il s?agit l? d?une r?volution.

N?cessairement,? il fallait d?velopper le pays sur le plan ?conomique en donnant la priorit?, dans un premier temps,? aux infrastructures de base faisant ainsi jouer les recettes keyn?siennes qui ont fait leurs preuves ailleurs.

Progressivement, le Maroc se transforme en quelques ann?es en chantier ouvert suite ?? l??dification d?infrastructures modernes et attractives. Il en est ainsi du port Tanger Med, du r?seau autoroutier, du r?seau de la voie ferr?e, du TGV Al Boraq, de l?infrastructure hydraulique, de la r?alisation de m?gaprojets culturels, de la centrale solaire Noor pour pr?parer le pays ? la transition ?nerg?tique, du grand port de Nador en cours d?ach?vement, du plan de d?veloppement des provinces du Sud, des investissements massifs pour l?am?nagement de la r?gion du Nord .. La liste peut ?tre ?tendue ? souhait.

Sur le plan ?conomique, malgr? l?abandon de la planification, des plans sectoriels d?envergure furent lanc?s sous la houlette du Roi et avec Son suivi r?gulier. Ainsi, en est-il du Plan Maroc Vert pour l'agriculture, Plan Halieutis pour la p?che maritime, Plan Emergence devenu Plan d'acc?l?ration industrielle pour l'industrie, Vision 2010 et 2020 pour le tourisme, Maroc Numeric pour l'?conomie num?rique etc...Malgr? leurs limites et les critiques dont ils font l'objet, dont notamment le manque de convergence, ces programmes ont donn? des r?sultats relativement satisfaisants. Il suffit aujourd?hui de rappeler que le Maroc est devenu leader du continent africain? au niveau du secteur automobile.

Cependant, l?infrastructure physique, aussi utile et n?cessaire soit-elle, ne suffit pas ? elle seule pour d?clencher le d?veloppement inclusif dont le Maroc a besoin. Elle doit n?cessairement? aller de pair avec le d?veloppement du capital humain. Un progr?s significatif a ?t? fait dans ce sens tant sur le plan quantitatif que qualitatif. Mais force est de constater que les r?sultats ne sont pas ? la hauteur des moyens consentis.?

Une fois la confiance r?tablie ? travers des actions concr?tes sur le terrain,? Sa Majest? le Roi s?est alors int?ress? ? l?international et en premier lieu au continent africain dont nous faisons partie int?grante. L?objectif vis? ?tant d?assurer le retour du Maroc ? l?Union Africaine. La t?che ?tait ardue face ? des adversaires qui ne veulent consentir ? aucun compromis. Le Souverain a su s?y prendre avec intelligence, clairvoyance, souplesse et esprit d??coute en pla?ant son action sur le moyen terme. Ainsi a- t-il en quelques ann?es effectu? plus de 40 voyages dans pr?s de 30 pays et veill? ? la signature de dizaines d?accords et de conventions ?conomiques portant sur des projets d?int?r?t vital pour la population africaine. Ce faisant, le Roi a mis en vogue une nouvelle conception de coop?ration Sud-Sud? aux antipodes de la conception n?ocoloniale fond?e sur l?exploitation, voire le pillage des ressources dont regorge notre continent. Dans ce chemin sem? d?emb?ches, le Roi a fait pr?valoir la strat?gie sur la tactique en mettant en avant les bienfaits de la diplomatie ?conomique.?

Qui pourrait oublier aujourd?hui ces moments d?une ?motion inou?e lors de la prononciation par le Souverain de son discours pour annoncer ? ses paires le retour du Maroc ? sa maison, l?Afrique. Le discours prononc? par le Roi exprime ? la fois un sentiment d?amertume suite? au temps perdu et aux occasions manqu?es par les peuples africains, mais surtout une marque d?esp?rance pour un meilleur avenir d?une Afrique solidaire, d?mocratique et lib?r?e des servitudes.?

Le bilan de ce qu?a accompli le Maroc ces deux derni?res d?cennies est largement positif et ses retomb?es sont visibles. Le Maroc d?aujourd?hui est totalement diff?rent de celui du d?but du mill?naire. Mais comme tout d?veloppement est contradictoire, ce progr?s n?a pas touch? de la m?me mani?re l?ensemble des Marocains et la totalit? des R?gions du Royaume. D?ailleurs, le Roi est le premier ? le reconnaitre en soulignant l?essoufflement de l?actuel mod?le de d?veloppement et en appelant les institutions majeures du pays ? r?fl?chir? ? un nouveau mod?le de d?veloppement qui soit ax? sur l?inclusion sociale et la satisfaction des besoins fondamentaux de la population.

Nous avons r?ussi dans l?essentiel?: maintenir le pays en ?quilibre. Et cela gr?ce au g?nie du Roi. C?est une chance historique pour nous Marocains d?avoir un Roi de la trempe de Mohamed VI?: un Roi profond?ment humaniste, ?pris de valeurs de justice sociale, attach? ? la d?mocratie, aim? par Son peuple parce qu?il est sensible ? ses probl?mes et attentif ? ses dol?ances.

Mobilisons-nous donc ? ses c?t?s, chacun dans son domaine de? comp?tences, pour r?aliser ensemble cette ambition collective qui est la n?tre et r?aliser le grand dessein pour lequel le Souverain s?est engag? depuis son accession au tr?ne, voire bien avant.?