Y a-t-il une Erreur que le Pr Christian Perronne a commise ? (Par Dr Younes Kalakhy)

5437685854_d630fceaff_b-

Pr Christian Perronne

2675
Partager :

« Les gens ont fait ce qu’il fallait comme les chinois, comme les marocains, comme les portugais, comme Raoult et comme nous à Garches, on a moins de mort que le réseau de l’assistance publique - hôpitaux publique (AP-HP) à Paris »

C’est avec ses propos que le Pr Christian Perronne Réponde d’un air déterminant et ferme à la une des plusieurs questions à l’ordre du jour d’Yves Calvi l’animateur de la matinale « 6 minutes pour trancher » diffusée sur l’antenne de Radiotélévision Luxembourg (RTL) le pôle radio du groupe M6 en France. Une scène à laquelle les français se sont habitués à suivre aussi bien le matin ou le soir àl’apéro.

Le Pr Christian Perronne est chef de service des maladies infectieuses à

l’Hôpital Raymond-Poincaré de Garches est réapparu de nouveau sur la scène médiatique après la polémique sur la maladie de Lyme en 2018, cette fois ci avec la publication de son ouvrage « Y a-t-il une erreur qu’ils n’ont pas

commise ? Devenu « la covid19 bestseller » en France, un évènement qui a fait couler beaucoup d’encre, un véritable coup de Guelle, une fureur critiquant la mauvaise gestion des autorités françaises de l’épidémie Coronavirus, depuis le Pr Perronne est devenue la figure habituée des plateaux d’émission talkshow à

l’américaine, parcourant plusieurs supports médiatiques, il reste peut-être le direct de Jean Jaques Bourdin pour boucler le circuit médiatique de l’hexagone.

La gestion des stocks des masques, l’insuffisance des tests de dépistage, le confinement, le conflit d’intérêt des experts du conseil scientifique, l’usage de la chloroquine, le pilotage de la crise covid 19 et la crise de l’hôpital publique, voici la thématique abordée par le Pr Perronne dans son ouvrage, ayant qualifié la gestion covid par le gouvernement français de calamiteuse, scandaleuse …des accusations qui ont lancé contre lui une vague de critique sans précédent. Accusé de propos diffamatoires et de complotisme …. Le Pr Perronne serait l’objet de l’ordre du jour du conseil de l’ordre des médecins où il devrait rendre compte et s’expliquer sur cette affaire.

Dans ce sens on va projeter la lumière sur l’ouvrage de « l’infectiologue nationaliste », on analysera la construction de sa critique envers la gestion de la crise convi19 et on dessinera le profil de l’ouvrage Made in Perronne ?

L’Auteur

1/La critique de forme

Chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Raymond-Poincaré de la commune de Garches à quelques dizaines de kilomètres de l’ouest parisien. Il a un grade de praticien hospitalier et en parallèle il exerce une activité universitaire en tant que Professeur spécialisé de maladies infectieuses et tropicales à

l’Université de Versailles-Saint-Quentin, en fin il a occupé le poste de président de la commission spécialisée Maladies transmissibles du Haut Conseil de la santé publique et de l’organisation mondiale de la santé.

En tant qu’activité scientifique, il a participé à plusieurs publications

d’articles scientifiques entre 2003 et 2018 indexées sur la platforme PUBMED de la bibliothèque nationale des états unis considérée comme la référence de la recherche médicale internationale :

 

Il a publié en 2019 un ouvrage édité par Odile Jacob intitulé La vérité sur la maladie de Lyme. 

Le Pr Christian Perronne est un « Lyme doctor » spécialiste de cette maladie, il l’a lancé un appel pour une prise de conscience sérieuse sur ses conséquences notamment les atteintes dermatologiques, articulaires et neurologiques souvent négligée par les autorités sanitaires, en menant une vraie compagne de sensibilisation à travers la publication de son ouvrage la vérité sur la maladie de Lyme et sur les supports médiatiques.

Pour son dernier ouvrage sujet de cette publication Y a-t-il une erreur

qu’elle n’ont pas commise, il a collaboré avec Ambre Bartok journaliste ex canal plus et I télé et aussi écrivain connue par son admiration à la famille Goldman

traduite par la publication d’un livre intitulé les Goldman (dans l’intimité des

frères Goldman) édité par la maison pygmalion qu’elle dirige.

En décortiquant cette collaboration, ça parait logique et (légitime) de solliciter un journaliste pour les chiffres, les données, …… bref un travail sur les

sources de l’ouvrage, en outre ça pourrait s’expliquer aussi par le temps assez serré pour la réalisation du projet pour ne pas perdre le fil de l’actualité.

L’éditeur

L’ouvrage du Pr Perronne a été édité par la maison centenaire Albin Michel, un des experts de l’Edition un peu loin du médical, beaucoup plus la littérature, les essais,jeunesse..................................... Cependant l’œuvre du Pr Perronne a bénéficiéfort

probablement de la notoriété d’Albin Michel et de son savoir faire pour une grande diffusion et surtout l’influence souhaitée par l’auteur.

2/La critique structurelle

Le titre

L’auteur a choisi d’utiliser une forme d’interrogation qui exprime son point de vue sur la question de la gestion de la crise covid 19, une formule en prénom indéfini (ON) qui pointe au doigt les responsables du bilan lourd des victimes de la république.

Dans le titre il annonce déjà la couleur, en choisissant un fond noir de la couverture et le blanc pour ses caractère sauf le mot « ils « et la phrase (covid19 Union sacrée de l’incompétence et de l’arrogance ) en rouge qui symbolise

l’agressivité , le sang , la souffrance ,lapeur............ une manière qui n’estchoisie

guère au hasard , dans le dessin de lancer un appel fort sur ce qui est passé mais surtout il a mis le couteau dans le plaie pour éveiller les sentiments de la peur , de l’angoisse ,de la souffrance et de l’incertitude de plusieurs victimes de la covid19.

La structure thématique et philologique

La structuration de l’ouvrage est fondée sur 11 chapitres ou l’auteur explique les principaux volets de la gestion pour lui « désastreuse » de la crise par les autorités tutelles : la pénurie des masques, les tests de dépistage, le conseil scientifique, le conflit d’intérêt, le confinement, la chloroquine, le pilotage de la crise, la profonde crise de l’hôpital publique.

La mise en palace du credo de l’auteur a été basé sur un ensemble d’outils

linguistiques et philologiques afin de :

ALERTER

ACCUSER

CRIER Les termes:

On remarque que des termes ont été utilisé en nombre important comme scandale, pénurie, conseil scientifique, victime, destruction, conflit d’intérêt, et aussi les points d’exclamation et d’interrogations, ….

Les métaphores :

Ce sont les expressions de mise en valeur du contenu critique de l’auteur :

  • « La France attend des explications et certains devront rendredes comptes devant l’Histoire. »
  • « Il me semble qu’il était temps, puisque ce gouvernement nous alaissés

Sans masques, de démasquer leur incompétence à eux. »

  • « Question coup-de-poing du présentateur : « Professeur Delfraissy, une Question, que se posent des milliers de Français : si vous aviez vous-même Tous les moyens du monde, tout l’or du monde, est-ce que vous prendriez la Décision de tester un maximum de Français, ou pas ?»

Les chiffres et les datations

L’auteur a alimenté sa thèse par l’apport de l’objectivité en donnant les chiffres, les dates à fin d’augmenter la capital crédibilité, il est visiblement bien sourcé, un argument qu’il ne cesse d’avancer face aux accusations de surtout la diffamation de ses détracteurs de l’hôpital bichât ou de la salpêtrière et aux pièges des journalistes.

L’implication de l’auteur

Le texte publié est une forte implication du Pr Perronne dans l’affaire en tant que médecin à l’hôpital de Garches et ancien membre du conseil de la santé publique, on notera donc l’utilisation du « JE » dans toute la publication, il ne s’agit pas d’une chronique objective d’une édition de presse mais une véritable thèse critique bien fondée ou il a fait jaillir non seulement sa fureur de l’approche du gouvernement face à la covid19 mais aussi ses maux à l’hôpital de Garches.

3/ la critique thématique

On peut classer les thèmes abordés par le Pr Peronne en cinq points :

La crise logistique

Le Pr Perronne a sévèrement critiqué la pénurie des masques et le manque des tests de dépistage.

Sur la question des masques, l’approche des gouvernements précédants notamment celui de Nicolas Sarkozy et François Hollande était claire : pas de renouvellement de stock malgré l’avis favorable à la bonne gérance des stocks signé par l’auteur à l’époque en tant que président de la commission des maladies infectieuses du conseil de la santé publique et regrettant avec amertume la non prise en considération des recommandations de sa commission.

D’une autre part le Pr Perronne reproche au gouvernement de la république en personne de Agnès Buzyn l’ex ministre de la santé l’envoie des derniers masques disponible à l’étranger ?

L’auteur a ensuite ouvert le feu sur la question du foyer épidémique de l’Oise ou il a rapproché l’ordre de mission de l’air bus A390 en chine à l’apparition du dit foyer de la région de l’Oise où se trouve la base aérienne de Creil.

Une autre question cruciale abordé par l’auteur est le manque des tests de dépistage pour les français , en effet l’OMS a recommandé a tous les pays de tester au maximum , l’Allemagne a ouvert la bal des tests en

masse avec une moyenne de 20000 test/ jour , la France quant à elle jusqu'à la mi-mars est lanterne rouge avec seulement 4000 test / jour et comme les malheurs viennent en une seule fois un autre problème qualifié de sociétal par le Pr Peronne venait de se greffer à tous ça est le favoritisme du

dépistage de l’élite politique dans le temps ou une large couche de

personnes fragiles se retrouvent vraiment en nécessité !!!!

Les arguments avancés par le Pr Jean François Delfraissy président du conseil scientifique est le manque de réactifs , en plus devant les appels à

l’élargissement de l’éventail des tests par l’apport des laboratoires de

biologie privés , des cliniques vétérinaires et des cabinets dentaires ,le

président du conseils scientifique selon l’auteur s’est justifié par l’absence d’un processus de normalisation des laboratoires du secteur libérale et que ça pourrait biaiser les résultats et les interprétations .

Le Pr Perronne a proposé dans ce livre la mise en place des « points of care test « une expérience amorcée aux Etats Unis ayant montré son efficacité dans le programme du dépistage. 

La crise scientifique

Un sujet que maitrise évidemment le Pr Christian Perronne, la maladie, les antiviraux, l’hydroxychloroquine, les épidémies, le travail et la déontologie au sein d’un conseil scientifique……, les reproches envers la gestion du volet scientifique du virus étaient virulents !!!!

  • Le conseil scientifique:

Institué le 11 mars 2020, à la demande de Mr le Président Immanuel Macron, le conseil scientifique est formé d’une armada d’experts présidé par le Pr jean François Delfraissy Pr de médecine, spécialiste en

immunologie et président du Comité consultatif national d'éthique. Fortement critiqué sur son mauvais pilotage de la crise.

Dans ce groupe d’expertise on trouve aussi le Pr YAZDAN YAZDANPANAH, infectiologue et chef du service des maladies infectieuses du célèbre CHU AP-HP du 18 ème arrondissement parisien l’Hôpital Bichat Claude Bernard, il est également directeur de l’institut d’immunologie, inflammation, infectiologie à l’INSERM.

L’approche, les propos ainsi que les actions -réactions du collègue franco iranien du Pr Perronne vis-à-vis de la crise ne l’ont pas convaincu, en plus l’auteur a exprimé souvent son mécontentement et son étonnement d’autant plus qu’il connait le niveau d’expertise de l’infectiologue « Bichatois »?

D’après l’auteur le Pr YAZDAN YAZDANPANAH, étais indécis, opaque et s’est mélangé les pinceaux devant les médias sur les questions de la protection des personnes âgées, le confinement, la chloroquine …en outre l’auteur a reproché ce qu’il a nommé (l’attentisme) du conseil scientifique qui aurait anticipé la flambée de l’épidémie sachant que L’OMS à alerter

tout le monde et le Pr YAZDAN YAZDANPANAH est un expert de l’institution mondiale donc mieux placé pour orienter les décisions.

Le Pr Bruno Lina le virologue Lyonnais n’a pas lui aussi échapper au venin Perronne on lui reprochant sa paresse et son non efficacité sur le projet de remède contre la SRASCOV2, mieux encore sa réaction vis-à-vis de la chloroquine était décevante si ce n’est complétement absente.

Un autre groupe du membre du conseil notamment le Pr Laëtitia Atlani-Duault Anthropologue , le Pr Franck chauvin président du haut conseil de la santé publique et le Pr Pierre louis Druais ont eu leur part de la fureur du Pr Perronne en précisant que l’apport d’un anthropologue dans ces conditions d’urgence reste aléatoire , et rappelle dans la foulée la signature de l’avis de réserver la chloroquine aux cas grave par le Pr Franck Chauvin avant de clore par l’interrogation sur la figuration sur la liste des experts du Pr Pierre-Louis Druais Médecin de ville et Pr de médecine d’une expérience internationale sur ce genre de dossier très limitée et apparemment le Pr Perronne n’a pas encore digérer son implication dans la suppression à l’époque du poste d’interne de médecine générale des hôpitaux .

Le départ après quelque jour du Pr Didier Raoult du conseil

scientifique reste la grande déception, et qu’il était une perte de ne pas collaborer avec le projet fédérateur de l’IHU de Marseille avec sa chloroquine afin de sauver la baraque !!!!

  • Le conflitd’intérêt

« Dès le troisième ou le quatrième jour après la création du Conseil

Scientifique, j’ai demandé à ce que chacun d’entre nous dépose une DPI (Déclaration publique d’intérêts) », explique le Pr Jean-François Delfraissy, président de ce Conseil scientifique.

Cette déclaration de Mr Le Président du conseil et publié le 18 mars sur le site du ministère de la santé n’a pas suffi au Pr Perronne et il n’a pas hésiter à mettre le couteau dans la plaie, en accusant des membres du conseils scientifique d’avoir un lien d’intérêt avec les laboratoires Gilead ABBVIE, Seegen et Sanofi et qu’ils ont touché des sommes d’argents pour des déplacements pour des congrès et autres activités….

Dans ces sorties médiatiques Ii n’a guère mentionné l’illégalité de ce fait mais il a clairement affirmé qu’un membre d’une une commission dite indépendante serait forcé à défendre l’intérêt d’une firme pharmaceutique au dépend de l’intérêt publique et il a donné l’exemple de son expérience dans des commissions pareilles ou des membres ont été tout simplement exclu des travaux de la commission !!! C’est une question d’éthique.

Le plus dangereux dans cette affaire est le projet Discovery : un essai clinique lancée par l’INSERM testant des combinaisons de quatre molécules Remdésivir, lopinavir, ritonavir et interféron bêta avant d’ajouter par la suite la chloroquine. Pour l’auteur la relation entre le choix des molécules antivirales d’une part et la relations entre les laboratoires Gilade, Abbvie avec des membres du conseil n’est pas un hasard !!!! 

La création le 24 mars d’un conseil supplémentaire nommé CARE : le conseil d’analyse, recherche, et expertise présidée par le prix Nobel physiologie-médecine Françoise Barré-Sinoussi, est lui aussi pointé au doigt sur la question du conflit d’intérêt en personne de Pr Jean-Philippe Spano et Karine Lacombe qui aurait touché selon l’auteur des sommes d’argent de Gilead.

  • La Chloroquine

« Une molécule qui a su bien faire parler d’elle », entre partisans et opposants, Le Pr Peronne est un grand défendeur de l’introduction du protocole Marseillais Hydroxycholoroquine azithromycine dans le protocole de prise en charge covid19.

« Je crois que tout est dit sur la gestion d l’hydroxychloroquine en France. On a été aussi bons que pour les masques, les tests et le dépistage » c’est par ses propos insipides que le Pr Perronne clore son chapitre sur la Chloroquine qui a fait l’objet d’une bataille à paris , Le Pr Defraissy n’étais pas séduit par lespremiers résultats de l’IHU de Marseille on les qualifiants de préliminaires et qu’il vafalloir

respecter la procédure de l’autorisation sur la marché , il a aussi mis le point sur le

protocole de l’étude en reprochant l’absence du groupe placebo une question à laquelle Pr Peronne n’a cessé de rappeler sur les interviews en affirmant que le protocole marseillais mérite plus d’ intérêt et que la chloroquine marche sur le SRAS cov2 et que devant une situation d’urgence l’OMS autorise bien ce type de protocole .

Un autre front a ouvert le feu sur la molécule est composé du Directeur général de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris Martin HIRSH , qui a dit que la chloroquine ne marche pas , Karine la combe et Agnès Buzyn ont enfoncé le clou en qualifiant la molécule de dangereuse et même vénéneuse devant un grand nombre de français réclamant la molécule et des scènes de violence ont été enregistré sur les comptoirs de certaines officines en refusant ou en l’absence de la « potion magique » , un dernier clou est mis dans le cercueil avec l’interdiction de sa prescription le 27 mars , Avec une orientation mondiale vers son usage amorcé en chine et dans beaucoup de pays aux quatre coins du monde.

Apparemment en France comme les paroles de la comptine (la ferme à mathurin) : « Dans la ferme de Mathurin chacun son refrain !!!»

La question du confinement

« Par le bout du nez « c’est par cette expression inspirée d’un titre d’une pièce de théâtre que l’auteur a décrit les décisions prises vis-à-vis de la question du confinement.

Selon le Pr Perronne les alertes lancées par l’OMS ont été sous évaluées lors

de l’apparition des premiers cas inscrits sur le registre Covid19, ceci a poussé

l’auteur a critiqué fortement la gestion des rassemblements pendant le début de la crise notamment le salon de l’agriculture , les manifestation sportives tel que les matches de football comptant pour les 8 èmes de finale de la champions League ( Olympique lyonnais contre la Juventus de Turin et le paris saint germain contre le Borussia Dortmund ) ,et après cerise sur le gâteau on a maintenu la date ses élections municipales au moment où la France est confinée?

Cette maladresse a couté cher à la population française

Une situation dramatique comme a précisé l’auteur « à l’heure de l’apéro, du Pr Jérôme Salomon, notre directeur général de la Santé, tout de noir vêtu, qui annonçait à tous les Français le nombre de victimes du jour

Le pilotage de la crise

Le Pr Perronne a déroulé les événements lors de la crise covi19, entre déclarations officielles, interviews, point presse des gestionnaires de la crise, un constat général celui des contradictions dans les déclarations et les actions des membres du gouvernement sur la question du confinement en autorisant des

rassemblements l’exemple ce qui est passé à l’extérieur du parc des princes lors du match Paris saint germain et le Borussia Dortmund.

La déclaration d’Agnès Byzin que la France n’est pas à l’abri d’une catastrophe, malheureusement une réaction efficace et efficiente qu’on attendait n’ait pas eu lieu même avec son successeur olivier Veran qui avait la possibilité de redresser la barre mais hélas…. Selon Le Pr Perronne le navire français comparé au Fameux Titanic a Tapé sur L’iceberg.

Le porte-parole du gouvernement français Sibet Ndiaye s’est mêlée les pinceaux elle aussi en déclarant l’absence de l’épidémie et l’opinion publique était surpris par l’annonce de l’Elysée que le déplacement présidentiel est annulé à cause de l’état « d’épidémie », les deux parties n’était visiblement pas sur la même longueur d’onde ?? du même pour le ministère de l’éducation national et le discours de Monsieur le Président sur la date de la reprise desécoles.

Moralité beaucoup d’approximation rapporte l’auteur sur les déclarations et

les décisions du comité de pilotage de la crise.

 La crise de l’Hôpital Publique

La crise corona virus a apparemment fait réveiller un grand malaise chez l’auteur c’est la question de l’Hôpital publique, qualifié de destruction programmée.

En effet la loi HPST (Hôpital -Patient- Santé+ territoire) connu sous le non de

l’ex ministre de la santé à cette époque la loi Bachelot, est passée selon l’auteur à côté des inspirations et des attentes du personnel de la santé qui réclamaient les effectifs, l’équipement et l’optimisation des moyens.

L’augmentation de l’activité des structures hospitalières récompensée par des moyens supplémentaires selon les dogmes de la loi s’est traduite malheureusement par l’augmentations des dépenses et la sécurité sociale se

trouve dans l’impasse de financer toutes les demandes ? en outre la nomination d’un directeur de profil manageriel loin du domaine médical et ses maux et afin de convertir l’activité hospitalière en activité lucrative avec une mise à niveau des chefs de service et pole de soins en matière de gestion et leur offrir à côté de leur compétences purement médicales une boite managerielle pour rendre leur service plus rentable et efficace a malheureusement empiré la situation et les rôles se sont inversés , les médecins devenait les formateurs de leur formateurs managers , une vraie crise ou en terme de gestion hospitalièreun

dysfonctionnement s’est installé dans l’hôpital français …..d’autres mesures malheureusement ont noyé l’hôpital comme la suppression des postes d’interne en médecine générale !!!

Pendant la crise covid19, L’hôpital français étais face à un autre défi, les flux des patients covid19 avec toutes les autres contraintes habituelles, la saturation des services de soins intensives notamment à paris et à l’alsace lorraine, le manque de masque, les respirateurs, les sous effectifs ? Une vraie bataille mais cette fois ci un grand esprit de solidarité tricolore a jailli malgré les débats, la polémique, ladivisionscientifiqueEt la devise liberté, fraternité, égalitéa pu peut-être sauver l’hexagone ?

 

lire aussi