Dans la ville des lumières, le SOS décibels des voisins de la Villa Romana

5437685854_d630fceaff_b-
733
Partager :

Villa Romana. C’est un restaurant de la capitale et plutôt un endroit sympathique. Du moins à ses débuts, il y a quelques années. Sur Internet, il est bien coté, mais à Internet on peut faire dire la chose et son contraire. Il est aussi bien situé, dans cette zone encore résidentielle qui a échappé par miracle à la l’urbanisation outrancière de l’Agdal et à sa colonisation par le immeubles qui a fait de ce vieux chic quartier de Rabat jadis connu pour ses petites villas arborescentes, un quartier surpeuplé que la dernière mise à niveau dans le cadre du vaste projet royal Rabat capitale culturelle et ville des lumières a sauvé de la déchéance. L’ouverture récemment d’ Arribat Center est venu redonner une vie nouvelle et une dense fréquentation. Le projet de ce centre commercial n’était pas facile à concevoir, car très proche du Palais Royal. Mais le pari a été tenu.

Villa Romana aussi n’est pas très loin du Palais, située qu’elle est dans ce pan qui reste des villas de l’Agdal. Mais elle est en train de perdre sa qualité d’un lieu discret et intime où l’on mangeait bien. Sa clientèle nocturne est une mixture entre le recommandable, le peu recommandable et le pas recommandable du tout. Sur Internet le restaurant affiche des heures d’ouverture de 12 h à 1h30, qu’il dépasse souvent se plaint le voisinage très perturbé par les méga décibels du soir, contre lesquels même le double vitrage de certains voisins ne peuvent rien, et qui interdisent citoyens contraints au travail matinal de succomber normalement aux charmes de Morphée. Le restaurant arbore sa qualité lounge   qui le rapproche du cabaret sans l’insolation acoustique adéquate. A supposer qu’il ait quitté légalement son statut de Restaurant pour celui de lounge.  

Comme le hasard fait les choses, au moment où le Quid recevait du voisinage ces SOS contre le tapage nocturne, qui est réglementé, le site H24 dans son édition du 27 février  rapporte qu’après « la multiplication des plaintes des citoyens concernant les «excès» commis par les gérants de cafés et de salles de jeux, notamment le non-respect des horaires, le ministère de l’Intérieur vient de mettre ces derniers dans son viseur.

Selon le site qui cite le quotidien AlAkhbar, « une correspondance envoyée par le gouverneur de la préfecture de Skhirat-Témara aux présidents des communes a révélé que le ministère de l’Intérieur a déclenché une «guerre» contre «l’anarchie» des cafés et des salles de jeux, indique Al Akhabar qui en détient une copie dans son édition du 27 février 2020.

Selon ces informations, le gouverneur a demandé aux élus d’intervenir vigoureusement contre les établissements qui ne respectent pas les horaires officiels de fermeture afin d’éviter les nuisances causées aux habitants riverains.

Selon la même source, il a décrété un «embargo» sur les commerces et les différentes activités des cafés et des restaurants à partir de 23h. » Il faut juste espérer que ces décisions ne concernent pas uniquement la préfecture de Shirat-Témara et que la capitale du royaume, elle aussi, mérite qu’on s’y intéresse.

lire aussi