Nouvelle position espagnole sur le Sahara : les Réactions à travers le monde

5437685854_d630fceaff_b-

Les Rois Mohammed VI du Maroc et Felipe VI d’Espagne

1
Partager :

 

 

Quid avec MAP

Le message du président du gouvernement espagnol au Roi, "judicieux pour asseoir une relation de confiance et de sincérité" (Zapatero)

Rabat - Le message adressé au Roi Mohammed VI par le président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, est "judicieux pour asseoir une relation de confiance et de sincérité" entre le Maroc et l'Espagne, a souligné, samedi, l'ancien chef du gouvernement espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero.

"Le message adressé à SM le Roi Mohammed VI a été un message judicieux pour asseoir une relation de confiance sur des bases solides, avec une sincérité absolue de la part des deux parties", a affirmé M. Zapatero dans un entretien spécial diffusé sur les ondes de "Médi1 radio".

Qualifiant de "très positive" la déclaration du gouvernement espagnol en faveur du plan marocain d'autonomie au Sahara, M. Zapatero a estimé que cette position marque le retour de la "bonne relation et de la confiance entre le Maroc et l'Espagne".

"La position du gouvernement espagnol sur le plan d'autonomie proposé par le Maroc est une position que j'ai défendue depuis 2008, quand j'étais le président du gouvernement (...) et qui, maintenant, se manifeste à nouveau", a-t-il soutenu, formant le souhait de voir le conflit du Sahara connaître "dans un futur proche une solution ou un accord basé sur le plan marocain d'autonomie".

"J'ai toujours pensé que la relation avec le Maroc devait se baser sur une confiance, une sincérité et une transparence totales en matière de sécurité, d'intégrité territoriale ou d'immigration", a-t-il précisé.

M. Zapatero a tenu, par ailleurs, à féliciter les ministères des affaires étrangères du Maroc et de l'Espagne pour ces résultats après des mois de diplomatie et de travail discret.

Il a mis l'accent sur la nécessité pour les deux pays d'avoir une vision tournée vers l'avenir. "Parfois, les crises sont une grande opportunité pour en sortir renforcé", a-t-il argué.

Pour avancer sur la voie d'une relation de confiance, M. Zapatero a estimé qu'il est impératif d'œuvrer dans les domaines de l'économie, de la sécurité et de la culture.

Mettant en avant les liens culturels et linguistiques dans ces moments d'inquiétudes dans le monde, il a qualifié de "très positive" cette nouvelle position qui a donné un nouvel élan à la diplomatie et à l'amitié ainsi qu'à l'entente entre deux pays comme l'Espagne et le Maroc.

Le plan d’autonomie marocain « raisonnable et viable » (Ambassadeur US en Espagne)

Madrid - L’ambassadeur des États-Unis en Espagne, Julissa Reynoso a réaffirmé le soutien de son pays à l'initiative marocaine d’autonomie pour le Sahara, la qualifiant de « raisonnable et viable ».

« Les États-Unis considèrent que le plan marocain d’autonomie pour le Sahara est raisonnable et viable », a souligné Mme Reynoso qui était l’invitée d’une émission, samedi soir, sur la radio espagnole «Cadena Ser».

«Les États-Unis plaident pour cette solution lors des contacts avec les parties concernées», a fait savoir la diplomate, ancienne conseillère du président américain, Joe Biden.

«Nous soutenons le processus impulsé par les Nations Unies pour résoudre ce différend et nous appuyons l'initiative du Maroc», a relevé Mme Reynoso.

La diplomate américaine est intervenue sur les ondes de la radio espagnole suite à la décision de Madrid de reconnaitre l'initiative marocaine d'autonomie comme étant la seule solution sérieuse, réaliste et viable pour résoudre le différend régional sur le Sahara marocain.

Samedi, un porte-parole du département d’État américain a précisé aux agences de presse espagnoles "EFE" et "Europa press" que Washington partage la position de l’Espagne sur la question du Sahara marocain.

"Nous continuons à considérer le plan d'autonomie présenté par le Maroc comme sérieux, crédible et réaliste" et qui a un potentiel clair pour répondre aux aspirations des populations de la région, a-t-il déclaré.

L'Espagne et le Maroc s’engagent dans une relation "stable et bonne" (ministre de la Présidence)

En reconnaissant la prééminence de l'initiative marocaine d’autonomie comme "la base la plus sérieuse, réaliste et crédible", l’Espagne veut s’engager avec le Maroc dans une relation « stable et bonne », a affirmé, samedi, le ministre de la Présidence espagnole, Felix Bolanos.

"Le monde a besoin de coopération entre les pays et de travailler ensemble sur des problèmes communs », a fait observer M. Bolanos dans des déclarations à la presse, assurant que la nouvelle position de son pays sur le Sahara marocain s’inscrit dans cette logique.

Dans ce contexte, il a mis en exergue l’importance du Maroc pour l’Espagne, notamment en matière de coopération dans la gestion des flux migratoires et la lutte contre les réseaux de trafic d’êtres humains.

En ouvrant une nouvelle page dans leur relation bilatérale, l’Espagne et le Maroc s’engagent à consolider une coopération « stable et bonne », a-t-il martelé.

Vendredi, Pedro Sanchez a adressé un message au Souverain dans lequel il a souligné que "l'Espagne considère l’initiative marocaine d’autonomie comme la base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour la résolution du différend" au sujet du Sahara Marocain.

Reconnaissant « l’importance de la question du Sahara pour le Maroc", le chef de l’exécutif espagnol a mis l'accent sur "les efforts sérieux et crédibles du Maroc dans le cadre des Nations Unies pour trouver une solution mutuellement acceptable" au différend.

En réaction au message de Pedro Sanchez, le Maroc a indiqué qu’il apprécie hautement les positions positives et les engagements constructifs de l’Espagne au sujet de la question du Sahara Marocain.

La nouvelle étape entre l'Espagne et le Maroc, une "excellente nouvelle" (Porte-parole du gouvernement espagnol)

Madrid - L'ouverture d'une nouvelle étape dans les relations entre l'Espagne et le Maroc est une "excellente nouvelle", a souligné la porte-parole du gouvernement espagnol, Isabel Rodriguez.

"Il faut saluer comme excellente nouvelle l'ouverture de cette nouvelle étape dans les relations entre l’Espagne et le Maroc, deux pays voisins unis pas des liens historiques", a affirmé Mme Rodriguez dans un entretien au quotidien "La Razon", publié dimanche.

Cette nouvelle étape "garantit la stabilité nécessaire (…) et nous apportera des certitudes, tant sur le plan politique que sur celui de ses effets positifs sur le commerce entre l'Espagne et le Maroc", a relevé la responsable espagnole.

« Nous avons pris des engagements mutuels et nous les avons respectés : parmi eux, l'absence d'actions unilatérales et le maintien d'une communication fluide et franche afin de continuer à renforcer la gestion des flux migratoires. La clé sera la coopération », a-t-elle expliqué.

Tout en réitérant la position de son pays vis-à-vis de la question du Sahara marocain, Mme Rodriguez a fait observer que l’accord entre les deux pays « a valeur d'exemple », notamment en cette période de turbulence marquée par la crise ukrainienne.

Dans un Message adressé à SM le Roi Mohammed VI, le président du gouvernement espagnol a souligné que "l’Espagne considère l’Initiative marocaine d’autonomie comme la base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour la résolution du différend" au sujet du Sahara marocain.

Reconnaissant “l’importance de la question du Sahara pour le Maroc”, le chef de l’exécutif espagnol a mis l’accent sur “les efforts sérieux et crédibles du Maroc dans le cadre des Nations Unies pour trouver une solution mutuellement acceptable” à ce différend.

"Un puissant élan" au plan marocain d'autonomie (Erik Jensen)

Genève - La nouvelle position de l’Espagne concernant la question du Sahara marocain donne un puissant élan à l’initiative marocaine d’autonomie, a affirmé samedi l'ancien représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara, Erik Jensen.

Il a fallu trop longtemps pour que la perspective d'une solution politique pour le Sahara mûrisse, mais le dernier geste de l'Espagne et le soutien des grandes puissances donnent un puissant élan à l'initiative marocaine d'autonomie, a souligné M. Jensen dans une déclaration.

A travers le message adressé par le chef du gouvernement espagnol à SM le Roi Mohammed VI, l'Espagne s'aligne sans équivoque sur la position des États-Unis, de l'Allemagne et de l'ONU en faveur de la proposition marocaine d'autonomie pour le Sahara, qualifiée par le Conseil de sécurité de l'ONU comme sérieuse, crédible et réaliste, a-t-il indiqué.

Plusieurs pays en Afrique, dans le Golfe, en Europe et en Amérique latine ont déjà exprimé leur soutien, a rappelé M. Jensen, estimant toutefois que le soutien de l’Espagne, ancienne puissance coloniale qui entretient des liens historiques profonds avec la région et son peuple, est "spécial".

Ce serait une erreur grossière de renoncer à la chance d'une solution politique pacifique, a prévenu M. Jensen, assurant que "l'autonomie dans le cadre de la souveraineté marocaine offrira aux peuples du Maghreb un avenir honorable, la stabilité et d'excellentes perspectives".

La nouvelle position de Madrid est « une victoire pour le droit international » (ancien ministre des Affaires étrangères du Pérou)

Lima - La récente déclaration du gouvernement espagnol, reconnaissant la position du Maroc sur l'autonomie au Sahara, « constitue une victoire pour le droit international », a estimé Luis Gonzales Posada, ancien ministre péruvien des Affaires étrangères.

Réagissant dans une déclaration à la MAP à la teneur du message adressé vendredi à SM le Roi Mohammed VI, par le président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, l'ancien chef de la diplomatie péruvienne a ajouté que la déclaration de Madrid « confirme et renforce la voie prise par les Nations Unies pour résoudre les problèmes persistants conformément à la proposition du Royaume du Maroc » .

Luis Gonzales Posada, qui était aussi ministre de la justice du Pérou, a en outre estimé qu’il était d'une « grande importance que les deux États (Maroc et Espagne) réaffirment leur unité permanente à travers une déclaration qui les engage dans une politique de paix et de large coopération ».

Vendredi, Pedro Sanchez a adressé un message au Souverain dans lequel il a souligné que "l'Espagne considère l’initiative marocaine d’autonomie comme la base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour la résolution du différend" au sujet du Sahara Marocain.

Reconnaissant « l’importance de la question du Sahara pour le Maroc", le chef de l’exécutif espagnol a mis l'accent sur "les efforts sérieux et crédibles du Maroc dans le cadre des Nations Unies pour trouver une solution mutuellement acceptable" au différend.

En réaction au message de Pedro Sanchez, le Maroc a indiqué qu’il apprécie hautement les positions positives et les engagements constructifs de l’Espagne au sujet de la question du Sahara Marocain.

Une délégation espagnole en visite au Sahara "satisfaite" de la position de son pays Maroc-

Es-Semara - Au terme d'une visite dans la région Laâyoune-Sakia El Hamra, une délégation espagnole a exprimé sa satisfaction de la position exprimée par le chef de gouvernement de son pays concernant l'initiative d'autonomie au Sahara marocain.

Conduite par le Consul Général du Royaume du Maroc à Murcie, Mohamed Biadillah, cette délégation est composée de l'historien et professeur à l'Université de Murcie, Antonio Vicente Fray Sánchez, du photographe et graphiste, Gonzalo Sánchez Alvarez Castellanos et du journaliste à la radio de Murcie, Paulino Ross.

Dans une déclaration à la presse, M. Alvarez Castellanos a souligné que le soutien exprimée par le chef de gouvernement espagnol à l'initiative d'autonomie au Sahara marocain est "une décision très satisfaisante, en ce sens qu'elle permettra de renforcer davantage les relations entre le Maroc et l'Espagne".

De même, il a exprimé sa satisfaction de cette visite "fructueuse" dans les provinces du Sud du Royaume (Tarfaya, Laâyoune et Es-Semara), mettant en avant l’accueil chaleureux et l’hospitalité reçus lors de ce séjour.

M. Alvarez Castellanos a aussi émis le souhait d'organiser des visites similaires prochainement, dans le but de développer des projets culturels et archéologiques susceptibles d’encourager le tourisme culturel dans ces provinces.

Pour sa part, M. Paulino Ross a indiqué que la nouvelle position de l'Espagne sur le Sahara marocain revêt une grande importance pour les deux pays.

Par ailleurs, il s'est dit heureux d’avoir effectué cette visite "très positive" à la région de Laâyoune-Sakia El Hamra, qui a permis aux membres de la délégation de s’informer des différents atouts naturels, culturels et économiques de la région, précisant qu’elle a été marquée par la signature d’une convention de partenariat et de coopération dans le domaine académique entre la région de Murcie et la province d’Es-Semara.

Initiée par le Centre Sakia El Hamra des études et des recherches, cette visite qui s'inscrit dans le cadre des recommandations de la 2éme édition du Forum hispano-marocain de Laâyoune-Sakia El Hamra et Murcie, vise principalement à consolider les relations culturelles et à échanger autour de la recherche scientifique.

Lors de cette visite, la délégation espagnole a tenu des réunions avec les autorités et acteurs locaux dans les provinces de Laâyoune, Tarfaya et Es-Smara et s'est informée du patrimoine historique et archéologique et des différents atouts économiques, naturels et culturels de la région, dont la Casa del Mar (Dar El Bahr), le musée Antoine de Saint-Exupéry et la réserve de Naïla à Tarfaya, ainsi que les monuments historiques et sites des gravures rupestres à Laghchiouate (commune d’Amgala).

A noter qu’une convention de partenariat a été signée entre le Centre Sakia El Hamra des études et des recherches à Laâyoune, l'Association Murcie "Talh", l’Association "Mirane" pour la protection du patrimoine à Es-Smara et l'Association "Hadaya Samae" des météorites dans la même ville, en vue d’identifier et mener des recherches au niveau des sites archéologiques et naturels dans la région de Laâyoune-Sakia El Hamra.

De même, le professeur universitaire, Gonzalo Sanchez Alvarez Castellanos, a animé une conférence à la faculté pluridisciplinaire d’Es-Semara et a présenté son ouvrage intitulé "Gravures rupestres au Sud du Maroc", publié en Espagne en février dernier.

Madrid opère un changement de position “radical” et “spectaculaire” sur le dossier du Sahara (Le Point)

L’Espagne a opéré, vendredi, un changement de position “radical” et “spectaculaire” sur le dossier du Sahara marocain, en exprimant son soutien de l’initiative d’autonomie proposée par le Maroc, écrit samedi le magazine français Le Point.

Madrid “soutient pour la première fois publiquement la position de Rabat mettant fin à une brouille diplomatique majeure entre les deux pays”, ajoute le média français dans un article mis en ligne sous le titre “Sahara : Madrid soutient désormais l’initiative d’autonomie de Rabat”

“Pour un changement radical, c'est un changement radical l'Espagne ayant toujours prôné jusqu'ici la neutralité entre Rabat et le Polisario”, note la même source, qui rappelle la déclaration du chef de la diplomatie espagnole José Manuel Albares devant la presse à Barcelone affirmant que “l'Espagne considère que l'initiative d'autonomie présentée en 2007 par le Maroc est la base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour la résolution de ce différend”.

“Il confirmait ainsi mot pour mot le message du Premier ministre espagnol Pedro Sanchez dont avait fait état dans la journée le palais royal marocain dans un communiqué”, note Le Point, ajoutant que le gouvernement espagnol avait réagi plus tôt au communiqué du palais royal en annonçant l'ouverture d'une « nouvelle étape » dans les relations diplomatiques entre les deux pays.

Et d’ajouter que dans le cadre de la normalisation des relations entre les deux pays, une visite de Pedro Sanchez au Maroc, dont la date n'a pas été communiquée, est programmée tandis que José Manuel Albares se rendra, lui, à Rabat « avant la fin du mois », selon l’exécutif espagnol.

Le Point souligne également que le ministère marocain des Affaires étrangères a salué, dans un communiqué, « les positions positives et les engagements constructifs de l'Espagne au sujet du Sahara marocain ».

Des eurodéputés saluent «un grand pas en avant»

Bruxelles - Des eurodéputés ont salué, samedi, le soutien par le gouvernement espagnol de l'initiative d’autonomie du Sahara marocain que Madrid considère désormais comme «la base la plus sérieuse, réaliste et crédible» pour la résolution du différend au sujet du Sahara marocain.

Pour le député européen Andrey Kovatchev, cette position est «un grand pas en avant» vers la résolution de ce conflit.

«Je salue l'approbation par le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez du plan d'autonomie marocain de 2007 comme base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour résoudre le conflit du Sahara. Un grand pas en avant», a affirmé l’eurodéputé bulgare dans un tweet.

Le député européen Attila Ara-Kovacs s’est, de son côté, félicité de la position constructive de l’Espagne.

«Je salue la position positive et constructive exprimée par l’Espagne considérant l'initiative d'autonomie présentée par le Maroc comme la solution la plus sérieuse, réaliste et crédible au différend sur le Sahara», a-t-il déclaré.

L’eurodéputé tchèque Tomáš Zdechovský a, pour sa part, qualifié d’«étape historique» la nouvelle position de l’Espagne au sujet du Sahara marocain.

Il s’agit d’une «étape historique et politique importante. L'Espagne soutient l'initiative marocaine d'autonomie sous la souveraineté du Royaume comme base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour résoudre définitivement le conflit régional sur le Sahara », a affirmé le député européen.

La nouvelle position de l'Espagne, un jalon important sur la voie de la résolution du conflit (sénateur brésilien)

Brasilia - La nouvelle position de l’Espagne, en faveur du plan marocain d’autonomie au Sahara, est un jalon important sur la voie de la résolution pacifique du conflit autour du Sahara marocain, a indiqué le sénateur brésilien Carlos Alberto Dias Viana.

Dans une déclaration à la MAP, M. Carlos Viana s’est félicité de la reconnaissance par l’Espagne du plan d’autonomie comme la base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour la résolution du différend et qui ouvre la voie à une solution par la négociation et à la paix dans la région.

"Le gouvernement brésilien a toujours soutenu les efforts des Nations Unies pour trouver une solution pour la paix au Sahara marocain. Nous, sénateurs, soutenons également le Royaume et sa proposition d’autonomie", a ajouté le sénateur du Minas Gérais (sud-est), du Mouvement démocratique brésilien (MDB).

Carlos Viana, qui préside le groupe d’amitié Maroc-Brésil, a relevé l’importance de cette position espagnole pour pour la construction d’un espace de partenariat pérenne entre Rabat et Madrid.

Dans un Message adressé au Roi Mohammed VI, le président du gouvernement espagnol a souligné que "l'Espagne considère l’initiative marocaine d’autonomie comme la base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour la résolution du différend" au sujet du Sahara Marocain.

Reconnaissant « l’importance de la question du Sahara pour le Maroc", le chef de l’exécutif espagnol a mis l'accent sur "les efforts sérieux et crédibles du Maroc dans le cadre des Nations Unies pour trouver une solution mutuellement acceptable" au différend.

En réaction au message de Pedro Sanchez, le Maroc a indiqué qu’il apprécie hautement les positions positives et les engagements constructifs de l’Espagne au sujet de la question du Sahara Marocain.

La décision de l'Espagne favorise une solution définitive (Pdt de l'Assemblée nationale du Panama)

Panama - La décision de l'Espagne de reconnaître l'initiative marocaine d’autonomie comme "la base la plus sérieuse, réaliste et crédible" pour résoudre le différend autour du Sahara est susceptible de favoriser une solution définitive qui préserve "la paix et l'intégrité nationale", a indiqué le président l’Assemblée nationale du Panama, Crispiano Adames Navarro.

L'initiative marocaine d’autonomie constitue "le cadre le plus objectif, responsable, réaliste et pertinent en vue de solutions qui préservent la paix et l’intégrité nationale, conformément au droit international", écrit M. Adames Navarro dans une réaction publiée sur le compte Twitter de l’Assemblée nationale du pays caribéen.

Et d'ajouter qu'en tant que président de l’Assemblée nationale panaméenne, il "félicite et est fier de la position récente de l’Espagne, en réponse à l’initiative du Royaume du Maroc, en 2007, pour résoudre le différend du Sahara".

La décision de l'Espagne "sage et renforce la paix régionale" (ex-vice-ministre guatémaltèque des AE )

Guatemala - La décision de l'Espagne de reconnaître que l'initiative marocaine d'autonomie est "la base la plus sérieuse, réaliste et crédible" pour régler le différend artificiel autour du Sahara marocain, est "sage, intelligente et vise à renforcer la paix dans la région", a affirmé l'ancien vice-ministre guatémaltèque des Affaires étrangères, Rodrigo Montufar.

Dans une déclaration à la MAP, M. Montufar, qui est également professeur des relations internationales à l’Université Rafael Landivar du Guatemala, a soutenu que la nouvelle position de l’Espagne vient conforter la crédibilité du plan marocain d’autonomie au niveau international, notant que cette initiative vise essentiellement à assurer le bien-être de la population et renforcer le développement dans la région du Sahara sous souveraineté marocaine.

Le spécialiste du Monde arabe et d’Afrique a estimé qu’à travers cette décision, l’Espagne tourne aussi une page dans ses relations avec le Maroc, et assoit les bases d’une feuille de route pour que les deux pays puissent s’atteler ensemble au traitement des défis communs.

La position de Madrid, a-t-il poursuivi, repose sur une bonne connaissance de la réalité dans les provinces du sud du Royaume, soulignant qu’elle souligne l’importance du plan d’automobile comme seule solution pour ce différend qui n’a que trop durer.

Dans un message adressé à SM le Roi Mohammed VI, le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez a souligné que "l'Espagne considère l'Initiative marocaine d'autonomie comme la base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour la résolution du différend" au sujet du Sahara marocain.

Les journaux égyptiens jettent la lumière sur la nouvelle position espagnole

Le Caire - Les journaux et les médias égyptiens se sont fortement intéressés à la nouvelle position espagnole sur la question du Sahara marocain, qui loue les efforts sérieux et crédibles déployés par le Maroc pour régler ce différend artificiel.

À cet égard, l'agence de presse officielle "Acharq Al Awsat" est revenue sur le message adressé par le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez à Sa Majesté le Roi Mohammed VI, dans lequel il a souligné que l'Espagne "considère l’Initiative marocaine d’autonomie comme la base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour la résolution du différend" au sujet du Sahara marocain.

Sous le titre "L'Espagne annonce son soutien à la position du Maroc sur la question du Sahara", le journal "Al Chorouk" écrit que Madrid a annoncé pour la première fois son soutien à la position du Maroc sur la question du Sahara, mettant ainsi fin à un différend diplomatique entre les deux pays.

Il précise que l'Espagne a décidé d'entamer une nouvelle phase dans ses relations avec le Maroc, basée sur la transparence et la communication permanente, le respect mutuel et les accords signés par les deux parties et l’abstention de toute action unilatérale.

De son côté, "Acharq Al-Awsat" évoque la position exprimée par le porte-parole du département d'État américain, Ned Price, qui a salué la nouvelle approche espagnole, soulignant que la proposition d'autonomie reste la solution la plus réaliste à ce conflit.

La publication s’arrête également sur les propos de l’ancien chef du gouvernement espagnol, le socialiste José Luis Rodriguez Zapatero, qui a réaffirmé son soutien au plan d’autonomie proposé par le Maroc pour résoudre le différend autour du Sahara marocain, assurant que la nouvelle position de son pays vis-à-vis de cette question est "politiquement intelligente".

"Le Sahara est une question majeure pour le Maroc. (…) Ouvrir une voie et soutenir l’autonomie me semble une décision politiquement intelligente", a souligné M. Zapatero, cité par le quotidien, notant que la démarche proposée par le Maroc est soutenue par plusieurs pays européens et doit être examinée au niveau des Nations Unies pour trouver une solution à un différend qui n’a que trop duré.

Quant à "Al-Wafd", il écrit que la "position avancée" de l'Espagne sur le dossier du Sahara marocain a été largement saluée au niveau international, notamment par de nombreux députés européens, ainsi que des organisations et groupes de réflexion internationaux.

De leur part, "Al-Doustour", "Al-Yaoum Al-Sabea", "Akhbar Al-Yaoum", "Al-Masry Al-Yaoum" et "Al-Joumhouria" ont rapporté le contenu du message du Premier Ministre espagnol à Sa Majesté le Roi et la volonté de Madrid de travailler avec le Maroc pour relever ensemble les défis communs, notamment la coopération dans la gestion des flux migratoires en Méditerranée et en Atlantique, en agissant toujours dans un esprit de pleine coopération.

Une position inédite qui consacre le caractère stratégique de la relation avec le Maroc (presse sud-américaine)

Buenos Aires – La presse sud-américaine a largement commenté la nouvelle position de Madrid à l’égard du conflit autour du Sahara marocain, y voyant un tournant qui procède du caractère stratégique de la relation avec le Maroc et ouvre la voie à une nouvelle ère de coopération.

En Argentine, le site d’information El Desafio titre "l'Espagne soutient la proposition d'autonomie pour le Sahara marocain", notant que Madrid a changé de position à l’égard de ce conflit régional, comme affirmé dans un message adressé à SM le Roi par le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez.

Selon la même source, ce message "marque un véritable changement d'ère dans les relations du Maroc avec l'Espagne", qui considère désormais l'initiative marocaine d'autonomie comme "la base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour résoudre le différend".

Pour le site d’information argentin, le changement d'attitude du gouvernement espagnol "a été très bien accueilli" au Maroc, dont le Souverain "a mené d’énormes efforts pour corriger certaines erreurs chez son voisin du nord, qui avait accueilli clandestinement le chef du polisario sous un prétexte humanitaire.

Dans le même ordre d’idée, Agencia législative, un réseau d’information parlementaire argentin, fait observer qu’il s’agit là, selon les analystes internationaux, d’un tournant dans les relations du Maroc avec l'Espagne.

Chez Las24horas, l’on met en avant l’unité des défis de développement et de perspectives d’avenir des deux pays, comme souligné dans son message Pedro Sanchez, qui a relevé que "la prospérité du Maroc est liée à celle de l'Espagne, et vice versa", deux pays "unis inextricablement par des affections, une histoire, une géographie, des intérêts et une amitié partagée".

C’est avec le même intérêt que le site d’information brésilien Istoe Dinheiro consacre un article à la question, sous un titre qui souligne le dénouement satisfaisant de la crise : "L'Espagne et le Maroc mettent fin au conflit diplomatique sur le Sahara".

Pour ce média brésilien, le gouvernement espagnol inaugure une "nouvelle étape" dans sa relation avec le Maroc après un an "de crise diplomatique" autour de la question du Sahara.

Son compatriote, le quotidien Estado de Minas soulève que "la lettre du chef du gouvernement espagnol devrait ouvrir la voie à la réconciliation entre les deux pays, dont les relations diplomatiques sont au point mort depuis près d'un an".

Au Chili, le quotidien ElPeriodista évoque un nouveau "jalon historique" dans la position de l'Espagne à l'égard du Sahara marocain.

Juvenal Urizar Alfaro, avocat et président de la Fondation Action Globale Sud, qui livre son analyse pour ce journal, estime que la position transmise au Souverain par Pedro Sanchez "place désormais l'Espagne au-dessus de tous les pays européens en ce qui concerne le soutien à l'intégrité territoriale du Maroc".

Toujours au Chili, Cambio21 estime que ''le Maroc considère close sa crise diplomatique avec l'Espagne, qui dure depuis 10 mois, après que le gouvernement espagnol a abandonné sa position dans le conflit du Sahara et s'est rangé du côté de Rabat’’.

Le changement de position, ajoute le média chilien, est palpable puisque l’Espagne soutenait jusqu’ici "une solution politique, juste, durable et mutuellement acceptable, dans le cadre des Nations unies", sans appuyer explicitement le plan d’autonomie.

Au Pérou, le quotidien Prensa21 se fait l’écho de la volonté de l’Espagne "de construire une nouvelle relation, basée sur la transparence et la communication permanente, le respect mutuel et des accords signés par les deux parties, en s'abstenant de toute action unilatérale".

La même publication focalise aussi sur les termes dans lesquels le président du gouvernement espagnol a qualifié le Maroc de "grand ami et allié", s’engageant à respecter sa parole, en allusion aux reproches du Maroc lors de la brouille diplomatique suite à l’entrée sur le territoire espagnol du leader des séparatistes du polisario.

Toujours au Pérou, La Razon revient sur cette conscience sans précédent en Espagne à l’égard des défis et des grands enjeux de la coopération avec le Maroc, faisant observer que Sanchez a tenu à réitérer sa "détermination à affronter ensemble les défis communs, notamment la coopération dans la gestion des flux migratoires en Méditerranée et en Atlantique, dans un esprit de pleine la coopération".

Le président du gouvernement a également insisté sur le respect de l’intégrité territoriale du Royaume. "Toutes ces actions seront menées dans le but de garantir la stabilité et l'intégrité territoriale des deux pays", a assuré Pedro Sánchez, cité par la même source.

Pour sa part, la fédération des journalistes du Pérou s’attarde, dans un article publié sur son site internet, sur la réaction favorable du Royaume à la nouvelle position de Madrid, notant que Rabat apprécie hautement les positions positives et les engagements constructifs de l'Espagne sur la question du Sahara marocain.

Et d’estimer que les termes de ce message permettent d'entrevoir une feuille de route claire et ambitieuse afin d'inscrire durablement la coopération bilatérale dans le cadre des nouveaux paramètres mis en évidence dans le Discours Royal du 20 août dernier.

En Colombie, le quotidien Primicia Diario rappelle que lors de ce discours, "le roi Mohammed VI avait appelé à ouvrir une nouvelle étape inédite dans les relations entre les deux pays, fondée sur la confiance, la transparence, le respect mutuel et le respect des engagements", des termes repris par Sanchez dans son dernier message au Souverain.

Le journal commente aussi le communiqué du ministère marocain des Affaires étrangères qui a affirmé que le Maroc "apprécie hautement les positions positives et les engagements constructifs de l'Espagne sur la question du Sahara marocain".

La décision audacieuse de Madrid sur le Sahara marocain est un exercice efficace de realpolitik (Économiste espagnol)

Madrid - La décision audacieuse de Madrid au sujet du Sahara marocain est un exercice efficace de realpolitik, estime l'économiste espagnol Aldo Olcese.

Dans une tribune publiée sur le site d’information «vozpopuli.com», l’éminent expert espagnol relève que le gouvernement de son pays «vient de rejoindre le groupe des États qui soutiennent la position du Maroc sur le Sahara. Il le fait après le soutien que d'autres grands pays du monde, comme la France, les États-Unis et l'Allemagne, ont manifesté ces derniers mois ».

Pour l’auteur de la tribune, «ce n'est pas une décision politique facile pour l'Espagne, un pays beaucoup plus impliqué dans le Sahara, qui était autrefois espagnol».

«Notre gouvernement a fait preuve de courage et de détermination en prenant cette décision très importante pour notre politique internationale et nos relations de bon voisinage avec nos frères du Sud », a-t-il affirmé, estimant que le fait de l’exprimer par une lettre et une déclaration officielle, sur le modèle du gouvernement allemand et sans débat parlementaire de courtoisie, «est à priori audacieux et controversé, mais cela représente un exercice efficace de realpolitik ».

Pour l’expert espagnol, c’est une chance historique de voir désormais, les relations du Maroc avec l'Espagne et avec l'Europe, enregistrer «un bond qualitatif spectaculaire, qui se traduira clairement par l'amélioration de notre sécurité mutuelle et de notre développement économique et social partagé ».

Il convient de noter, a-t-il souligné, que le Maroc représente pour l'Espagne et pour la communauté internationale «le seul rempart fiable contre le terrorisme et ses services de renseignement sont les seuls dans le monde arabe qui nous fournissent des alertes et des informations utiles pour prévenir et se protéger de ce fléau».

Il est important de reconnaître à cet effet «les risques énormes que cela implique pour le Maroc, qui a aussi subi dans sa chair les représailles les plus déchirantes des attentats terroristes, notamment à Casablanca et Marrakech », a souligné M. Olcese.

«Le Maroc représente pour l'Espagne et pour la communauté internationale le seul bastion fiable contre le terrorisme », a-t-il insisté, mettant en avant le leadership du Royaume dans la région.

Il a également souligné que le Maroc constitue un modèle et une référence dans la région en matière de développement institutionnel, de modernité et de croissance économique, ce qui lui confère un poids spécifique indéniable dans les relations entre l'Afrique et l'Europe.

Le Maroc, a-t-il ajouté, est aussi «le seul pays d'Afrique qui a su consolider des relations d'alliance stratégique privilégiées avec les États-Unis et la Chine, étant ainsi le seul creuset des relations internationales les plus stables et les plus prometteuses du continent africain et un allié indispensable et irremplaçable ».

Des personnalités politiques eropéennes appellent d'autres pays européens à emboiter le pas à l'Espagne

Bruxelles, 20/03/2022 -(MAP)- Nombreuses personnalités politiques européennes ont salué la reconnaissance par l’Espagne du plan d’autonomie proposé par le Maroc comme étant la solution la plus sérieuse, réaliste et crédible au différend régional autour du Sahara marocain, appelant d'autres pays européens à lui emboiter le pas.

Avec le soutien affiché à la marocanité du Sahara, '’l'Espagne a fait une ouverture importante pour la résolution de ce problème territorial’’, a tweeté le député italien, Alessandro Pagano.

‘’Après cette initiative espagnole, tous les pays sont appelés à la suivre. Espérons que l'Italie le fera bientôt aussi !’’, a souligné l’homme politique, membre de la Lega.

L’eurodéputé italien Marco Zanni a salué la position espagnole, se disant ‘’heureux de savoir que l'Espagne considère l'initiative d'autonomie présentée par le Maroc comme la base la plus réaliste et la plus crédible pour résoudre le différend du Sahara’’.

‘’La stabilité et le progrès dans la région devraient également être une priorité stratégique pour l'UE et l'Italie’’, a-t-il réagi dans un tweet.

Une position partagée par l’eurodéputé bulgare Asim Ademov, qui a félicité le gouvernement espagnol présidé par Pedro Sanchez, qui a reconnu le plan pour l'autonomie du Sahara marocain comme étant la solution la plus sérieuse et la plus crédible.

Pour Elena Valenciano, du Parti socialiste ouvrier espagnol, ‘’il ne fait aucun doute que la relation entre l’Espagne et le Maroc est stratégique et essentielle’’.

‘’Les arguments en faveur du changement de position du gouvernement (espagnol) sont nombreux’’, a-t-elle assuré.

Dans un message adressé à SM le Roi Mohammed VI, le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez a souligné que "l'Espagne considère l'Initiative marocaine d'autonomie comme la base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour la résolution du différend" au sujet du Sahara marocain.

En appuyant l'initiative d’autonomie, l’Espagne a soutenu une solution porteuse de grands espoirs pour toute la région (expert international)

Genève - En apportant son appui clair et sans équivoque à l’initiative d’autonomie proposée par le Maroc pour résoudre la question du Sahara, l’Espagne a soutenu une solution porteuse de grands espoirs pour toute la région en termes d’intégration, de paix, de stabilité et de développement, a affirmé l’expert international basé à Genève, Matteo Dominici.

«Le plan d’autonomie qui est qualifié par la communauté internationale de sérieux et crédible, est une option viable et réaliste qui doit être appuyée et encouragée pour résoudre définitivement ce différend régional qui menace la stabilité et la paix dans la région », a déclaré à la MAP M.Dominici.

La nouvelle position du gouvernement espagnol au sujet de la question du Sahara est, à ce titre, "judicieuse et procède d’une vision pragmatique, stratégique et globale pour la paix et la stabilité de la région", a-t-il soutenu.

« Car, a-t-il poursuivi, l’autonomie est une solution de compromis et de paix pour un développement commun. Une solution qui augure d’une nouvelle ère de coopération permettant aux populations du Sahara de participer de manière inclusive au développement régional dans le plein respect des droits culturels, économiques et politiques de tous».